Skip to main content

Les bonnes pluies améliorent la sécurité alimentaire dans certaines régions

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Tchad
  • Août 2016
Les bonnes pluies améliorent la sécurité alimentaire dans certaines régions

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Actuelle
  • Suppositions Mise À Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à Janvier 2017
  • Messages clé
    • Les pluies précoces et généralisées enregistrées dans la zone agricole et agro-pastorale jusqu’à août sont excédentaires cette année  et ont amélioré le niveau de pâturage et la disponibilité en eau à travers le remplissage des ouadis. Cette situation pluviométrique favorable a permis aux cultures de se développer normalement et qui sont globalement au stade de montaison-nouaison et levée-tallage. Les pluies précoces et généralisées enregistrées dans la zone agricole et agro-pastorale jusqu’à août sont excédentaires cette année  et ont amélioré le niveau de pâturage et la disponibilité en eau à travers le remplissage des ouadis. Cette situation pluviométrique favorable a permis aux cultures de se développer normalement et qui sont globalement au stade de montaison-nouaison et levée-tallage. 

    • Dans la zone soudanienne, l’apparition des prémices se généralise sur certains marchés et cela a amélioré davantage la situation alimentaire des ménages. Le maïs et l’arachide de cycle court sont récoltés dans le sud du pays et contribuent à augmenter la consommation alimentaire des ménages pauvres. Tandis que dans les zones pastorales, la disponibilité du beurre et laitière, et un meilleur état d’embonpoint des animaux améliorent les conditions de vie des pasteurs. La plupart du pays reste en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    • La stabilité du prix des céréales avec une légère tendance baissière de certains vivriers sur la plupart des marchés, améliore l’accès des ménages aux denrées, à l’exception du Sahel Ouest due à l’insécurité de Boko Haram. Les légumes hivernaux, les produits de maraîchage et les produits de cueillette sont déjà disponibles sur les marchés.

    • La situation alimentaire dans la bande sahélienne pourrait s’améliorer en Phase Minimale (Phase 1 de l’IPC) grâce à la disponibilité actuelle des prémices et des légumes sauvages à partir de fin septembre. La zone du Lac Tchad évoluera en Stress (Phase 2! de l’IPC) grâce aux appuis humanitaires jusqu’au moins en janvier 2017 à cause des effets résiduels du conflit Boko Haram. Les ménages pauvres continueront à faire face à une consommation alimentaire réduite et ne pourront pas se permettre des dépenses non alimentaires.


    Situation Actuelle

    Situation agricole : La pluviométrie qui a commencé tôt cette année est moyenne à supérieure à la moyenne et bien repartie dans le temps et l’espace dans la plupart des zones agro-pastorales ; ce qui a permis des semis généralisés précoces dans la plupart des zones agricoles et une bonne croissance avancée pendant le mois d’août des plants semés. Cette bonne pluviométrie a aussi améliorée la situation pastorale et le remplissage précoce de la plupart des ouadis.  Le mil et sorgho sont globalement aux stades phénologiques de tallage, élongation des tiges, nouaison et épiaison selon les périodes de semis. Le maïs est en floraison, épiaison, et formation des grains-maturation. Les oléagineux et les légumineuses sont aux stades de ramification et floraison-fructification.

    Main d’œuvre agricole : Dans la zone soudanienne, elle est disponible mais relativement chère à cause de la demande importante due au nombre élevé des agriculteurs (commerçants, fonctionnaires, éleveurs sédentaires et autres travailleurs) suite à une forte mécanisation agricole. Un journalier moyen gagne entre 1000 à 1500 FCFA/jour contre 750 à 1.000 FCFA/jour en août 2015. Cette forte demande est aussi observée dans la zone sahélienne. Dans les régions du Chari-Baguirmi et de Hadjer Lamis (Loug Chari, Dababa et Baguirmi), la main d’œuvre varie de 750FCFA à 1000FCFA homme/jour et de 500FCFA à 750FCFA homme/jour dans le Bahr-El-Gazel (BEG) et le Kanem pour le sarclage en cette période. Dans la région du Lac, en cette période d’intense sarclage, un nombre important des demandeurs d’emploi qui est constitué en grande partie par les retournés demeure le coût journalier actuel des activités à 1.000 FCFA la journée contre 1.500 FCFA la journée en août 2015.

    Situation pastorale : La situation pastorale en cours est normale dans presque toutes les zones pastorale et agro-pastorale à cause des eaux d’abreuvage et des pâturages qui sont abondants et proches des animaux. Les animaux présentent de bons embonpoints, et la situation zoo-sanitaire est normale. La reproduction animale est normale et le lait et le beurre sont aux marchés puis accessibles aux  consommateurs de toute bourse.

    Marchés céréaliers et prix : Les marchés des produits alimentaires sont bien approvisionnés grâce aux bons niveaux de stocks des commerçants. Dans la zone sahélienne et soudanienne, beaucoup de commerçants disposent d’importants stocks de céréales qui sont livrés régulièrement sur les marchés hebdomadaires ou locaux provoquant ainsi la chute des prix par endroit.  On a noté aussi les bonnes disponibilités en céréales dans les banques de céréales des ONGs, des stocks des paysans nantis et des projets gouvernementaux comme PADER-G. La demande qui aurait pu être importante dans les départements en Crise (Phase 3 de l’IPC) ou Stress (Phase 2 de l’IPC) à cause du déficit céréalier en 2015 et de l’épuisement précoce des stocks dès le premier trimestre de l’année, est moyenne à cause des prémisses (maïs, arachide, concombres, légumes sauvages, produits de cueillettes) et évoluera en baisse jusqu’en septembre avec la disponibilité croissante des nouvelles récoltes des sorghos précoces et de case.

    Les prix des céréales de base continueront leur baisse (avec une stabilité observée sur le riz) à l’approche des récoltes prévues en fin septembre/octobre. Comparativement à la moyenne quinquennale à la même période, le prix de sorgho pour le mois d’août 2016 est en baisse de l’ordre de 12 à 35 pour cent sauf à Mongo où il enregistre une hausse de 24 pourcent à cause du déficit important du sorgho en 2015. Quant au mil pénicillaire, les baisses oscillent entre 13 à 25 pour cent sauf à Mongo et N’Djamena où on note une stabilité (+/-3 pourcent). La vente subventionnée de l’ONASA a joué un rôle important dans la baisse des prix et à l’accès des ménages. Dans la partie Ouest, les partenaires humanitaires continuent à appuyer les groupes vulnérables (déplacés, retournés et réfugiés) avec des vivres, surtout les céréales et cela a provoqué une baisse de prix de céréales sur le marché de Bol.


    Suppositions Mise À Jour

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable  pour la période de juin 2016 à janvier 2017.


    Perspective Estimée Jusqu'à Janvier 2017

    Les ménages pauvres du Lac, Kanem, BEG, Nord Guera, Batha Ouest et Djourf Al Ahmar (Sila) continueront à avoir de déficits de consommation alimentaire jusqu’en septembre à cause de la soudure plus longue que d’habitude et ils resteront en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC). A partir d’octobre, grâce à la disponibilité des nouvelles récoltes qui sont prometteuses, les ménages pauvres et très pauvres dépendront de leurs propres récoltes. En plus, la disponibilité laitière et du beurre pourrait aussi améliorer la consommation alimentaire de ces ménages. A cet effet, ils pourront couvrir leur consommation alimentaire sans difficulté. Toutes les régions du pays seront en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC) entre octobre 2016 et janvier 2017 à l’exception du la région de Lac où les ménages pauvres et les déplacées vont continuer à éprouver des difficultés à faire face à leurs besoins alimentaires et non alimentaires suite au conflit Boko Haram. Ils resteront en Stress (Phase 2! de l’IPC) grâce aux appuis humanitaires.

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top