Skip to main content

Les nouvelles récoltes en cours améliorent la situation alimentaire actuelle des ménages

  • Mise à jour des messages clés
  • Tchad
  • Novembre 2016
Les nouvelles récoltes en cours améliorent la situation alimentaire actuelle des ménages

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La production céréalière de la campagne 2016/2017 est estimée à 2 813 842 tonnes selon le Ministère de l’Agriculture (DPAS) contre une moyenne quinquennale de 2 530 630 tonnes soit une hausse de 11 pourcent. A l’exception du blé (-10 pourcent) en raison des séquences sèches constatées durant la campagne, toutes les cultures céréalières ont enregistré une hausse comparativement à la moyenne quinquennale grâce au niveau favorable des pluies qui étaient bien repartis dans l’espace.

    • L’excédent céréalier est plus important dans la zone sahélienne du pays (+14 pourcent) qu’au sud du pays (+5 pourcent). Toutefois, le riz et le mil ont enregistré de déficits de 15 et 14 pourcent respectivement comparés à la moyenne quinquennale dans la bande soudanienne à cause des séquences sèches. Les seules régions déficitaires sont le BEG, le Wadi Fira et la Tandjilé qui présentent des déficits céréaliers allant de 6 à 12 pourcent.

    • Les ménages des régions du Kanem et de Bahr El Ghazal, puis ceux des départements de Kobé (Wadi Fira) et d’Abtouyour (Guera) vont commencer à dépendre du marché normalement en mars et auront des difficultés dans leur consommation alimentaire dès le premier semestre de 2017 compte tenu des fortes baisses de leurs principales sources de revenus. A cet effet, les ménages des deux régions et des deux départements seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) en avril et mai.

    • La situation pastorale est marquée par un bon embonpoint des animaux grâce à la disponibilité très favorable des pâturages pouvant couvrir les besoins alimentaires jusqu’à fin avril 2017 au lieu de fin-mars en année normale. Toutefois, dans les zones de transhumance, le pâturage sera disponible jusqu’à fin février au lieu de fin-mars en année normale suite à des séquences sèches. Les mares resteront bien remplies et peuvent continuer à abreuver les animaux jusqu’à février/mars dans le Sahel et avril dans la bande soudanienne comme d’habitude.

    • Grâce au niveau de stocks céréaliers meilleurs qu’en année normale, la bonne disponibilité des pâturages, et les revenus de la main d’œuvre agricole, la plupart des ménages est capable de couvrir leurs besoins alimentaires et la majorité des zones resteront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’à mai 2017, à l’exception du Lac affecté par les conflits avec Boko Haram. Il sera en Stress (Phase 2 de l’IPC) et dès avril en Crise (Phase 3 de l’IPC) suite à l’épuisement précoce des stocks.

       

      Pour plus de détail, voir les Perspectives sur la sécurité alimentaire d’octobre 2016 à mai 2017.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top