Skip to main content

L’occupation des principaux axes routiers par les groupes rebelles affecte négativement l’approvisionnement du pays

  • Mise à jour des messages clés
  • République centrafricaine
  • Janvier 2021
L’occupation des principaux axes routiers par les groupes rebelles affecte négativement l’approvisionnement du pays

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Depuis l’annonce des élections en décembre, les groupes armés opposés à la tenue des élections sont actifs dans plusieurs préfectures. Selon le gouvernement et l'UNHRC, plus de 120 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays ou vers le Cameroun voisin. Le regain de conflit a aussi amené les acteurs humanitaires à réduire leur activité ou à suspendre l’assistance alimentaire, dans presque toutes les préfectures.

    • Depuis mi-décembre, le blocage du principal axe d’approvisionnement du pays (Bangui-Douala) par les groupes rebelles et la fermeture de la frontière avec le Cameroun entrainent une réduction considérable des stocks commerçants en produits importés sur la plupart des marchés.  De même, les contrôles de la circulation intérieure suite à l’activisme des groupes armés empêchent également les flux de marchandises entre les zones de production et les centres urbains. En conséquence, les prix des denrées alimentaires restent élevés en particulier dans la capitale avec des prix de 25% pour le maïs, 33% pour le manioc, 17% pour le riz et 15% pour le pétrole plus élevé que l'an dernier. Toutefois, dans l’ensemble, comparé à l’année écoulée, les prix des produits locaux enregistrent des baisses pour le manioc et le maïs respectivement de 25% et 29%. Le prix du riz importé reste élevé, mais stable dans l’ensemble.

    • Outre les déplacements de populations, la reprise du conflit limite l’accès aux champs et aux autres sources de revenu, car les mouvements de populations sont réduits et les principaux acheteurs n’arrivent plus à rejoindre les marchés des zones de production. Le ralentissement du transport interurbain et le couvre-feu et l’état d’urgence en vigueur affectent négativement les emplois, notamment dans les centres-urbains. En raison de la baisse de l’assistance et de la réduction de leur pouvoir d’achat, les ménages pauvres dans les villes et les ménages pauvres dans les zones de forte présence de PDI et dans les localités victimes des inondations, sont contraints de réduire les quantités de nourriture et le nombre de repas consommé par jour et sont exposés à l’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC).

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top