Skip to main content

Les conditions hydriques encore satisfaisantes pour une bonne campagne agricole

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Septembre 2014
Les conditions hydriques encore satisfaisantes pour une bonne campagne agricole

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Nationale Actuelle
  • Suppositions Mise à Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à Décembre 2014
  • Messages clé
    • Dans la plupart des zones agricoles du Niger, les importantes précipitations enregistrées au cours du mois d’août ont favorisé d’importantes réserves en eaux pour les cultures dont les premiers semis sont dans la dernière phase de développement végétatif en ce début septembre 2014. Ainsi, de bonnes perspectives de production sont attendues si les conditions actuelles continuent au-delà de la mi-septembre.

    • Le développement du tapis herbacé et le niveau de remplissage des points d’eau sont globalement satisfaisants dans la zone pastorale favorisant de conditions améliorées de pâturage et d’abreuvement pour le bétail.

    • Les indicateurs de sécurité alimentaire n’ont pas encore connu des améliorations dans certaines zones où les opportunités économiques des ménages pauvres sont compromises par les inondations et où les assistances alimentaires sont encore nécessaires pour couvrir les besoins de consommation. Ces ménages localisés dans les zones de Ouallam, Mayahi, Mainé Soroa, Diffa sont au moins en Stress (Phase 2 de l’IPC) de l’insécurité alimentaire aigue en septembre 2014.

    • La zone des transhumants et nomade du département de Nguigmi (Diffa) est encore en Stress (Phase 2 de l’IPC) d’octobre à décembre au moins suite à la baisse de la valeur marchande des animaux consécutive à la faible demande à l’exportation vers la Libye.


    Situation Nationale Actuelle

    Le début du mois de septembre est caractérisé par une baisse de l’intensité des pluies. Toutefois avec l’humidité du sol favorisé par les fortes précipitations enregistrées depuis la seconde décade de juillet, les cultures céréalières et de rente continuent de bénéficier de bonnes conditions hydriques. Ainsi, la campagne agricole en cours progresse normalement à la faveur de bonnes conditions météorologiques, qui ont permis aux cultures d’améliorer significativement leur progression avec des stades avancés de grenaison-maturité observés dans plusieurs localités du pays. Les perspectives de la campagne agricole sont attestées par le début, dès ce mois de septembre, des opérations de récoltes de mil et niébé observées dans les principales régions productrices de Dosso, Tahoua, Tillabéri, Maradi et Zinder. La situation phytosanitaire marquée par quelques attaques de faible ampleur des ennemis des cultures dans presque toutes les régions ne va changer les perspectives de production attendues dans le pays.

    Malgré ces conditions généralement bonnes dans l'ensemble du pays, plusieurs villages agricoles ne bénéficieraient pas de bonnes perspectives de productions agricoles compte tenu du retard de semis, de la croissance lente due à l’humidité élevée et du lessivage des sols aggravé par l’intensité des pluies du mois d’août. Ces quelques zones à extensions spatiales limitées, soit environ 30 pour cent de la zone agricole du pays, sont localisées dans toutes les régions mais avec une plus grande proportion dans les régions de Zinder et Diffa.

    Les améliorations des conditions pastorales se manifestent par une amélioration de l’état physique des animaux et de leur valeur marchande. Ces conditions vont davantage s’améliorer en octobre-novembre-décembre avec la disponibilité des résidus des cultures qui renforcent le disponible fourrager et les prix rémunérateurs des animaux dont la demande va connaître un pic en octobre-novembre-décembre avec la Tabaski et la fête de fin d’année. On signale toutefois des situations déficitaires dans les départements de Tchintabaraden (Tassara) et nord Ouallam et dans les enclaves pastorales envahies par les espèces non appétées. Cette situation va se traduire par une baisse de l’apport des enclaves dans les disponibilités fourragères.

    L’approvisionnement régulier des marchés se poursuit normalement et se renforce, grâce à une amélioration de l’offre provenant des producteurs, des commerçants, des banques céréalières, des importations des céréales en provenance du Nigéria, du Bénin, et du Ghana suivant le commerce transfrontalier formel régulier, et des stocks publics. Les nouvelles récoltes ont entraîné une diminution de la demande provenant des producteurs. Sur la plupart des marchés du centre et l’ouest du pays, les prix des produits alimentaires (mil, maïs, sorgho) sont globalement en baisse de 11 à 28 pour cent par rapport à la moyenne et à la même période de 2013. Par contre, sur les marchés de l’Est notamment à Diffa, les prix des céréales sont restés plus hauts de 5 à 15 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale à cause du problème sécuritaire au Nigéria qui limite l’approvisionnement normal des marchés. Ces prix ont toutefois amorcé la tendance saisonnière à la baisse avec une ampleur plus significative qu’à la même période de 2013 sur la majorité des marchés.

    Il faut aussi signaler les effets des inondations dans quelques zones des régions de Tillabéri (Kollo et Filingué), de Dosso (Boboye), de Maradi, Tahoua et de Zinder qui totalisent 59 020 personnes affectées. Toutefois les impacts significatifs sur les biens et moyens d’existence restent localisés.


    Suppositions Mise à Jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirment les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période de juillet à décembre 2014.


    Perspective Estimée Jusqu'à Décembre 2014

    Avec les nouvelles récoltes qui favorisent l’autoconsommation, la demande de céréales en octobre-décembre va concerner les éleveurs et quelques ménages des poches isolées des zones agricoles et agropastorales dont les stocks vont commencer à s’épuiser en décembre à cause des déficits céréaliers consécutifs aux semis tardifs et aux inondations. Toutefois, les revenus de la main d’œuvre pour les ménages à déficits céréaliers et des ventes d’animaux pour les ménages éleveurs seront suffisants pour couvrir les dépenses alimentaires et non alimentaires si l’allure prometteuse de la campagne se maintient jusqu’en fin septembre 2014., L’insécurité alimentaire des ménages va se situer globalement en Minimale (Phase 1 de l’IPC) entre octobre et décembre sauf en cas d’arrêt des pluies et de ruptures des conditions favorables aux semis tardifs.

    Toutefois, les conditions ne profitent pas significativement aux ménages pauvres de la zone pastorale de Nguigmi dont les moyens d’existence sont stressés suite à la détérioration de la valeur marchande des animaux consécutive à la faible demande à l’exportation vers la Libye. L’insécurité alimentaire va persister en Stress (Phase 2 de l’IPC) d’octobre à décembre au moins dans cette zone de transhumant et nomade de Nguigmi.

    Figures Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Figure 1

    Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top