Skip to main content

Les inondations et le regain de la violence aggravent le mauvais accès à la nourriture

  • Mise à jour du suivi à distance
  • République centrafricaine
  • Décembre 2019
Les inondations et le regain de la violence aggravent le mauvais accès à la nourriture

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • PERSPECTIVE PROJETÉE À MAI 2020
  • Messages clé
    • Les inondations, une augmentation relative de la violence contre les civils depuis septembre 2019 et les tensions le long des couloirs de transhumance ont affecté négativement les revenus des ménages et l'accès à la nourriture fin 2019. La phase Crise (Phase 3 de l'IPC) sont attendus dans les zones touchées par les conflits, où la production agricole est faible et les prix alimentaires élevés sont élevés.

    • Bien que la production agricole nationale soit supérieure à la moyenne quinquennale, le conflit continue de perturber l'accès aux marchés et plusieurs marchés sont inaccessibles en raison des inondations. Les fortes précipitations à la fin de la saison ont aussi affecté le séchage et le stockage des cultures pendant la récolte principale. L'approvisionnement du marché en aliments de base est inférieur à la normale dans les zones touchées par les inondations et les zones touchées par les conflits. Les prix des denrées de base sont plus élevés que l'an dernier sur plusieurs marchés de référence clés.

    • Les prix des aliments de base devraient rester supérieurs à la moyenne tout au long de la période de projection. Les prix des denrées alimentaires continueront probablement d'augmenter en 2020, car les stocks alimentaires des ménages sont épuisés et la saison de soudure commence, en particulier si les tensions augmentent avant les élections de 2020/21 et provoquent des perturbations des flux commerciaux. Sans amélioration de l'accès humanitaire et de la fourniture de l'aide alimentaire, les populations préoccupantes - y compris les personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDIs), les ménages pauvres dans les zones à forte présence de PDI et les ménages qui ont perdu des récoltes et des biens pendant les inondations de 2019 - seront confrontés à une augmentation de la consommation alimentaire déficits indiquant une Crise (Phase 3 de l'IPC) ou pire.          

    ZONEANOMALIES ACTUELLESANOMALIES PROJETÉES
    NationaleUn regain de violence contre les civils de septembre à novembre a entraîné de nouveaux déplacements et freiné les retours planifiés et spontanés de PDIs (OCHA, octobre 2019). En raison des inondations supplémentaires en novembre, environ 100 000 personnes ont été touchées par les inondations cette saison, principalement le long de la rivière Oubangui, et certaines zones touchées sont difficiles à atteindre. L'accès humanitaire est limité dans les zones touchées par le conflit et les zones inondées difficiles à atteindre par la route.Des élections présidentielles et législatives sont prévues fin 2020 et début 2021, précédées d'une cartographie électorale et d'opérations d'inscription des électeurs. Il est à craindre que les prochaines élections ne provoquent de nouvelles tensions intercommunautaires, des affrontements entre groupes armés ou des violences contre les civils, ce qui pourrait entraîner de nouveaux déplacements internes ou freiner le processus de retour volontaire de PDIs ou de réfugiés. Le regain de la violence entraverait encore davantage l'accès humanitaire et la fourniture d'aide alimentaire.
    NationaleLes inondations et les conflits ont réduit les flux commerciaux et le fonctionnement des marchés dans les zones touchées. En conséquence, les prix des denrées de base restent anormalement élevés pendant la période de récolte malgré une production agricole nationale supérieure à la moyenne.Les prix des denrées alimentaires devraient rester élevés et supérieurs à la moyenne tout au long de la période de projection. Les prix des denrées alimentaires pourraient encore augmenter pendant la période de soudure, lorsque les stocks alimentaires des ménages sont épuisés, ce qui affectera plus particulièrement les ménages dans les zones de conflit ou d'inondations.

     


    PERSPECTIVE PROJETÉE À MAI 2020

    Un regain de violence contre les civils est observé depuis septembre, en particulier à Basse-Kotto, Kabo, Batangafo et Bokaranga (Figure 1). La violence continue de limiter à l'accès humanitaire et d'entraîner des suspensions temporaires des opérations humanitaires et de la fourniture d'aide alimentaire. En 2019, 272 événements contre des acteurs humanitaires ont été signalés, principalement à Kaga-Bandoro, Bria, Bambari, Batangafo et Bangui et dans plusieurs autres zones qui abritent de nombreuses PDIs. À Birao, dans la préfecture de la Vakaga, la présence des forces armées de maintien de la paix et les médiations conduites par les responsables communautaires de la zone permettent une reprise progressive des activités commerciales. Toutefois, les PDIs sur les sites (environ 10 000) estiment que les conditions sécuritaires ne sont pas encore réunies pour encourager les retours (Entretien, GUIRA FM).

    De plus, de nouvelles tensions entre agriculteurs et éleveurs ont été observées en décembre le long des couloirs de transhumance : Kaga-Bandoro, Bouca, Kabo, Mingala et sur l’axe Bambari-Ippy, des regains de tensions entre agriculteurs et pasteurs ont été observés en ce mois de décembre.  La destruction de champs est généralement à l’origine de ces tensions. Dans les couloirs affectés cela contribue à réduire les productions et décourage certains producteurs à pratiquer l’agriculture.

    Les préfectures de Bangui, Basse-Kotto, Lobaye, Mbomou, Nana-Gribizi, Ombella Mpoko, Ouaka, Ouham et Vakaga ont été les plus touchées par les inondations (Figure 2). À l'exception des préfectures de Bangui et Ombélla-Mpoko, la plupart des localités touchées par les inondations restent d'accès limité, en particulier dans Mobaye, Mingala, Kabo, Bambouti et Zangba. En conséquence, l’assistance alimentaire qui a touché 46 674 personnes a été plus présente dans les zones accessibles, alors qu’ailleurs, le recours aux produits de cueillette constitue la principale source de nourriture des sinistrés. Le PAM a planifié pour décembre la distribution de rations alimentaires de 15 jours à 4 474 personnes sinistrées à Kouango dans la Ouaka et à    8 210 personnes à Bema et Ouango dans le Mbomou.

    Dans les régions où la production agricole locale était supérieure à la moyenne, comme dans les préfectures de Sangha-Mbaéré, Ouham-Péndé, Kémo et Lobaye, l'approvisionnement du marché est adéquat et la production locale est la principale source de nourriture. Cependant, l'approvisionnement du marché reste faible dans les zones de conflit et touchées par les inondations, soutenant des prix alimentaires élevés. La violence renouvelée, les barrières routiers et les taxes imposés par les groupes armés et les inondations qui ont détruit les récoltes dans des zones localisées ou isolé plusieurs localités ont tous contribué à la réduction les flux commerciaux et le fonctionnement du marché, ce qui a entraîné les prix des denrées alimentaires de façon atypique élevés pendant la période de récolte. À Bria, par exemple, la cuvette de manioc a coûté 2 500 XAF début décembre contre 1 500 XAF en décembre 2018. Sur les marchés de Bambari, Bangassou et Bangui, les prix du maïs et du manioc ont augmenté de 38 pour cent et 67 pour cent par rapport à décembre 2018. A Obo dans la Haut-Mbomou, les prix du maïs et du manioc sont respectivement deux et quatre fois plus élevés que sur les marchés plus accessibles du pays.

    Dans les zones touchées par les conflits, les PDIs et les hôtes continuent d’avoir des déficits de consommation alimentaire en raison de la faible production agricole et de l'accès limité aux aliments, bien que la disponibilité maximale des produits de cueillette après la saison des pluies ait probablement quelque peu amélioré leur quantité alimentaire. Dans certaines de ces zones, les inondations ont aussi endommagé les cultures. Bien que ces populations tirent un certain revenu de la vente des produits de cueillette et de la pratique des activités minières et du petit commerce des produits de la pêche et de la chasse, les prix élevés des denrées alimentaires et l'accès difficile aux marchés limitent leur capacité à acheter de la nourriture. L'accès à la nourriture devrait se détériorer jusqu'en mai, en particulier lorsque les stocks alimentaires des ménages seront épuisés d'ici mars et que les prix des denrées alimentaires augmenteront pendant la période de soudure. Dans les préfectures de l'est et du sud-est, en particulier à Vakaga, Haute-Kotto, Basse-Kotto, Mbomou et Haute-Mbomou, les déficits alimentaires devraient se accroître. Une augmentation de l'aide alimentaire et un meilleur accès humanitaire sont nécessaires pour prévenir la phase Crise (Phase 3 de l'IPC) ou des résultats pires.

    Dans les zones accessibles qui sont moins touchées par les conflits, les principales sources de nourriture et de revenus des ménages proviennent de la production agricole. Les inondations ont endommagé les récoltes dans plusieurs préfectures du centre et du sud, notamment à Nana-Gribizi, Ouaka, Ouham et Bangui, où des groupes armés sont aussi actifs et où des tensions entre agriculteurs et transhumants affectent négativement les moyens d’existence. Toutefois, le fonctionnement des marchés et l'accès à l'aide alimentaire sont nettement meilleurs dans ces régions, tandis que la disponibilité des produits de cueillette est aussi à son apogée annuelle. Ces zones sont les plus susceptibles de rester la phase Stress (Phase 2 de l'IPC). Dans les préfectures de l'Ouest plus calmes, où la production agricole était supérieure à la moyenne, Minimale (IPC Phase 1) est prévu, étant donné la disponibilité des stocks alimentaires des ménages jusqu'en mars, la disponibilité des produits de cueillette et les prix des aliments de base relativement normaux.

    Figures graphique montrant les incidents et les décès par mois

    Figure 1

    Figure 1

    Source: données ACLED

    une carte indiquant le nombre de personnes touchées par les inondations dans chaque préfecture

    Figure 2

    Figure 2

    Source: OCHA

    Central African Republique Seasonal Calendar
Saison des pluies : avril à octobre dans le sud et juillet à septembre dans le

    Figure 3

    Figure 3

    Source: FEWS NET

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top