Skip to main content

La baisse des importations de blé renchérit les coûts de ses produits dérivés dans un contexte de hausse générale des prix des céréales locales

  • Mise à jour des messages clés
  • Tchad
  • Mars 2022
La baisse des importations de blé renchérit les coûts de ses produits dérivés dans un contexte de hausse générale des prix des céréales locales

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Malgré la timide reprise économique post COVID- 19, les sources de revenu des ménages pauvres et très pauvres restent en dessous de la moyenne à la suite du contexte sociopolitique lié à la transition et une série d’incendies. Ces incendies ont touché de nombreux commerces dont des marchés ruraux et urbains dans la plupart des zones touchées (Abéché, N’Djaména, Zouar, etc.), affectant ainsi les moyens d’existence des ménages très pauvres et pauvres notamment ceux ayant perdu leurs biens dans ces incendies. 

    • Malgré les récentes récoltes du sorgho de contre-saison, toutefois en dessous de la moyenne quinquennale de 3 pour cent, des hausses atypiques de prix du mil, mais, et du sorgho de 20 à 63 pour cent comparées à la moyenne quinquennale sont observées sur la plupart des marchés. A N’Djaména et dans les grands centres urbains, cette tendance est exacerbée par la hausse des prix des produits manufacturés et importés, dont celui du pain qui a augmenté de 25 pour cent par rapport à la normale, suite aux perturbations sur les importations de farine de blé engendrées par la crise russo-ukrainienne.

    • Faisant suite à la  période de soudure pastorale en cours, la situation reste tendue en zones de transhumance et agropastorale.  Au Wadi Fira, de nombreux troupeaux parcourent de longues distances, supérieures à une année typique, en quête de pâturages et de points d’abreuvement. L’embonpoint des animaux est significativement en deçà de la normale. En zone soudanienne, il est observé une surcharge pastorale provoquant une baisse atypique de niveau de la biomasse. Ceci affecte l’état d’embonpoint des animaux ; il est en dessous d’une année normale. 

    • Au Lac, l’insécurité continue de limiter les sources revenues telles que le petit commerce, la pêche, et l’artisanat des déplacés et ménages hôtes affectés par les déficits de production. Ils dépendent fortement des marchés et font face à des déficits de consommation ; ils sont en Crise (Phase 3 de l’IPC). La précarité financière des ménages pauvres et très pauvres, couplée aux baisses/épuisements de stocks affecte de nombreuses zones du pays dont le Sahel ; ils sont en Stress (Phase 2 de l’IPC). Cependant, les provinces du BEG, Kanem, Wadi Fira, basculeraient en Crise (Phase 3 de l’IPC) à partir de juin 2022. Compte tenu de la disponibilité des produits maraîchers et des stocks résiduels, la plupart des ménages de la zone soudanienne sont en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top