Skip to main content

Des récoltes en de-dessous de la moyenne d’avant la crise

  • Mise à jour des messages clés
  • République centrafricaine
  • Janvier 2019
Des récoltes en de-dessous de la moyenne d’avant la crise

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Dans le sud-ouest, les ménages consomment et vendent maintenant les stocks de la seconde saison dont les récoltes ont commencé en décembre, bien que l’activité des groupes armés continue à faire perdre des ventes des produits de rente. Compte tenu que les récoltes céréalières (sorgho, maïs, riz) et de coton restent en-dessous de la moyenne avant la crise en 2013, un début précoce de la période de soudure est probable en mars dans le nord et en avril dans le sud. La majorité de retournés n’ont pas pu rattraper à temps la période de semis ou ont manqué d’outils agricoles et de semences adaptées pour emblaver des surfaces suffisantes. La plupart les ménages dans ces zones plus calmes devront recourir aux aliments sauvages et aux achats sur le marché et devraient maintenir les résultats de Stress (Phase 2 de l’IPC).   

    • Selon l'OIM (DTM Dashboard 6), le nombre moyen de nouveaux déplacements internes est passé à 10 559 par mois entre octobre et décembre 2018, contre 6 324 par mois entre août et septembre 2018. Cependant, cela représente toujours une amélioration par rapport au premier semestre de 2018, qui comptait en moyenne 14 380 nouveaux déplacés internes enregistrés chaque mois. Parallèlement, le nombre moyen de retournés de RCA et d’autres pays est resté relativement stable depuis août, à environ 11 420 par mois. Les foyers de tensions entre groupes armés restent encore vifs en ce début de mois dans certaines localités à Bakouma (Mbomou), à Bria (Haute-Kotto), à Bambari (Ouaka) où les violences continuent d’entrainer des déplacements spontanés de populations.

    • Les PDIs continuent de dépendre de l'aide alimentaire humanitaire et des achats de produits alimentaires sur le marché. Les prix des produits importés (riz et huile de palme) restent volatiles d’un mois à l’autre en raison des fermeture ou rupture temporaire dans l’approvisionnement. A Bambari, les prix des denrées de base, excepté le manioc, ont plus que doublé en décembre comparativement à décembre 2017. A Bangassou, des hausses modérées de prix sont aussi observées pour le manioc (+50%), le riz (+25%) et l’huile de palme (+40%) en partie liée à la demande additionnelles des retournés. En décembre, des rations alimentaires pour 20 jours ont pu être apportées à 34 850 personnes dans Basse-Kotto (couvrant 41% des PDI et retournés) et à 42 500 personnes dans l’Ouham (couvrant 75% des PDI et retournés), permettant l’insécurité alimentaire aigue Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) dans ces zones. La situation de Crise (IPC Phase 3) ou pire persiste sur d’autres sites de déplacés et de retournés.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top