Key Message Update

L’occupation des principaux axes routiers par les groupes rebelles affecte négativement l’approvisionnement du pays

January 2021

January 2021

February - May 2021

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners.
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners.
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

Presence countries:
1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Remote monitoring
countries:
1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

Key Messages

  • Depuis l’annonce des élections en décembre, les groupes armés opposés à la tenue des élections sont actifs dans plusieurs préfectures. Selon le gouvernement et l'UNHRC, plus de 120 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays ou vers le Cameroun voisin. Le regain de conflit a aussi amené les acteurs humanitaires à réduire leur activité ou à suspendre l’assistance alimentaire, dans presque toutes les préfectures.

  • Depuis mi-décembre, le blocage du principal axe d’approvisionnement du pays (Bangui-Douala) par les groupes rebelles et la fermeture de la frontière avec le Cameroun entrainent une réduction considérable des stocks commerçants en produits importés sur la plupart des marchés.  De même, les contrôles de la circulation intérieure suite à l’activisme des groupes armés empêchent également les flux de marchandises entre les zones de production et les centres urbains. En conséquence, les prix des denrées alimentaires restent élevés en particulier dans la capitale avec des prix de 25% pour le maïs, 33% pour le manioc, 17% pour le riz et 15% pour le pétrole plus élevé que l'an dernier. Toutefois, dans l’ensemble, comparé à l’année écoulée, les prix des produits locaux enregistrent des baisses pour le manioc et le maïs respectivement de 25% et 29%. Le prix du riz importé reste élevé, mais stable dans l’ensemble.

  • Outre les déplacements de populations, la reprise du conflit limite l’accès aux champs et aux autres sources de revenu, car les mouvements de populations sont réduits et les principaux acheteurs n’arrivent plus à rejoindre les marchés des zones de production. Le ralentissement du transport interurbain et le couvre-feu et l’état d’urgence en vigueur affectent négativement les emplois, notamment dans les centres-urbains. En raison de la baisse de l’assistance et de la réduction de leur pouvoir d’achat, les ménages pauvres dans les villes et les ménages pauvres dans les zones de forte présence de PDI et dans les localités victimes des inondations, sont contraints de réduire les quantités de nourriture et le nombre de repas consommé par jour et sont exposés à l’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC).

About FEWS NET

The Famine Early Warning Systems Network is a leading provider of early warning and analysis on food insecurity. Created by USAID in 1985 to help decision-makers plan for humanitarian crises, FEWS NET provides evidence-based analysis on approximately 30 countries. Implementing team members include NASA, NOAA, USDA, USGS, and CHC-UCSB, along with Chemonics International Inc. and Kimetrica.
Learn more About Us.

Link to United States Agency for International Development (USAID)Link to the United States Geological Survey's (USGS) FEWS NET Data PortalLink to U.S. Department of Agriculture (USDA)
Link to National Aeronautics and Space Administration's (NASA) Earth ObservatoryLink to the National Oceanic and Atmospheric Administration's (NOAA) National Weather Service, Climage Prediction CenterLink to the Climate Hazards Center - UC Santa BarbaraLink to KimetricaLink to Chemonics