Skip to main content

La situation alimentaire commence à s’améliorer grâce aux nouvelles récoltes

  • Mise à jour du suivi à distance
  • République centrafricaine
  • Octobre 2013
La situation alimentaire commence à s’améliorer grâce aux nouvelles récoltes

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à mars 2014
  • Messages clé
    • Avec les récoltes dans les régions du sud et de l’ouest, la situation alimentaire des ménages dans ces zones s’est améliorée par rapport au pic de la soudure en août. Ces derniers sont capables de couvrir leurs besoins alimentaire et seront en phase 1 de l’IPC (Minime) jusqu’à mars 2014.

    • Dans les régions du nord et du centre, la situation sécuritaire continue à limiter l'accès aux activités génératrices de revenus habituelles et aux champs pour les activités agricoles par les ménages. Par conséquence, l'accès à la nourriture reste limitée et ces derniers continueront d'être en Stress (Phase 2 de l'IPC) jusqu’à mars 2014.

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    Mambéré-Kadeï, Lobaye, Ombella, Ouham, Kaga Bandoro, et Sibut

    Niveau de récolte inférieur à la moyenne.

    Le niveau de réserves alimentaires sera en dessous de la normale et la dépendance des ménages vis-à-vis des achats sur le marché sera au-dessus de la normale.


    Perspective projetée à mars 2014

    Depuis le mois de décembre 2012, la Centrafrique traverse une crise politico-militaire et les bandes armées continuent à sillonner le pays. La situation reste instable et provoque régulièrement des déplacements de populations. Selon l’UNHCR, environ 400 000 personnes sont déplacées dans le pays, y compris les 37 000 de la ville de Bossangoa au cours des deux derniers mois en raison de violence dans les zones avoisinantes.

    Les incidents liés à l’insécurité sont toujours signalés à Bangui et dans tout le pays et la communauté humanitaire est de plus en plus la cible de pillages et attaques par des groupes armés. Cette situation limite considérablement l’assistance aux personnes vulnérables (refugiées et déplacées). Malgré la situation sécuritaire instable, les ONGs (ACF, MSF, Mercy Corps, COOPI, CICR…), les agences des nations unies, et leurs partenaires coordonnent leurs efforts pour venir en aide aux vulnérables dans leurs zones d’intervention respectives. Par exemple durant le mois d'août 2013, le Programme alimentaire mondial (PAM) indique qu'elle a distribué 715 MT de vivres à 55 126 bénéficiaires dans le pays.

    Dans les régions du nord, les récoltes qui commencent timidement seront inférieures à la moyenne. Malgré une pluviométrie relativement normale, les images satellitaires indiquent une faiblesse de la verdure entre juillet et septembre, surtout à Lobaye, Mambéré-Kadeï, Lobaye, Ombella, Ouham, Kaga Bandoro et Sibut (Figures 2 et 3). Ces informations satellitaires pourraient corroborer les hypothèses du terrain selon lesquelles un retard dans l’installation de la campagne conjugué aux impacts du conflit depuis décembre 2012 sur la disponibilité des semences, outils agricoles et accès aux champs ont eu un effet significatif sur les aires cultivées. Plus récemment, certains producteurs ont aussi abandonné leurs champs suites à la violence en fin aout et début septembre. Pour les ménages pauvres qui dépendent de la vente de la main d’ouvre agricole comme une source importante de revenus, les perturbations des activités agricoles ont entraîné une baisse du niveau du revenu de cette source.

    Comparé au pic de soudure en août, la situation alimentaire connait globalement une légère amélioration grâce au début des récoltes de niébé et de maïs et à la bonne disponibilité des tubercules notamment le manioc par endroit. La facilité d’accès aux denrées alimentaires de base est variable selon les régions et les différentes couches sociales et s’améliore progressivement du sud vers le nord. Ainsi, dans les régions sud, ouest et une partie de la région de l’est, les ménages s’approvisionnent à partir de leur propre production et seront en insécurité alimentaire Minimale (phase 1 de l’IPC) jusqu’à mars 2014.

    Dans les régions du nord et du centre qui ont connu les effets combinés de la crise polito-militaire et des perturbations de la campagne agricole, l’accès aux denrées de base demeure une préoccupation malgré le début de récoltes. La disponibilité alimentaire chez les ménages et les commerçants est faible comparée à la tendance saisonnière normale. En outre, l’accès aux revenus habituels des ménages et aux champs ainsi que la relance des activités maraîchères sont contraints par la situation sécuritaire. Dans ces zones, les ménages pauvres s’engageront moins que d’habitude dans les dépenses non-alimentaires essentielles et seront en Stress (Phase 2 de l'IPC) jusqu’à mars 2014.

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Cumuls de pluviométrie estimée (RFE) ; Batangafo, Ouham

    Figure 2

    Cumuls de pluviométrie estimée (RFE) ; Batangafo, Ouham

    Source: USGS/FEWS NET

    eMODIS Indice différentiel normalisé de végétation (NDVI) ; Batangafo, Ouham

    Figure 3

    eMODIS Indice différentiel normalisé de végétation (NDVI) ; Batangafo, Ouham

    Source: USGS/FEWS NET

    Figure 4

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top