Skip to main content

Augmentation saisonnière des déplacements due à des inondations localisées

  • Mise à jour des messages clés
  • République centrafricaine
  • Janvier 2024
Augmentation saisonnière des déplacements due à des inondations localisées

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Dans les zones de conflits et les zones victimes d’inondation, les ménages pauvres qui n’ont pas eu assez de récolte à cause des difficultés d’accès à leurs champs de culture, ou qui ont perdu leurs récoltes et leurs biens dans les inondations sont contraints d’acheter leur aliment de base. Combinés aux prix élevés des denrées alimentaires, les ménages pauvres éprouvent des difficultés pour accéder à une nourriture suffisante et s’exposent à une insécurité alimentaire aiguë de phase Stress (phase 2 de l’IPC), et pour certains à une insécurité alimentaire de phase Crise (phase 3 de l’IPC). Hors de ces zones insécurisées, les ménages pauvres, dans leur grande majorité, parviennent à subvenir à leurs besoins alimentaires et non alimentaires essentiels. Cela est possible grâce aux récoltes de leurs parcelles de cultures et aux revenus tirés des activités de saison sèche, telles que la chasse, la cueillette, la migration et la pêche.
    • Toutefois, le niveau des prix des produits alimentaires est en général très élevé particulièrement dans les zones de conflit. Par exemple, au mois de décembre au marché de Obo, le manioc affichait un prix 91 pour cent supérieur à celui de la moyenne des 5 dernières années et dans le marché de Bria, le prix du riz a varié de 89 pour cent plus cher par rapport à la moyenne des 5 dernières années. En général, le prix du manioc est également plus élevé cette année par rapport à l’année dernière, tandis que les prix du riz et du maïs sont plus stables. 
    • Le gouvernement a apporté une aide aux sinistrés des inondations qui ont affecté les localités riveraines de la ville de Bangui. Cette aide qui a porté sur une distribution de vivres et non-vivres a touché environ 3000 ménages. En rappel, c’est depuis la fin du mois d’octobre et début novembre 2023 qu’une série d’inondations ont été enregistrées dans plusieurs localités suite aux pluies diluviennes qui ont entrainé le débordement du fleuve Oubangui. Ces inondations auraient touché environ 50.000 personnes à travers plusieurs localités du sud du pays. L’aide humanitaire apporté par le gouvernement devrait se poursuivre dans les autres localités touchées par les inondations.
    • Selon OCHA, au 30 novembre, le nombre total de personnes déplacées internes (PDI) se chiffrait à 543 819 contre 504 992 personnes au 31 octobre dernier. Cet accroissement global des PDI fait suite aux inondations qui a fait de nombreuses victimes dans les préfectures de Mbomou, Bangui et Ombella M'Poko, mais également aux violences des groupes armés dans certaines localités notamment dans les préfectures de l’Ouham et l’Ouham-Pende. Malgré cette augmentation globale, à l’inverse, on signale, des retours spontanés de PDI dans leur localité d’origine. Ces retours qui se font à la faveur de l’amélioration de la situation sécuritaire, ont été relativement importants dans les préfectures de la Haute-Kotto et de la Nana-Gribizi.

    Citation recommandée: FEWS NET. République centrafricaine Mise à jour des messages clés Janvier 2024: Augmentation saisonnière des déplacements due à des inondations localisées, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top