Skip to main content

La baisse de l’approvisionnement des marchés et l’afflux des réfugiés dans les provinces de l’Est contribuent à la détérioration de la sécurité alimentaire au Tchad

  • Mise à jour des messages clés
  • Tchad
  • Avril 2024
La baisse de l’approvisionnement des marchés et l’afflux des réfugiés dans les provinces de l’Est contribuent à la détérioration de la sécurité alimentaire au Tchad

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La persistance de la crise au Soudan continue d’entrainer des afflux réguliers des réfugiés et des retournés dans les provinces d’accueil à l’est du Tchad où des conflits liés à l’accès aux ressources et à la concurrence sur les opportunités sont rapportés. Face à l’épuisement des stocks des ménages hôtes à cause de la faible production, le niveau de l’entraide entre les ménages hôtes et les réfugiés se détériore significativement. La perte des moyens d’existence des réfugiés et des retournés, couplée au manque d’opportunités d’emploi les soumet à la dépendance aux assistances humanitaires. Cependant, la faiblesse des ressources exprimée par les acteurs humanitaires, ne permet pas de combler le déficit de consommation alimentaire observé au sein des réfugiés et des retournés. Dans les localités d’Assoungha et de Kimiti, la précarité des ménages hôtes, qui ont épuisé leurs stocks, limite leur accès aux marchés des produits alimentaires. À cela viennent s’ajouter les effectifs pléthoriques des réfugiés soudanais et retournés tchadiens qui ont perdu leurs moyens d’existence.  Les ménages hôtes et les réfugiés ne peuvent pas satisfaire leurs besoins alimentaires sans une assistance alimentaire, ils sont en situation de Crise ! (Phase 3 ! de l’IPC). En raison de leur dépendance au marché, les ménages des zones sahéliennes (Kanem et du BEG) et sahariennes (Ennedi Ouest, Ennedi Est, Borkou et Tibesti), sont affectés par la baisse des approvisionnements des produits alimentaires à partir de la Libye induisant une hausse des prix. La baisse des opportunités, qui réduit le pouvoir d’achat des ménages pauvres et très pauvres du sahel ouest ainsi que ceux de la zone saharienne, ne leur permet pas d’accéder aux marchés, ils affichent une baisse de la consommation alimentaire, ils sont en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC). À la faveur des récoltes de contre-saison, les ménages de la zone soudanienne accèdent aux produits alimentaires de contre-saison qui leur permettent uniquement de satisfaire leurs besoins alimentaires, mais pas les dépenses non alimentaires. Ils sont en Stress (Phase 2 de l’IPC). 
    • Dans l'est du Tchad, malgré les opérations humanitaires, la distribution des vivres et le transfert monétaire, conduites durant le premier trimestre de l’année 2024, par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et ses partenaires, au bénéfice de 595 786 personnes, les réfugiés soudanais et les ménages hôtes éprouvent des déficits de consommation (UNHCR). Du fait de l’afflux incessant des réfugiés soudanais, les besoins en assistance alimentaire continuent d’augmenter, alors que le Plan de réponse humanitaire au Tchad n’est financé qu’à peine 35 pour cent à la fin de 2023 (CARE). En outre, la rareté des opportunités économiques ainsi que les mauvais résultats de la campagne agricole 2023-2024 accentuent la détérioration de la sécurité alimentaire des ménages hôtes, des réfugiés et des retournés. 
    • Les productions de contre-saison sont en baisse par rapport à une année normale à cause de la baisse des superficies cultivées et du retard des cycles de production. En raison de la hausse des prix des carburants induite par la pénurie, le faible pouvoir d’achat des ménages ne leur permet pas d’aménager de grandes superficies pour l’irrigation. Il en découle des faibles rendements des terres emblavées réduisant les volumes de production de contre-saison. Dans la zone septentrionale, la hausse des prix des carburants limite l’exploitation des surfaces disponibles pour les cultures de contre-saison. Par ailleurs, dans le sahel ouest (Kanem et BEG), il est observé un retard de cycle de production à cause de la persistance des ennemies des cultures, les criquets et les oiseaux granivores. 
    • L’offre de produits alimentaires est en baisse sur les marchés. Les faibles productions de la campagne agricole (pluviale et contre saison) ne permettent pas un important approvisionnement des localités déficitaires du sahel Ouest. La disponibilité des produits alimentaires importés est aussi affectée par la baisse des flux en provenance de la Libye à cause du contexte sécuritaire aux frontières et de la fermeture de la frontière avec le Soudan. En outre, à cause de la hausse du prix du carburant qui impacte le coût de transport, les flux interrégionaux des produits de contre-saison sont en baisse. Cependant, les commerçants des grandes villes continuent d’approvisionner les marchés grâce aux produits de contre-saison. Toutefois, les volumes de ces flux sont inférieurs à une année normale à cause des coûts élevés de transports.   

    Citation recommandée: FEWS NET. Tchad Mise à jour des messages clés Avril 2024: La baisse de l’approvisionnement des marchés et l’afflux des réfugiés dans les provinces de l’Est contribuent à la détérioration de la sécurité alimentaire au Tchad, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top