Skip to main content

L’afflux des réfugiés et la hausse des prix des produits alimentaires de base maintiennent l’insécurité alimentaire de Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC) à Assoungha et Kimiti

  • Mise à jour des messages clés
  • Tchad
  • Mai 2024
L’afflux des réfugiés et la hausse des prix des produits alimentaires de base maintiennent l’insécurité alimentaire de Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC) à Assoungha et Kimiti

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les afflux réguliers des réfugiés soudanais et des migrants tchadiens retournés maintiennent une forte pression sur les moyens d’existence des ménages hôtes dans les provinces d’Ouaddaï, Sila et Wadi Fira. En raison de la compétition sur les rares opportunités de sources de revenu et de la hausse des prix des denrées alimentaires, ils éprouvent des difficultés d’accès aux marchés, réduisant ainsi leur consommation alimentaire. Pour leur source de nourriture, ces réfugiés dépendent des assistances humanitaires. Ainsi, ils sont en insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC). Cependant, les ménages dans les départements de Kimiti et Assoungha, où se concentrent le plus grand nombre de réfugiés, sont en Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC). L’accès alimentaire des déplacés internes et des ménages hôtes au Lac, ainsi que les ménages pauvres et très pauvres du Sahel Ouest (Bahr el Gazal et Kanem), est limité par le faible pouvoir d’achat en raison de l’érosion généralisée des revenus et des tendances haussières atypiques de prix. Ils sont confrontés à des déficits de consommation alimentaire et sont en Crise (Phase 3 de l’IPC). 
    • La baisse des productions de contre saison n’a pas permis la reconstitution des stocks des ménages dans les localités déficitaires du Sahel Ouest. À cela s’ajoute la hausse du prix du carburant qui a augmenté le coût du transport et réduit le volume des flux de produits alimentaires importés à partir de la Libye et du Nigeria respectivement vers le nord (Borkou et Tibesti) et le Lac. En raison de l’augmentation de la demande due à la dépendance accrue aux marchés en cette période de soudure, les prix des denrées alimentaires demeurent élevés, au-dessus de la moyenne quinquennale. Dans les zones d’accueil de réfugiés et de migrants tchadiens retournés, l’arrêt des flux entrants du Soudan couplé à l’inversion du sens de flux ainsi que la pression sur les marchés entraînent des hausses très significatives sur les prix des céréales. À Adré, Assoungha, le prix du mil est en hausse de 60 pour cent entre janvier et mai 2024. Par rapport à la moyenne quinquennale, les prix du mil affichent une hausse de 13 pour cent à N’Djamena et à Abéché, de même qu’au Kanem, on observe une hausse du prix du maïs de 22 pour cent. 
    • La saison est marquée par les activités des cultures de contre-saison et la préparation de la culture pluviale.  À Abéché, les récoltes des cultures de contre-saison, notamment l’ail et l’oignon, sont en cours. Dans le bassin rizicole de Bongor et Lai, le riz de contre saison est au stade de tallage, malgré la faible capacité d’irrigation en raison de coûts élevés du carburant utilisé pour les motopompes. À cause des difficultés d’irrigation, la production de contre-saison est estimée en-dessous de la moyenne. D’autre part, en zone soudanienne, les préparatifs des terres agricoles se poursuivent en attendant le début effectif de la saison à partir de fin mai. Cependant, l’accès aux intrants, dont l’engrais, essentiellement, reste une préoccupation pour les producteurs. 
    • Le contexte sociopolitique reste dominé par les résultats du scrutin présidentiel du 6 mai 2024. Malgré la proclamation des résultats en faveur du président de la transition, le déploiement d’importants dispositifs de sécurité patrouillant les artères des principales villes crée la psychose au sein de la population. Cet environnement d’incertitude politique impacte les activités de moyens d’existence des ménages pauvres et très pauvres urbains, telles que les emplois temporaires et les ventes à l’étalage qui sont réduits en raison de la perturbation des mouvements à travers la ville.     

    Citation recommandée: FEWS NET. Tchad Mise à jour des messages clés Mai 2024: L’afflux des réfugiés et la hausse des prix des produits alimentaires de base maintiennent l’insécurité alimentaire de Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC) à Assoungha et Kimiti, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top