Skip to main content

La situation alimentaire des menages très pauvres reste globalement satisfaisante

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Tchad
  • Mai 2013
La situation alimentaire des menages très pauvres reste globalement satisfaisante

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu'a septembre 2013
  • Messages clé
    • Le niveau actuel des stocks céréaliers des ménages pauvres et très pauvres est au-dessus d’une année normale grâce à la bonne production céréalière de 2012/2013 et aux bonnes récoltes de cultures de contre saison ; ce niveau de stock leur permet de couvrir les besoins alimentaires de base avec moins de difficultés. Les ménages de toutes les zones de moyens d’existence sont en Phase 1 de l’IPC 2.0 et y resteront jusqu'à juin.

    • A partir de juillet, certaines régions (Mayo Kebbi Ouest, Logone Oriental, Tandjilé, Logone Occidental, Kanem, Bahr El Gazal, Batha Est et le Nord Guera) seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC 2.0) jusqu’à septembre à cause de l’épuisement de stocks comme en année normale et de la hausse atypique des prix.

    • Les premières pluies signalées en mars dans la zone soudanienne semblent être précoces qu’en année normale. Par conséquent, les semis généralisés qui s’observaient en mi-mai au cours d’une année normale sont observés tôt par endroits (Moyen Chari, Mandoul, Mayo Kebbi Ouest). 


    Situation actuelle
    • La situation agricole : Elle est dominée par les labours à la charrue et au tracteur qui se poursuivent dans presque toute la zone agricole du Tchad. Les semis sont en cours dans presque toute la zone soudanienne grâce aux pluies précoces qui ont commencé un mois plutôt qu’une année normale. A cet effet, on observe de germination des variétés précoces (sorgho et arachide) par endroit dans le Moyen Chari, le Mandoul et la Kabbia. Les défrichements et les nettoyages des champs se poursuivent dans la zone sahélienne.
    • La situation pastorale : La situation alimentaire du bétail est globalement satisfaisante. Comme en année normale, les points d’eau pour abreuver les animaux se raréfient de plus en plus dans la zone sahélienne. La situation zoo-sanitaire est stable en cette période de l’année et aucune épizootie majeure n’a été signalée à l’exception des maladies telluriques qui sévissent par endroit.
    • La main d’œuvre agricole : En raison des semis en zone soudanienne et une augmentation de la superficie cultivée cette année due à la disponibilité des tracteurs du Programme national de sécurité alimentaire (PNSA), la demande saisonnière en main-d'œuvre pour les activités de semis est actuellement supérieure à la moyenne. Ceci, couplé avec une offre insuffisante dans certains localités ont fait que les coûts sont actuellement au-dessous de leur niveau de l'année dernière à la même période. A titre d’exemple, au village Guidholo, situé à 11 km au sud-ouest de Sarh, la main d’œuvre coûte 1.000 FCFA/homme/jour contre 750 FCFA l’année dernière à la même période soit une hausse de 33 pourcent.
    • Stock céréalier des ménages : Actuellement, le niveau de stock céréalier des ménages est globalement bas mais reste supérieur à une année normale. Dans les régions de Sila, Salamat, Sarh et Guera, les récoltes de maïs et berbéré de contre saison ont renforcé le niveau du stock céréalier des ménages. Par contre, dans les zones qui ont connu les inondations de 2012 et les provinces déficitaires dans la zone soudanienne, le niveau de stock céréalier des ménages ne peut couvrir leurs besoins alimentaires jusqu'à fin juin comme en année normale.
    • Marchés et prix : Dans la zone sahélienne, les prix moyens des céréales sont stables comparée à avril 2013 à cause de la bonne disponibilité céréalière qui est au-dessus d’une année moyenne. A Goz Beida, malgré la présence massive des réfugiés soudanais dans la zone, le prix du mil pénicillaire en mai est stable par rapport à l’année dernière à la même période, mais a connu une baisse de 27 pourcent comparé à la moyenne quinquennale. Dans la zone soudanienne, le faible niveau du stock céréalier sur les marchés à cause des effets des inondations auxquels s’est ajoutée la stratégie des producteurs à cultiver beaucoup plus des oléagineux au détriment des céréales est à la base de la hausse du prix actuel du mil pénicillaire (24 pourcent à Moundou et 15 pourcent à Sarh) par rapport à la moyenne quinquennale.
    • Situation des réfugiés à Tissi à l’Est du Tchad : Les résultats de l’évaluation conjointe (FAO/PAM) de la situation des réfugiés soudanais, retournés tchadiens et la population locale dans la zone de Tissi qui s'est déroulée du 2 au 7 Mai 2013 montrent que la grande partie des ménages réfugiés est constituée des éleveurs et on dénombre plus de 50 000 têtes des petits ruminants actuellement sur le camp. Ces ménages pastoraux participent dans les activités du marché à travers la vente du bétail pour se procurer des céréales. Le niveau d’approvisionnement actuel du marché est bon et on constate une bonne disponibilité en céréales, légumes, viandes, poissons et autres produits.
    • La situation alimentaire courante : La situation alimentaire est globalement bonne dans toutes les régions du Tchad au regard des disponibilités des denrées alimentaires (céréales, oléagineux, légumineux et tubercules) qui sont suffisantes pour les besoins des ménages et à des prix relativement satisfaisants comparé à l’année dernière à la même période. Les capacités d’achat des ménages se sont améliorées par rapport à leur niveau des cinq dernières années grâce aux revenus issus des produits animaliers, produits maraîchers, de la vente du coton dans la partie soudanienne, de la vente de paille et de bois de chauffe qui ont renforcé le pouvoir d’achat des ménages. Les résultats des analyses de l’insécurité alimentaire aigüe courante montrent que toutes les régions du Tchad sont en phase 1 (Aucune ou Minimale) de l’IPC 2.0.

    Suppositions mise à jour

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période d’avril à septembre 2013. Un examen complet du scénario est disponible dans les perspectives d’avril à septembre 2013


    Perspective estimée jusqu'a septembre 2013

    Les perceptives de la situation alimentaire resteront marquées par un contexte favorable à cause des pluies précoces qui vont accélérer les pousses et développement des cultures (arachide précoce, maïs de case, sorgho précoce) et qui aideront les ménages à faire face à des difficultés d’ordre alimentaire pendant la soudure (juin-septembre). Toutefois, dans certaines régions (Mayo-Kebbi Ouest, Logone Oriental, Tandjilé, Logone Occidental) déficitaires et ayant connu les inondations momentanées de 2012 dans la zone soudanienne, les ménages seront en phase 2 de l’IPC 2.0 entre juillet et septembre à cause de l’épuisement du stock céréalier et de la hausse de prix pendant cette période qui limitera l’accès aux céréales par les ménages pauvres et très pauvres. De même certaines régions de la bande sahélienne (Kanem, Barh-El-Gazal, Batha-Est et la partie nord du Guera) seront en phase 2 de l’IPC 2.0 à cause de l’épuisement saisonnières du stock céréalier des ménages, des restrictions administratives qui ne permettront pas le transfert des céréales vers ces régions afin d’améliorer la disponibilité, et aussi de la MAG qui sera élevée pendant cette période de l’année dans ces zones. 

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top