Skip to main content

Insécurité alimentaire de Stress pour les ménages pauvres du nord du pays

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Sénégal
  • Juin 2016
Insécurité alimentaire de Stress pour les ménages pauvres du nord du pays

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • PERSPECTIVE PROJETEE JUSQU’EN JANVIER 2017
  • Messages clé
    • L’approvisionnement des marchés en céréales reste suffisant partout dans le pays en ce début de soudure agricole grâce à la production céréalière 2015 supérieure à la moyenne. Le prix du riz brisure ordinaire qui constitue la principale céréale consommée reste similaire ou inférieur à la moyenne quinquennale à travers le pays ; ce qui favorise un accès moyen des ménages aux denrées.

    • Les récoltes du riz de contre saison attendues au cours du mois et qui seront moyennes à supérieures à la moyenne quinquennale grâce aux importants appuis du Gouvernement en intrants agricoles, amélioreront la disponibilité en cette denrée. Des opportunités de revenus et de nourritures supérieures s’offrent ainsi aux ménages pauvres à travers la main d’œuvre agricole voire la vente des récoltes dans la vallée du fleuve.

    • L’installation des pluies dans les zones agricoles du sud du pays d’une à deux semaines de retard relance la nouvelle campagne agricole qui bénéficie cette année d’importants appuis du gouvernement en intrants agricoles et en équipements. Les productions moyennes à supérieures à la moyenne attendues en octobre 2016 permettront de maintenir la majorité des ménages en insécurité alimentaire minimale (Phase 1 IPC) d’octobre à janvier 2017.

    • Les ménages pauvres dans les départements de Matam, Kanel, Raneyrou, Linguère et Louga qui traversent une soudure précoce à cause de l’épuisement précoce de leurs stocks après mauvaises récoltes 2015/16. Ils ont recours de façon atypique à des stratégies d’adaptation pour améliorer leur accès aux marchés et sont présentement en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 IPC) qui se maintiendra jusqu’en septembre.

      This report is being translated to English.

    Zone

    Anomalies Courantes

    Anomalies Projetées

     

     

     

    National

     

     

     

    • Le cumul de pluies est nettement déficitaire dans le pays à la date du 20 juin ; ce qui retarde le démarrage de la campagne agricole et l’amélioration des conditions d’élevage dans les zones pastorales.

     

    • Le Gouvernement a renforcé les aménagements hydro agricoles, la mise à disposition à temps des intrants agricoles et d’équipements agricoles pour la nouvelle campagne agricole.
    • Les prévisions de pluies normales attendues selon les centres de prévision relanceront la campagne agricole dans le pays même si un début de saison tardif à normal est prévu par le PRESAO pour la moitié nord du pays.

     

    • La disponibilité à temps des intrants agricoles et des équipements en plus des aménagements hydro agricoles permettront de rehausser le niveau des productions agricoles attendues en octobre 2016.

    PERSPECTIVE PROJETEE JUSQU’EN JANVIER 2017

    Les récoltes moyennes à supérieures à la moyenne du riz de contre saison attendues en juin grâce aux appuis multiformes du Gouvernement dans le cadre du programme autosuffisance en riz amélioreront les disponibilités alimentaires dans le pays. Des opportunités de revenus et de nourriture s’offrent ainsi aux ménages pauvres de la vallée en cette période de soudure agropastorale à travers la main d’œuvre autour des travaux de récoltes.

    Les premières pluies enregistrées particulièrement dans le sud du pays relancent la nouvelle campagne agricole. Le cumul pluviométrique du 1er mai au 20 juin 2016 est déficitaire à nettement déficitaire dans le pays ; ce qui pour l’instant n’a pas d’impact significatif sur le déroulement des activités agricoles en cette période. Les travaux de nettoyage et de semis en cours dans les zones agricoles du sud du pays constituent des opportunités de revenus et de nourriture pour les ménages pauvres à travers la main d’œuvre agricole. Les prévisions de pluies normales attendues dans le pays de juin à octobre 2016 selon les centres de prévisions météo (PRESAO, IRI, NMME) en plus des appuis multiformes du Gouvernement en termes d’intrants agricoles (semences, engrais) et d’équipements permettent d’espérer sur une production agricole moyenne à supérieure à la moyenne en octobre 2016.

    La soudure pastorale en cours dans le pays se déroule normalement grâce aux conditions moyennes d’élevage dans les zones habituelles de concentration d’hivernage du bassin arachidier et dans le sud du pays. Les troupeaux transhumants s’apprêtent à amorcer la remontée vers les pâturages d’hivernage grâce à un début de reconstitution des pâturages et des points d’eau. La disponibilité moyenne des pâturages favorise une production et des revenus moyens pour les ménages éleveurs afin de maintenir leur accès aux marchés.

    L’approvisionnement des marchés en céréales reste suffisant partout à travers le pays. Les disponibilités en céréales moyennes grâce à la bonne production de 2015/16 particulièrement pour le riz et aux importations habituelles de mil et de maïs à partir du Mali et du Burkina permettent de satisfaire les demandes habituelles en hausse doublées de celles du Ramadan. Le prix du riz brisure ordinaire qui constitue la principale céréale consommée est par rapport au mois passé pratiquement stable dans l’ensemble excepté sur les marchés de Kafrine et de Kaolack où une hausse respective de 7,4 et 9,7% est observée. Le prix du riz brisure ordinaire est similaire ou en baisse par rapport à la moyenne quinquennale. La tendance des prix favorables à l’accès des ménages aux denrées se maintiendra jusqu’à leur baisse saisonnière à partir d’octobre grâce aux nouvelles récoltes. La majorité des ménages est en insécurité alimentaire minimale grâce à la disponibilité alimentaire moyenne des denrées, le prix des céréales de base inférieur à la moyenne et des revenus globalement moyens.

    Toutefois, les ménages pauvres dans les régions de Matam, Linguère et de Louga à cause de l’épuisement précoce de leurs stocks après mauvaises récoltes 2015/16. Ils ont recours à des stratégies d’adaptation atypiques pour satisfaire leurs besoins alimentaires. La soudure précoce dès le mois de mai contre juin en année habituelle amène les ménages à recourir plus aux emprunts, à la réduction des dépenses non alimentaires et intensifier plus que d’habitude la main d’œuvre et la migration. La préférence des aliments de moindre qualité et le rationnement en cette période de soudure engendre une dégradation plus élevée de la situation nutritionnelle déjà critique dans la zone selon les normes OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Les ménages pauvres qui ont recours à ces stratégies atypiques seront en situation d’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de juin à août. A partir de septembre, la disponibilité des récoltes en vert qui mettra fin à la soudure permettra aux ménages pauvres de se retrouver en situation d’insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en janvier 2016.

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top