Skip to main content

Le nombre de zones en Stress continue d’augmenter

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Mars 2014
Le nombre de zones en Stress continue d’augmenter

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Nationale Actuelle
  • Suppositions Mise à Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à Juin 2014
  • Messages clé
    • La proportion des ménages dont les stocks alimentaires sont précocement épuisés dépassent la moyenne, particulièrement dans les régions de Tillabéri, Diffa, Tahoua et Zinder. Pour les ménages pauvres, il y a une dépendance sur les marchés pour les besoins alimentaires plus long et importante cette année.
    • Les ménages pauvres et très pauvres des zones pastorale et agropastorale des régions notées ci-dessus sont en Stress (IPC Phase 2) suite à une insuffisance de leurs revenus pour acheter les céréales et faire face aux dépenses non-alimentaires. Le nombre de ces zones en Stress continue à augmenter á l’approche de la période de soudure.
    • Ces ménages font recours aux marchés suffisamment approvisionnés, mais affichant des prix hauts par rapport à la moyenne. Bien que les revenus saisonniers sont globalement au niveau moyen, la hausse de prix des denrées alimentaires continue à rendre l’achat difficile.

    Situation Nationale Actuelle

    Il est typique à cette période de l’année que dans la majeure partie du pays, les ménages pauvres aient épuisé leurs stocks céréaliers et que leur accès alimentaire soit assuré par les marchés. Pour ces ménages pauvres vivant dans les parties en déficit de production agricole, notamment dans certaines zones de Tillabéri, Tahoua, Zinder et Diffa, cet épuisement de stocks a commencé un à deux mois plus tôt que la normale, et le recours aux marchés pour l'achat de céréales se fait plus qu’en année typique.

    Cependant, pour ces ménages pauvres et très pauvres dans les zones avec la production agricole inférieure à la moyenne, les sources de revenus fonctionnent toujours normalement pendant cette période hors saison. Ces sources de revenus sont constituées par les ventes de bois, de paille, et la main d’œuvre pour les emplois locaux. C’est aussi la période de la migration qui concerne plus de personnes que d’habitude dans les zones de déficit de production. Les revenus tirés de l’exode restent aussi globalement normaux sauf pour les migrants de l’Est du Niger qui ont pour pays de destination le Nigéria et La Libye où les conditions d’accueil ne sont pas favorables depuis 3 à 4 années.

    Selon l’évaluation conjointe des marchés conduite en février 2014 fait par le CILSS, la FAO, FEWS NET, le PAM et les systèmes d’informations des marchés du gouvernement du Niger, les stocks des céréales de base sont à un niveau comparable à la moyenne pour les grands producteurs céréaliers. En conséquence, la situation relative aux marchés est caractérisée par un approvisionnement suffisant en produits de consommation qui proviennent en grande partie des commerçants locaux et étrangers dont les capacités d’importations sont suffisantes malgré les problèmes sécuritaires au Nigéria. Toutefois, les dépenses alimentaires son plus importantes sur les marchés qu’en année moyenne pour les ménages pauvres et très pauvres des zones de déficit de production. En effet, malgré que les niveaux élevés des prix soient inférieurs aux niveaux observés dans les mois passés, ils restent toujours jusqu’à 30 pour cent ou plus, supérieurs à la moyenne surtout à l’Est du pays. Cette situation se traduit par un pouvoir d’achat suffisant uniquement pour l’achat de produits de consommation chez les ménages pauvres dans des zones de production au dessous de la moyenne, car les revenus ne permettent pas de faire face aux dépenses liées à la protection des moyens d’existence.

    La situation pastorale est dominée par le début de la période de soudure qui est atypiquement difficile dans certaines zones pastorales suite à un tarissement précoce des points d’eaux d’abreuvement et l’épuisement des pâturages. Il s’agit principalement des zones nomades d’Abalak et Nguigmi. L’impact de cette situation sur l’embonpoint des animaux est faible à la faveur des mesures préventives locales prises, consistant à un déstockage stratégique de manière précoce. Toutefois, au niveau national les prix des animaux sont restés en hausse de plus de 40% par rapport à la moyenne pour toutes les catégories d’espèces. Ces prix en févier 2014 ont évolué en légère hausse par rapport au mois passé. Globalement les termes de l’échange du bouc par rapport au mil indiquent une augmentation de la moyenne nationale de 19 pour cent et 11 pour cent respectivement par rapport à la moyenne et au mois passé en faveur des éleveurs.


    Suppositions Mise à Jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirme les perspectives sur la sécurité alimentaire projetée pour la période de janvier à juin 2014 à l’exception du programme social du gouvernement qui connaît un retard dans son démarrage.


    Perspective Estimée Jusqu'à Juin 2014

    Selon l’évaluation conjointe des marchés conduite en février 2014 par le CILSS, la FAO, FEWS NET, le PAM et les systèmes d’informations des marchés du gouvernement du Niger, les approvisionnements des marchés vont se poursuivre de façon suffisante pour satisfaire la demande qui va augmenter suite à la demande locale ordinaire, aux achats institutionnels en mars/avril, à partir de fin mai pour les préparations de Ramadan, et aux besoins de semences en mai/juin. Les prix vont continuer à évoluer au dessus de la moyenne pendant cette période du scénario mais dans une ampleur moindre que celle observée les deux dernières années. Toutefois, suite à l’augmentation du nombre de ménages qui finissent leurs stocks plus tôt que la normale à partir d’avril, il y’aura une augmentation de l’étendue de Stress (IPC Phase 2) insécurité alimentaire aiguë et de son ampleur à l’intérieur des anciennes zones affectées (Ouallam, Nguigmi, Tahoua, Magaria et les départements voisins) où des petits groupes de ménages pourraient commencer à connaître des déficits dans la consommation alimentaire (Crise, IPC Phase 3) en mai/juin 2014.

    Figures Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Figure 2

    Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Source: FEWS NET

    Figure 3

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top