Food Security Outlook Update

Le Bas-Uele, le Haut-Uele et le Tshopo sont en phase 1. Une partie de l'Ituri, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Tanganyika sont en phase 3 et le reste du pays en phase 2

December 2020

December 2020 - January 2021

Le Bas-Uele, le Haut-Uele et le Tshopo sont en phase 1. Une partie de l'Ituri, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Tanganyika sont en phase 3 et le reste du pays en phase 2

February - May 2021

Le Bas-Uele, le Haut-Uele et le Tshopo sont en phase 1. Une partie de l'Ituri, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Tanganyika sont en phase 3 et le reste du pays en phase 2

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Not mapped
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners. FEWS NET only maps the Eastern half of DRC.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Not mapped
Would likely be at least one phase worse without current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners. FEWS NET only maps the Eastern half of DRC.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
FEWS NET classification is IPC-compatible. IPC-compatible analysis follows key IPC protocols but does not necessarily reflect the consensus of national food security partners.
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

IPC v3.0 Acute Food Insecurity Phase

Presence countries:
1: Minimal
2: Stressed
3: Crisis
4: Emergency
5: Famine
Remote monitoring
countries:
1: Minimal
2: Stressed
3+: Crisis or higher
Would likely be at least one phase worse without
current or programmed humanitarian assistance
Not mapped
FEWS NET Remote Monitoring countries use a colored outline to represent the highest IPC classification in areas of concern.

Key Messages

  • Dans le nord-est et le sud-est du pays, on assiste au début des récoltes vertes de la saison A qui améliorent la consommation alimentaire des groupes analysés, notamment les ménages pauvres et les déplacés. En dépit des récoltes estimées inférieures à la normale, on s’attend à une légère amélioration des disponibilités locales et de l’accès des ménages aux denrées de base.

  • La résurgence des essaims de criquets migrateurs africains signalée par le Food and Nutrition Security Working Group au Botswana, en Namibie, au Zimbabwe et en Angola diminuerait la disponibilité de maïs dans le sud-est de la RDC.

  • En dépit de récoltes vertes de décembre, les régions de l'est de la RDC en situation de conflit resteront en Crise (Phase 3 de l’IPC), tandis que certaines régions du centre moins affectées pourront améliorer leur niveau et se retrouver en Stress (Phase 2 de l’IPC) alimentaire. En revanche, une partie des ménages dans les territoires de Djugu et Irumu sera en situation de Crise (Phase 3! de l’IPC) grâce à l’assistance alimentaire.

SITUATION ACTUELLE

Inondations et éboulements : Depuis octobre 2020, le retour des pluies ont occasionné des inondations et d’importants dégâts matériels dans plusieurs régions du pays, notamment dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu), Kalehe (Sud-Kivu) et Mbanza-Ngungu (Kongo central). En tout, plusieurs dizaines des morts ont été signalées et des infrastructures ont été endommagées. Des centaines d’hectares ont été perdues à la suite de ces inondations. Selon une estimation de l’inspection de l’agriculture, près de 100 000 personnes seraient affectées par ces inondations ayant causé la perte de leurs réserves de nourriture et des récoltes.

Invasion des criquets au sud : La résurgence des essaims de criquets migrateurs africains signalée par le Food and Nutrition Security Working Group au Botswana, en Namibie, au Zimbabwe, et en Angola reste préoccupante et présage des pertes éventuelles de cultures estimées à environ 1,1 million d'hectares au niveau régional. Pour rappel, le Haut-Katanga est dépendant à près de 70 % des importations de maïs en provenance de la région. Cette situation qui s’ajoute aux effets de la pandémie de COVID-19 occasionnerait des faibles productions dans ces pays excédentaires pour le maïs et diminuerait la disponibilité pour ce produit dans le sud-est de la RDC.

Situation sécuritaire et mouvements des populations : Selon OCHA, les récentes attaques lancées dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri auraient fait environ 35 000 personnes déplacées au cours des dernières semaines, dont près de 25 000 en provenance des villages situés au sud du territoire de Lubero, ainsi que dans le territoire de Djugu, en Ituri, où les attaques toujours plus nombreuses ont déjà déplacé environ 12 000 personnes. Ces attaques font obstacle à l’accès humanitaire, empêchant l’acheminement de l’assistance et perturbent la coordination des efforts de sensibilisation et de prévention du COVID-19. La violence et l’insécurité permanente dans d’autres parties du pays empêchent également les déplacés d’accéder aux centres de santé publique. Dans le Sud-Kivu, on note toujours une persistance de l’insécurité dans les hauts plateaux de Fizi, et sur la plaine de la Ruzizi.

Situation de COVID-19 : Le 2 décembre 2020, le nombre des cas confirmés de COVID-19 est passé à 13 132 selon le comité multisectoriel de riposte contre COVID (CMR) et on note une expansion continue de la pandémie vers de nouvelles provinces. Le CMR fait état d’une deuxième vague. Les hôpitaux de la ville de Kinshasa enregistrent depuis octobre 2020, une moyenne quotidienne de dix nouvelles hospitalisations. Selon une évaluation réalisée par l'organisation REACH dans les provinces du Sud-Kivu et du Tanganyika en octobre 2020, on assiste à une diminution de la disponibilité en matériels et intrants agricoles liée aux restrictions de mouvement transfrontalier lors des campagnes agricoles précédentes.

Flux commerciaux transfrontaliers : Les frontières entre le Rwanda, l’Ouganda et la RDC ont été ouvertes mais des exigences sanitaires strictes – incluant un test COVID-19 dont le coût reste hors de portée des petits commerçants – limitent de facto les échanges. En ce qui concerne les activités commerciales avec le Rwanda, les petits commerçants doivent être regroupés en associations agréées et seuls les représentants de ces associations sont autorisés à traverser la frontière.

Assistance humanitaire : Selon les données du cluster de sécurité alimentaire, 3,4 millions de personnes ont bénéficié de l’assistance alimentaire durant le 3e trimestre de l’année 2020 (juillet, août, septembre) dans les provinces de l’Ituri, le grand Kasaï, le Sud-Kivu et le Nord-Kivu, représentant environ 15 % de la population totale de ces provinces. FEWS NET estime que cette assistance améliore la sécurité alimentaire des bénéficiaires. Cependant, la collecte d’informations sur les rations et la fréquence des distributions est en cours et une analyse plus détaillée sera fournie dans le rapport sur les perspectives de la sécurité alimentaire de février.

SUPPOSITIONS MISE À JOUR

Les hypothèses émises dans le rapport sur les perspectives d’octobre 2020 à mai 2021 ont été modifiées de la manière suivante :

Production agricole : Etant donné la faible production de plusieurs saisons agricoles consécutives qui ont occasionné une soudure précoce, on pourrait s’attendre au cours de la période du scenario à des perturbations dans le fonctionnement des marchés, particulièrement de mars à mai 2021 alors que l’impact positif de la saison A se sera estompé.

Marchés et prix : Les pertes dues aux inondations dans plusieurs zones du pays auraient également un impact sur la demande et sur les prix.

Conflits et mouvements des populations : Etant donné le non-aboutissement des négociations en cours avec les groupes armés et leur rattachement aux communautés, les conflits dans les zones concernées (territoires de Fizi et Uvira au Sud-Kivu, territoires de Djugu et Mahagi dans l’Ituri et territoire de Mweka au Kasai) maintiendraient le même niveau d’avant sans accuser d’amélioration comme prévu auparavant.

Cette situation présage un niveau d’insécurité grandissante au cours des six prochains mois qui entrainerait à nouveau, des déplacements possibles des populations pendant la prochaine saison agricole (saison B)

Sources de revenus : Les ménages ayant perdu leur emploi à la suite des mesures de confinement, continueraient à faire face à un pouvoir d’achat faible et les milliers des personnes vivant du commerce informel au niveau des frontières et ne pouvant plus exercer leurs activités de façon normale se retrouveraient affectées durant la période projetée. Le confinement attendu dans les villes affecterait l’ensemble des activités, notamment le secteur informel.

Assistance humanitaire : Les acteurs humanitaires, notamment le PAM poursuivraient leur assistance aux plus vulnérables dans les prochains mois.

PERSPECTIVES ESTIMÉES JUSQU'EN MAI 2021

Dans la période allant de décembre à mai 2021, sur l’ensemble des zones des conflits, en Ituri, au nord Kivu et dans le sud Kivu, les ménages qui ont perdu accès à leurs moyens d’existence à cause des conflits continueront à dépendre de l’assistance alimentaire et à faire recours aux stratégies d’adaptation de plus en plus négatives pour subvenir à leurs besoins. Ceratains dépendront de l’hospitalité des ménages hôtes et d’autres des petites récoltes vertes là où cela est possible. Ces ménages seront en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) en présence de l’assistance alimentaire fournie dans la zone. Cette situation pourrait s’améliorer lors des grandes récoltes de janvier et février, lesquelles pourraient soulager ces populations et améliorer leur consommation alimentaire, mais ils continueront à s’engager dans des stratégies d’adaptation de Crise et à dépendre de l’assistance, se maintenant en Crise (Phase 3 de l’IPC). Dans les autres zones relativement calmes notamment le Sankuru, la Lomami, le nord du Maniema, une partie du Sud-Kivu, le nord du Kasaï, où les ménages auront accès à leur propre production, les ménages seront en situation de stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’à la fin de la période de scenario.

En revanche, dans les provinces du nord à savoir la Tshopo, le Haut-Uélé et le Bas-Uélé qui sont généralement des zones stables et moins perturbées par les conflits, bien que recevant les déplacés. Les ménages procèderont aux récoltes et dépendront pour une grande période de leur propre production. Ces zones seront en situation minimale (Phase 1 de l’IPC).

About this Update

This monthly report covers current conditions as well as changes to the projected outlook for food insecurity in this country. It updates FEWS NET’s quarterly Food Security Outlook. Learn more about our work here.

About FEWS NET

The Famine Early Warning Systems Network is a leading provider of early warning and analysis on food insecurity. Created by USAID in 1985 to help decision-makers plan for humanitarian crises, FEWS NET provides evidence-based analysis on approximately 30 countries. Implementing team members include NASA, NOAA, USDA, USGS, and CHC-UCSB, along with Chemonics International Inc. and Kimetrica.
Learn more About Us.

Link to United States Agency for International Development (USAID)Link to the United States Geological Survey's (USGS) FEWS NET Data PortalLink to U.S. Department of Agriculture (USDA)
Link to National Aeronautics and Space Administration's (NASA) Earth ObservatoryLink to the National Oceanic and Atmospheric Administration's (NOAA) National Weather Service, Climage Prediction CenterLink to the Climate Hazards Center - UC Santa BarbaraLink to KimetricaLink to Chemonics