Skip to main content

Les prix élevés et l’insécurité exposent les déplacés internes et les réfugiés à la Crise (Phase 3 de l’IPC) en période de soudure

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Togo
  • Avril 2024
Les prix élevés et l’insécurité exposent les déplacés internes et les réfugiés à la Crise (Phase 3 de l’IPC) en période de soudure

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à septembre 2024
  • Messages clé
    • Dans la région des Savanes, au nord du Togo, les réfugiés venus du Burkina Faso, les déplacés internes (PDI), et les ménages pauvres sont confrontés à des moyens de subsistance perturbés en raison du conflit qui dure depuis fin 2021. Ces ménages dépendent principalement du marché alimentaire, car ils ont eu du mal à s’engager dans des activités agricoles en 2023 et leurs stocks alimentaires sont minimes. En outre, en raison de la hausse des prix des produits alimentaires de base et de la faiblesse des revenus, leur pouvoir d'achat est inférieur à la moyenne. Cela entraîne des résultats de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans quelques zones du nord du Togo qui devrait persister au moins jusqu’en septembre 2024.
    • La persistance des attaques contre les Forces Armées Nationales dans la région des Savanes continue d’alimenter un climat d’insécurité dans la région. Bien que la fréquence et l'intensité des conflits aient diminué au cours des six derniers mois, les affrontements entre la Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīnok (JNIM) et les forces nationales de sécurité devraient rester stables au moins jusqu'en septembre et le nombre de déplacés internes et de réfugiés ne devrait pas connaitre une hausse significative. Toutefois, la persistance d’un climat d’insécurité ne sera pas favorable au retour des PDI et des réfugiés dans leur localité d’origine. Ce qui va continuer de perturber les activités agricoles de la saison des pluies et les activités économiques et limiter l’accès aux aliments et aux revenus des populations de la zone.
    • Malgré une diminution du volume de l’offre des produits locaux en cette période pré-soudure, les denrées alimentaires restent en général disponibles. Toutefois, leurs prix enregistrent des augmentations depuis janvier, imputables à la faiblesse de l’offre en période de soudure, mais également à la hausse des coûts mondiaux des matières premières. Les prix restent en général supérieurs à la moyenne quinquennale, notamment dans la région des Savanes touchée par le conflit.
    ZoneAnomalies ActuellesAnomalies Projetées
    Nationale
    • Le débordement de la crise du Sahel entraîne une situation d’insécurité civile dans la région des Savanes qui enregistre des IDP (18 429 personnes en juin-juillet 2023 selon l’OIM) et l’afflux de réfugiés dans l’extrême nord du pays.
    • Les prix des aliments de base restent supérieurs à la moyenne dans l'ensemble du pays en raison de l’épuisement des stocks familiaux et des prix mondiaux élevés. 
    • Le début de saison est normal dans le sud du pays et des pluies significatives ont été enregistrées dès le début du mois d’avril ayant permis le démarrage des semis de maïs et d’arachide, l’igname et le manioc.
    • Dans la région des Savanes, le climat d’insécurité civile liée aux attaques de groupes armés contre les forces de sécurité nationale et aux débordements de la crise sécuritaire au Sahel va se poursuivre. Toutefois, le nombre d’attaques et d’incidents va baisser d’intensité et le nombre de nouveaux déplacés de force sera réduit.
    • Les prévisions saisonnières prédisent des quantités moyennes de pluies, qui sera favorable à la mise en place des cultures et à une bonne campagne agricole 2024/2025.  Toutefois, de fortes pluies pouvant entraîner des inondations localisées et pourraient intervenir dans les bassins versants du Mono et du Lac-Togo. Des séquences sèches entre juin et septembre, pourraient compromettre le développement des cultures par endroit et faire baisser la production.

    Perspective projetée à septembre 2024
    • Les prévisions saisonnières prédisent de mars à mai 2024, une pluviométrie moyenne dans la partie sud du pays, et de juin à septembre moyenne à supérieure à la moyenne. Des précipitations localisées ont été observé sur l’ensemble du territoire en début du mois d’avril. Toutefois, la partie sud du pays (sud de la région des Plateaux et région Maritime) a enregistré les premières pluies utiles dès la première décade du mois d’avril qui ont permis le démarrage effectif de la grande saison des pluies. En revanche, dans la zone Nord, des pluies significatives sont attendues entre mai et juin.
    • Les activités agricoles en cours sont dominées au sud du pays par les semis de cultures vivrières tels que le maïs, l’arachide, l’igname et le manioc. Tandis qu’au nord, elles se limitent aux travaux de préparations des champs notamment, les travaux de défrichage, de nettoyage et de confection des buttes pour l’igname. En revanche, dans la région des savanes, les activités agricoles sont perturbées par l’insécurité civile qui perturbe l’accès des déplacés de force (PDI et Réfugiés) à leurs parcelles de culture. Les récoltes attendues en septembre/octobre s’annoncent globalement moyennes dans les zones sud centre du pays au vu des prévisions saisonnières et malgré des baisses de rendement par endroit, suite aux séquences sèches pluviométriques. Toutefois, elles ne seront pas bonnes dans la région des Savanes à cause de l’insécurité civile qui limite l’accès des ménages déplacés de force à leurs parcelles de culture et leur prive de leurs moyens de production.
    •  La disponibilité des céréales de base va diminuer durant la période de soudure. Ainsi, les prix des aliments de base seront à des niveaux élevés par rapport à 2023 et à la moyenne quinquennale. Cette tendance haussière saisonnière va se maintenir jusqu’en juillet (Figure 1).

    Figure 1

    Prix observés et projetés du sorgho à Cinkasse (région des Savanes)
    Price Projection

    Source: DSID/MAEDR

    • En raison du temps consacré à la préparation et l’entretien de leurs parcelles de cultures, les capacités des ménages pauvres à s’engager dans d’autres activités génératrices de revenus, telles que les activités de cueillette, de vente de bois et charbon de bois, sont limitées. Cela réduit leurs revenus et limite leur accès à la nourriture. Ceci est ceci est typique en cette période de l’année où les travaux champêtres accaparent l’essentiel du temps des producteurs.
    • Les ménages pauvres, les PDI et les réfugiés dans les préfectures de Kpendjal, Kpendjal-Ouest, Oti, Tone et Cinkasse au Savanes, qui ont perdu une grande partie de leurs moyens d’existence et sources de revenus. Leurs stocks alimentaires sont épuisés et ils devront recourir aux marchés pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Toutefois, confrontés à la cherté des denrées alimentaires et face à la faiblesse de leur pouvoir d’achat, leur accès aux aliments sera limité, ce qui les exposent à des déficits de consommation alimentaire et une insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC) a juin a septembre. Dans les autres préfectures du nord, (Tandouaré, Oti Sud et Kéran), pendant la période de soudure, les ménages pauvres pourraient satisfaire leurs besoins alimentaires mais pas ceux des besoins non alimentaires. Ils seront en une insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC).
    • Dans le nord du pays, les ménages pauvres, les PDI et les réfugiés, à cause de l’insécurité, ne pourrons pas exercer leurs activités au cours de la présente campagne agricole Ils n’auront pas la possibilité d’accéder à leurs parcelles de culture ou seront réduits à exploiter des petits lopins de terres dont la production ne leur permettra pas de couvrir leurs besoins de consommation.
    • Dans la partie sud du pays (région Maritime et Plateaux), les ménages pauvres en période de soudure sont confrontés à des déficits de consommation alimentaire à cause de l’épuisement de leurs stocks, la hausse des prix des denrées et de la faiblesse de leurs pouvoirs d’achat ; cela leur permet uniquement de satisfaire que leurs besoins alimentaires mais pas les dépenses non-alimentaires. Ils sont contraints à une insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC). Toutefois, à partir du mois de juillet, leur consommation alimentaire devrait s’améliorer à cause des nouvelles récoltes et leur permettre d’être en insécurité alimentaire de Minimale (Phase 1 de l’IPC).
    • La situation alimentaire des ménages au centre du pays reste relativement stable car les ménages ont accès à différentes sources de revenus, notamment la main-d'œuvre agricole, la vente des récoltes, le petit commerce et la migration, qui leurs permettent de satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires sans avoir recours à des stratégies d’adaptation irréversibles. Ils seront en insécurité alimentaire de Minimale (Phase 1 de l’IPC) pendant toute la période des perspectives.

    Citation recommandée: FEWS NET. Togo Mise à jour du suivi à distance Avril 2024: Les prix élevés et l’insécurité exposent les déplacés internes et les réfugiés à la Crise (Phase 3 de l’IPC) en période de soudure, 2024.

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top