Skip to main content

À l’orée de la soudure, les déterminants de l’insécurité alimentaire demeurent l’insecurité et la hausse des prix

  • Mise à jour des messages clés
  • République centrafricaine
  • Mars 2024
À l’orée de la soudure, les déterminants de l’insécurité alimentaire demeurent l’insecurité et la hausse des prix

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les activités de préparation des champs se poursuivent dans les régions centrales et méridionales du pays, en attendant les premières pluies significatives pour le démarrage effectif des semis de cultures vivrières en avril, telles que le maïs, les arachides, les haricots, les courges et les patate douces. Dans le nord, les semis de millet, de sorgho et de riz devraient commencer au cours du mois de juin. Au cours de la dernière campagne agricole, de nombreux ménages vivant dans les zones les plus précaires n'ont pas ou peu cultivé, faute de pouvoir accéder à leurs champs en toute sécurité. Le conflit reste le plus intense dans la Haute-Kotto, la Haute-Mboumou, la Vakaga et l'Ouham-Pende. Ces ménages sont donc confrontés à un début précoce de la période de soudure en raison de l’amenuisement rapide des stocks familiaux et ont déjà recours à des stratégies d’adaptation négatives telles que la réduction de la quantité et du nombre de leurs repas quotidiens, risquant ainsi d’être exposés à une situation de phase Crise (Phase 3, IPC).
    • L’amenuisement rapide des stocks alimentaires paysans a entrainé un accroissement de la demande des ménages en denrées alimentaires sur les marchés, alors que l’offre des produits alimentaires locaux est en baisse saisonnière. Les prix des denrées alimentaires, déjà très élevés dans les zones de conflit en raison de la réduction des approvisionnements et des coûts de transport élevés, ont continué à augmenter. En revanche, l’offre des produits importés (riz et huile végétale) est relativement stable dans les zones sécurisées, mais reste faible dans les préfectures où sévissent les groupes armés rebelles, telles que Obo et Bria. Les pénuries périodiques de carburant ont aggravé la situation.
    • Le principal facteur déterminant de l’insécurité alimentaire des ménages en RCA demeure l’insécurité civile avec ses lots de morts, de personnes déplacées internes et de réfugiés. Selon OCHA, un centrafricain sur cinq est soit déplacé à l’intérieur de son pays soit à l’étranger. La commission de déplacement de population a dans son dernier rapport fait état de 522 231 personnes déplacées internes au 31 janvier 2024. Bien que l’on continue d’enregistrer de nouveaux déplacements de populations à certains endroits, notamment dans les préfectures de la Haute-Kotto, de l’Ouham Pendé et de la Ouaka du fait de la violence des groupes armés, on enregistre également, des retours spontanés de PDI dans leur localité d’origine du fait de l’amélioration de la situation sécuritaire dans ces localités (notamment dans préfectures de la Haute-Kotto et de la Nana-Gribizi.). Ces retours augurent du retour à la stabilité de la situation socio-politique dans certaines zones.

    Citation recommandée: FEWS NET. République centrafricaine Mise à jour des messages clés Mars 2024: À l’orée de la soudure, les déterminants de l’insécurité alimentaire demeurent l’insecurité et la hausse des prix, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top