Skip to main content

Les conflits communautaires exacerbent l’insécurité alimentaire au sud et à l’est.

  • Mise à jour des messages clés
  • Tchad
  • Janvier 2022
Les conflits communautaires exacerbent l’insécurité alimentaire au sud et à l’est.

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Une recrudescence des conflits agriculteurs et éleveurs, liés au contrôle des ressources (espace pastoraux et agricoles) par suite de la forte présence des transhumants renforcée par les pasteurs retournés de la RCA est rapportée en zone soudanienne A Abéché, des affrontements intercommunautaires entre arabes et ouaddaïens, intervenus à partir du 23 janvier, ont perturbé les marchés de la ville et a mené l’administration provinciale à mettre en place un couvre-feu nocturne, suspendre les communications téléphoniques et interdire la circulation des taxi moto. 

    • En dépit de l’offre céréalière moyenne, la baisse atypique des stocks céréaliers des ménages suscite une pression sur les marchés.  Une hausse des prix de 25-36 pourcent comparée à la moyenne quinquennale est observée sur les prix du mil à Abéché, Moundou et Sarh à la suite de la forte demande des ménages. Les prix de produits de rente (sésame, arachide) suivent la même tendance en raison de la demande à l’exportation ainsi que du riz importé. Face à cette tendance haussière des prix de produits alimentaires, le gouvernement a interdit l’exportation des céréales en janvier. Une hausse de 25% par rapport à la normale est rapportée sur le prix du pain à Moundou et Sarh par suite de la hausse des prix des matières premières.

    • Les ressources pastorales sont inférieures à une année normale au Sahel Ouest et en zone de transhumance; il y subsiste un tapis herbacé résiduel, pauvre et un tarissement précoce, accéléré des points d’eau. Au BEG et au Kanem, les troupeaux parcourent de grandes distances entre les pâturages et les points d’abreuvement. Au Wadi Fira, la complémentation animale est assurée par le pâturage aérien consommé par les petits ruminants tandis que dans le Ouaddaï, ce sont les résidus de récoltes de berbéré que consomment les animaux.  

    • La persistance de l’insécurité avec leur corollaire de mouvements de populations continue de perturber les moyens d’existence des déplacés et ménages hôtes du Lac, ils font face à des déficits de consommations et sont en Crise (Phase 3 de l’IPC). Par suite des faibles stocks céréaliers couplés aux bas revenus limitant l’accès aux marchés, la plupart des ménages très pauvres et pauvres des zones sahéliennes et du centre (Guéra, Hadjer Lamis) ont une consommation alimentaire réduite d’adéquation minimale : ils sont en Stress (Phase 2 de l’IPC).  Les ménages de la zone soudanienne sont en insécurité minimale (Phase 1 de l’IPC) malgré les bas niveaux de stocks céréaliers des ménages.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top