Skip to main content

Amélioration significative de la sécurité alimentaire grâce aux bonnes récoltes de céréales.

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Novembre 2012
Amélioration significative de la sécurité alimentaire grâce aux bonnes récoltes de céréales.

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu'à mars 2012
  • Messages clé
    • Les résultats provisoires de l’évaluation préliminaire des récoltes, publiés par la direction des statistiques agricoles et confirmés par la mission conjointe CILSS/FAO/PAM/FEWSNET/Gouvernement, estiment la production céréalière à environ 5 million MT, correspondant à un excédent de plus de 800 000 MT, soit le niveau de production de 2010.

    • A l’issue des rencontres techniques du dispositif national de prévention et gestion des catastrophes et crises alimentaires tenues en novembre 2012, 185 zones sont identifiées vulnérables pour une population estimée à 2 483 051 habitants contre 6 005 993 habitants en 2011 à la même période.   

    • Selon les calculs des proxys caloriques effectués par la direction de la statistique agricole, les céréales, les légumineuses et les tubercules issus de la campagne agricole assurent une disponibilité en kilocalories suffisante pour maintenir l’insécurité alimentaire au niveau IPC Phase 1 : Minimale d’ici mars 2013. 

    • Malgré la production nationale excédentaire, des chocs localisés ont causé des productions inférieures à la moyenne, surtout dans les départements d’Ayorou, Tillabéri et Torodi où environ 700 000 personnes ne pourraient pas couvrir leurs besoins alimentaires à partir de janvier/février sans assistance sociale contre 300 000 à 400 000 personnes en année normale.  


    Situation actuelle

    La sécurité alimentaire au Niger reste stable en ce début de l’année de consommation 2012/13, y compris dans les zones qui sont affectées par une production moins bonne.

    • La production agricole est estimée à plus de 5 millions de tonnes, dégageant un excédent céréalier de 824 105 tonnes, soit une disponibilité apparente par habitant d’environ 300 kilogramme contre un besoin céréalier moyen de 231 kilogramme par personne. Selon la direction des statistiques agricoles, l’équivalent en kilocalories de cette production céréalière couplée à celle des cultures de rente (niébé, arachide) varie de 2 500 kilocalories à 3 330 kilocalories dans les principales régions agricoles de Zinder, Maradi, Tahoua et Dosso contre un besoin moyen évalué à 2 100 kilocalories par personne et par jour. Ce proxy calorique est en moyenne, aussi, supérieur à 2 500 kcal dans la région de Tillabéri, sauf dans les départements de Ayorou, Tillabéri et Torodi où les proxys caloriques sont inférieurs à la normale.
    • En moyenne nationale, les prix du mil et du sorgho en octobre 2012 sont en baisse respectivement de 19 pour cent et de 15 pour cent par rapport au mois de septembre 2012, mais avec une hausse qui varie toujours entre 29 et 30 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale. 
    • Les évaluations du Ministère de l’Elevage estiment la production de fourrage à 16 millions de tonnes de matières sèches contre 5.8 millions en 2011 et 11.2 millions en 2010. L’excédent fourrager, estimé à 1.8 millions de tonnes de matières sèches, augure une alimentation suffisante pour les effectifs de bétail non transhumant. L’état d’embonpoint des animaux et leur forte demande se traduisent par des termes de l’échange bouc/mil qui ont augmenté de 88 pour cent à Ouallam et de 50 pour cent a N’Guigmi en octobre 2012 par rapport à septembre 2012 et globalement une stabilité à hausse légère par rapport à la moyenne quinquennale.
    • La campagne des cultures  irriguées a été officiellement lancée en début novembre avec des activités dominées par la préparation des sols pour certaines spéculations, le repiquage pour d’autres et même la récolte pour les cultures comme la laitue qui est actuellement vendue sur les marchés à des prix plus élevés que la moyenne de cette période.
    • Au niveau national, le nombre d’enfants malnutris admis dans les centres de réhabilitation, en octobre 2012, a diminué de 14 pour cent par rapport à septembre du à la bonne production agricole, la baisse de l’intensité des maladies saisonnières hydriques et les opérations de blanket feeding du Gouvernement et de divers partenaires.

    Suppositions mise à jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirment les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période d’octobre 2012 à mars 2013. Un examen complet du scenario est disponible dans les perspectives sur la sécurité alimentaire d'octobre à mars 2013. 


    Perspective estimée jusqu'à mars 2012
    • Globalement, on attend que la sécurité alimentaire restera stable pendant toute la période du scenario. La bonne production agricole couplée à une amélioration des revenus à la faveur des prix rémunérateurs des produits céréaliers, des cultures de rente et du bétail, va améliorer la consommation alimentaire des ménages jusqu’en décembre/janvier.
    • Pour les cultures irriguées, les appuis significatifs apportés par le gouvernement et les partenaires laissent supposer une exploitation optimale des opportunités agricoles en cultures irriguées et une demande accrue de main d’œuvre pour les travaux d’entretien et de récoltes déjà en cours pour certaines spéculations. Cette campagne de cultures irriguées contribuera à résorber les déficits céréaliers et à améliorer les revenus en novembre 2012 jusqu’en mars 2013. 
    • Pour les ménages pastoraux, la  demande d’animaux qui va rester à un niveau normal suite aux fêtes de fin d’année et l’amélioration des revenus du bétail sera renforcée par des ressources significatives des produits animaux (lait et fromage).
    • La surveillance est nécessaire dans les départements déficitaires de la région de Tillabéri (Ayorou, Torodi, Tillabéri) qui n’ont pas bénéficié d’une production suffisante et où un possible début précoce de la soudure pourrait faire évoluer le niveau d’insécurité alimentaire à IPC Phase 2 : Stress sans la mise en œuvre à temps, à partir de janvier, du plan de soutien du gouvernement.
    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top