Skip to main content

Les perspectives de bonnes productions agricoles et pastorales se précisent davantage

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Septembre 2012
Les perspectives de bonnes productions agricoles et pastorales se précisent davantage

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Mise à jour de la perspective alimentaire jusqu’en décembre 2012
  • Messages clé
    • A la faveur des bonnes conditions agro climatiques, le bon état des cultures céréalières (mil, sorgo) et de diversification (niébé, arachide), confirme les pronostics de bonnes production agricole dont les estimations préliminaires faites par la direction de la statistique indiquent environ 5 millions de tonnes dont plus que prévue dans les régions de Diffa, Zinder et Maradi. 

    • Dans les régions de Tillabéri, Dosso et Tahoua, la poursuite depuis le début du mois d’août des conditions pluviométriques favorables a permis d’améliorer significativement le développement des cultures de mil et sorgho dont la production pourrait être globalement moyenne à bonne, sauf dans les zones localisées où les fortes pluies enregistrées sur des sols lessivés pourraient se traduire par des baisses de production, surtout à Téra, Tillabéri, Dosso et Tahoua. Les pauvres et très pauvres dans ces zones ne pourront pas disposer de céréales suffisantes pour couvrir les besoins au niveaux typiques.

    • Les fortes précipitations depuis août ont provoqué des inondations sur près de 10 000 hectares de riz dans les régions de Tillabéri, Dosso et Niamey.   Des pertes de production, estimées à plus 27 200 tonnes par la Fédération des Unions des Coopératives des Producteurs de Riz (FUCOPRI), soit l’équivalent de plus de CFA 5 milliards. La majorité des producteurs sont les riches et les moyens qui peuvent surmonter l’impact alimentaire des pertes. Cependant, les effets sont principalement sensibles pour les ménages pauvres et très pauvres qui vont perdre les opportunités d’emplois salariés dont ils dépendent significativement pour l’achat de céréales jusqu’en décembre.

    • Les prix céréaliers ont amorcé en septembre une tendance à la stabilité très peu sensible à cause des niveaux encore plus élevés que la moyenne saisonnière. Cette stabilité tient au recul de la demande consécutive à la fin du Ramadan et aux débuts des récoltes dans les principales zones de production et devrait évoluer jusqu’en décembre  vers une baisse progressive mais aux niveaux plus hauts que la moyenne saisonnière.


    Mise à jour de la perspective alimentaire jusqu’en décembre 2012

    Situation alimentaire courante et perspective

    La poursuite d’importantes intensités de pluies régulières et bien réparties dans le temps et dans l’espace depuis le début du mois d’août renforce les prévisions sur une bonne campagne agricole pour les cultures de rente et céréalières.  Le mois de septembre est marqué par l’arrivée précoce du nouveau mil et niébé sur certains marchés des zones de productions agricoles des régions de Maradi et Zinder avec pour corollaire un renforcement des disponibilités et de l’accès des ménages à la nourriture.  Des retards de développement des cultures ont été constatés dans les régions de Tillabéri, Tahoua et Dosso par la mission d’évaluation à mi-parcours de la campagne agricole. Toutefois, la régularité des pluies observée jusqu’en fin septembre pourrait permettre aux céréales de boucler normalement leur cycle végétatif et donner des productions globalement moyennes à l’exception des départements de Ayorou, Tillabéri et Tahoua où les fortes pluies sur des sols lessivés vont se traduire par des baisses importantes de production.

    Les nouvelles récoltes ont entraîné une diminution de la demande provenant des producteurs. Toutefois, la demande de consommation est encore forte à cause des achats opérés par les éleveurs et les ménages situés dans les zones agricoles où des retards sont notés dans le développement des cultures. Les achats institutionnels de 25 000 tonnes par le gouvernement  sont en cours pour 16 000 tonnes destinées aux opérations de vente à prix modéré dont la dernière phase est déjà lancée pour le mois de septembre 2012.

    Les fortes pluies des mois d’août et septembre 2012 ont provoqué des inondations dont les impacts sont plus significatifs sur les habitations et sur la production de riz dans la vallée du fleuve Niger. Les évaluations faites par FUCOPRI indiquent des inondations sur près 10 000 hectares sur le riz pluvial et irrigué, soit une perte estimée à 27 000 tonnes équivalentes à 5 milliards de CFA. Ces inondations pourraient affectent environ 1 million de personnes dont les ménages moyens et riches qui sont les exploitants du riz en majorité et indirectement les ménages pauvres et très pauvres dont la main d’œuvre connaît une forte baisse de demande pour les travaux d’entretien et de récoltes des cultures de riz.  

    Aussi, suite aux fortes précipitations combinées aux mauvaises conditions d’hygiènes, on observe une détérioration de la situation sanitaire des populations se traduisant par l’apparition de foyers d’épidémie de choléra dans certaines zones des régions de Tillabéri et Tahoua. En effet, le nombre total des cas de choléra est de 4 503 en septembre 2012 enregistrés dont 4 151 cas dans les départements de Tillabéri et Téra, Kollo et Say.

    Selon les données des centres de récupération nutritionnelle rapportées par la Direction de la Surveillance et de la Riposte aux Epidémies, la situation nutritionnelle est caractérisée par une augmentation moyenne nationale significative de plus de 50 pour cent du nombre des nouveaux cas  des enfants malnutris enregistrés en août 2012  par rapport au  mois précédent  et par rapport au nombre moyen calculé sur les 5 dernières. Le cumul des cas modérés et sévères en août 2012 est de 93 537 cas contre 59 744 cas en juillet 2012 et 34 189 cas en moyenne quinquennale. Cette situation est principalement imputable à une forte recrudescence des maladies saisonnières notamment le paludisme qui a connu une augmentation de plus de 200% au cours du mois d’août 2012 par rapport à juillet 2012 suite aux fortes pluies enregistrées en août. La population d’enfants vulnérables aux épidémies et à la malnutrition a aussi augmenté suite au retour précoce des ménages transhumants dans la zone caractérisée par un bon développement des pâturages.

    La situation de la campagne agricole 2012/13

    La mission d’évaluation à mi-parcours organisée, en septembre 2012, par la direction de la statistique du ministère de l’agriculture en collaboration avec les partenaires dont FEWS NET, a pu constater sur le terrain que l’état général des cultures est bon et que la situation phytosanitaire est globalement calme. En attendant les résultats provisoires de la campagne agricole attendus en octobre 2012, les productions en mil, sorgho, niébé et arachide estimées par la Direction de la Statistique du Ministère de l’agriculture, sont moyennes à bonnes avec une production attendue en céréales sèches estimée qualitativement à 5 millions de tonnes, soit un niveau de production globalement moyen à supérieur. L’abondance et la régularité des pluies ont favorisé une bonne progression des stades végétatifs des cultures.  A la mi- septembre 2012, des stades précoces de maturité/récoltes sont observés certaines zones agricoles du pays et particulièrement dans les régions de Diffa, Zinder, Maradi et dans certains départements de Dosso et Tahoua. Les légumineuses (niébé et arachide) ont aussi bouclé leur cycle dans les régions de  Maradi, Zinder et Diffa. 

    Les conditions pluviométriques favorables a permis, dans toutes les régions du pays, le remplissage des mares  et la recharge de la nappe phréatique avec pour conséquences la création de conditions propices à l’abreuvement des animaux et à l’écoulement des koris et irrigation des plantes, spécialement dans la région d’Agadez où la production agricole dépend du système d’irrigation. La situation pastorale est marquée par l’abondance des pâturages, des points et des retenues d’eau favorisant ainsi les conditions des éleveurs et de leurs animaux qui sont précocement dans la zone pastorale. Le remplissage des principales sources d’eau de surface permet également l’accumulation d’une importante réserve d’eau pour la prochaine campagne de contre-saison.

    La situation des marchés

    L’approvisionnement des marchés est globalement normal. La demande est encore forte même si elle connaît une diminution avec la fin du Ramadan et la consommation des produits issus des nouvelles récoltes. Cette demande continue de maintenir les prix des céréales sur l’ensemble des marchés au même niveau que celui du mois précédent, restants très hauts  par rapport à la moyenne quinquennale et à ceux de la même période de 2011. Comparée à la même période de 2011, les hausses des prix les plus significatives sont enregistrées sur les marchés de Diffa (45%) pour le maïs, de Téra (87%) pour le mil et de Zinder (86%) pour le sorgho. Par rapport à la moyenne des cinq dernières années, les mêmes  marchés affichent les hausses les plus élevés pour le mil, le sorgho et le maïs. La hausse du prix du mil à Téra s’explique principalement par un faible approvisionnement du marché lié à des pannes fréquentes du Bac (bateau assurant la traversée du fleuve) et la destruction du pont de Golé causée par les fortes pluies enregistrées en août. En ce qui concerne la hausse des prix du maïs et du sorgho, respectivement à Diffa et à Zinder, elle est liée à un épuisement du maïs du lac Tchad issu des cultures de décrue et du sorgho local principalement vendu sur ces marchés. Dans les mois avenirs, les prix des produits alimentaires devraient être en baisse par rapport aux mois passés suite aux nouvelles récoltes qui vont significativement augmenter la disponibilité sur les marches mais les niveaux resteront hauts par rapport à la moyenne.

    Région de Tillabéri

    Apres une installation timide de la campagne agricole entre mai et juillet, la situation s’est nettement  améliorée en août et septembre avec des pluies régulières et fortes ayant favorisé le bon développement phénologique des cultures. Les stades phénologiques des cultures (mil et sorgho) de la région varient du tallage à la grenaison. Le stade le moins avancé (tallage) est observé dans les départements de Tillabéri, Ayorou, et Abala. Dans le reste de la région, les stades phénologiques varient de la floraison à la grenaison et la situation phytosanitaire est globalement calme. Toute fois des attaques des insectes floricoles et des sautereaux sont déclarées dans presque tous les départements de la région avec des impacts se situant dans la tendance moyenne.

    Plusieurs cas d’inondations ont été enregistrés avec des impacts plus significatifs observés sur les exploitations rizicoles. Selon la Fédération des Unions des Producteurs de Riz (FUCOPRI), les baisses de production sont de 70-80 pour cent par rapport à la moyenne suite à une destruction complète du riz  flottant cultivé par les ménages pauvres et une perte de 40 pour cent du riz des aménagements hydro agricoles. Selon les pronostics faits par la mission conjointe gouvernement/partenaires de septembre 2012, la production agricole de mil et sorgho serait globalement moyenne à bonne dans la région avec toutefois des productions médiocres estimées dans les départements de Tillabéri et Ayorou, a l’exception des départements localisés les plus impactes par les inondations en août et septembre.

    Les récoltes n’ont pas encore commencé dans la région, qui affiche des prix du mil situé entre 315 à 384 FCFA par kilogramme contre un prix moyen de 272 à 345 CFA le kilogramme dans les autres régions cette année. Les principales sources de revenus actuelles portent sur la main d’œuvre agricole, la vente des animaux et la vente du bois. Lorsque le prix de main d’œuvre en juillet était 20% plus élevée qu’en 2011, les dégâts sur les cultures par inondations récentes ont diminué le besoin des bras valides pour le travail agricole, surtout dans les départements de Tillabéri et Téra. Dans ces zones, l’équivalent céréalier  du prix de la main d’œuvre par rapport au mil est en baisse de 23 pour cent en août 2012 par rapport à juillet et de 33 pour cent par rapport à la même période de 2011 suite aux inondations sur le riz qui ont provoqué une forte augmentation de l’offre de main d’œuvre pour les travaux d’entretien des cultures sur les sols dunaires. Dans les centres urbains on observe une vente importante de la paille dont le prix commence à augmenter à la faveur de la demande occasionnée par l’embouche d’animaux pour la fête de Tabaski, mais la hausse du prix de la paille est encore insignifiante pour améliorer les revenus des ménages pauvres, soit 6 pour cent en septembre par rapport à août 2012 . Les prix des animaux sont en hausse sur les marchés mais suite à la hausse plus significative des prix des céréales, les termes de l’échange du bouc par rapport au mil est de 86.45 kg en août 2012 contre 130 kg en 2011 à la même période. Les actions humanitaires de l’état et des partenaires (distribution gratuite, vente  à prix modéré et de cash transfert) se poursuivent jusqu’à la fin du mois de septembre et contribuent à l’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages pauvres et très pauvres.

    La situation  des refugiés

    En septembre 2012, le nombre total des refugiés au Niger est de 61 406 personnes (selon HCR), soit des nouvelles arrivées de 6 212 personnes en septembre 2012. Ainsi, sur la base des chiffres de planification de 90 000 personnes élaborée par le Haut Commissariat aux Refugiés (UNHCR) et dont la mise en œuvre se fait avec l’appui opérationnel du PAM, de l’UNICEF, de l’appui politique du ministère de l’intérieur du Niger, le programme d’assistance est jugée suffisant en septembre pour prendre en compte les besoins des nouveaux qui viennent s’ajouter dans le programme.

    Figures Calendrier saisonnier et des événements cruciaux

    Figure 1

    Calendrier saisonnier et des événements cruciaux

    Source: FEWS NET

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top