Skip to main content

Continuation de l’insécurité alimentaire aiguë attendu dans Tillabéri, Zinder, et Diffa

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Juin 2015
Continuation de l’insécurité alimentaire aiguë attendu dans Tillabéri, Zinder, et Diffa

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Actuelle
  • Suppositions Mise à Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à September 2015
  • Messages clé
    • Les modèles de prévisions saisonnières des pluies donnent des résultats encore mitigés mais si la probabilité des tendances moyennes a déficitaire se confirme, les ménages pauvres agricoles et éleveurs auront des capacités réduites pour accéder aux aliments dont les prix peuvent brusquement monter en juillet/aout.

    • Dans les zones pastorales de Tillabéri, Tahoua et Zinder, une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) insécurité alimentaire est observée. Si les pluies se normalisent,  seules quelques poches d’insécurité alimentaire seront observées entre juillet et septembre 2015 dans la zone pastorale.

    • Suite à l’épuisement précoce des stocks et des prix des céréales très élevés pour leurs revenus, les ménages pauvres des zones agricoles de sud-est de Zinder et agropastorales de centre-nord Tillabéri, ne pourront pas couvrir tous leurs besoins non-alimentaires et seront en Stress (Phase 2 IPC) entre juillet et septembre.

    • La perturbation persistante des circuits de commercialisation du bétail dans le département de Nguigmi suite aux conflits en Libye et au Nigeria, continue d’engendrer une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) qui pourrait persister jusqu’en septembre 2015 chez les ménages pauvres.


    Situation Actuelle

    A la première décade de juin 2015, environ 25 pour cent des villages agricoles ont effectué les semis contre 40 pour cent de l‘année passée à la même période, 20 pour cent en 2013 et 21 pour cent en moyenne. La situation actuelle de la campagne agricole est conforme aux résultats de la prévision qualitative de la saison de pluie 2015 de la Direction de Météorologie Nationale du Niger réalisée en Mai 2015, qui prévoient une installation tardive de la mousson sur la majeure partie des zones agricoles du Niger.

    Les acteurs des marchés, notamment les commerçants, n’ont pas encore commence à anticiper des problèmes menaçant la campagne agricole car on ne remarque pas un quelconque impact sur le fonctionnement des marchés qui sont bien approvisionnés à la faveur des importations de céréales en provenance des pays voisins (Niger, Benin et Burkina Faso). L`offre sur les marchés est renforcée par la poursuite des opérations des vente à prix modéré exécutées par le gouvernement dans les différentes régions du pays. La demande suit encore la tendance saisonnière normale. Elle provient comme d’habitude des ménages des zones de déficits de production agricole et des éleveurs.

    Les prix des produits alimentaires sont globalement stables en mai 2015 sur la majeure partie des marchés par rapport aux mois passés. Ils sont globalement plus bas d’environs 5 à 15 pour cent que ceux de 2014 et de la moyenne quinquennale. Toutefois, des hausses sont observées sur les marchés de Ouallam et de Abalak mais elles sont légères, se situant au tour de 8 à 10 pour cent.

    Le prix moyen national des animaux sont en hausse en mai 2015 de 15 à 30 pour cent pour les ruminants par rapport à la moyenne de cinq ans à la faveur d’une demande des commerçants Nigérians et locaux. La situation des pâturages est encore comparable à la moyenne, sauf dans les départements à vocation pastorale de Abalak et de Tchintabaraden où l’épuisement du pâturage est précoce et prolongé. L’embonpoint des animaux est globalement acceptable avec toutefois des dégradations observées dans les zones où les opérations de vente à prix modéré d’aliments bétail sont faibles et les pâturages épuisés comme Mangaizé/Ouallam.

    Dans la zone pastorale de Nguigmi, la situation critique dès le début de mai suite au déficit fourrager et la forte concentration des animaux qui ont quitté la zone du conflit du Lac Tchad, s’est nettement améliorée avec les interventions qui concernent environ 2000 tonnes de son de blé et tourteau mis à la disposition de la région par l’Etat et ses partenaires.

    Les termes de l’échange du bouc par rapport au mil sont favorables aux ménages éleveurs avec une augmentation de 5 à 20 pour cent par rapport à la moyenne sur la plupart des marchés du pays. Toutefois dans la région de Diffa où le conflit au Nord Nigeria a impacté le fonctionnement des marchés, le niveau des termes de l’échange montre une détérioration du pouvoir d’achat des éleveurs. Ainsi, en mai 2015, le prix d’un bouc sur le marché de Nguigmi permet à l’éleveur de se procurer seulement 83 kg de mil contre 107 kg à la même période de 2014, soit une baisse respectivement de 21 pour cent.

    L`accès alimentaire pour les ménages pauvres est favorisé par la vente de la paille, du bois, de la main d`œuvre. Dans la zone de moyens d’existence agropastorale de Ouallam par exemple, les revenus de la vente de bois de chauffe et de la main d’œuvre agricole ont diminué de plus de 10 pour cent suite à la baisse de la demande car la campagne n’est pas encore installée dans la zone. Toutefois, des revenus plus élevés de 15-20 pour cent que ceux de l’année passée à la même période sont gagnés avec la vente de paille qui est fortement demandée à cause de l’épuisement du fourrage plus précoce que l’année dernière où à cette période on observait dans presque toute la zone, un bon développement du tapis herbacé favorisant l’accès au pâturage pour les animaux.


    Suppositions Mise à Jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirme les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période d’avril à septembre 2015 sauf la région de Diffa où plus de personnes pourraient être en situation d’insécurité alimentaire suite aux nouvelles vagues de déplacement de populations.


    Perspective Estimée Jusqu'à September 2015

    Globalement, la demande de consommation de céréales pour le Ramadan et les travaux agricoles va augmenter typiquement ainsi que celle des animaux pour la Tabaski. Les ménages éleveurs vont profiter de bons termes de l’échange animaux contre céréales et la campagne s’installe définitivement en zone pastorale en juillet, les produits animaux seront valorises et une insécurité alimentaire Minimale qui évolue dans la zone pastorale en juillet-aout-septembre 2015.

    Dans les zones agricoles et agropastorales, la tendance est vers une installation homogène de la campagne agricole, ce qui va se traduire par une rareté de la main d’œuvre et sa revalorisation qui va profiter aux ménages pauvres qui vont gagner des revenus substantiels. La forte demande de consommation va se traduire par une hausse des prix des céréales significativement plus élevée que la hausse qui sera observée pour la main d’œuvre agricole. Ainsi, les ménages pauvres des zones déficitaires de Ouallam et Goure seront en situation d’insécurité alimentaire en Stress (Phase 2 de l’IPC) en juillet-aout-septembre 2015.

    Dans le Sud de la région de Diffa, un faible mouvement retour sera observé mais impact significatif sur le nombre total de personnes déplacées qui vont continuer avec les ménages locaux pauvres, à dépendre des aides alimentaires qui vont leur permettront de couvrir leurs besoins alimentaires jusqu’en septembre 2015. Dans le Nord, la perte des moyens d’existence va persister et les ménages pauvres vont continuer jusqu’en septembre à faire face à des déficits de consommation alimentaire et de protection des moyens d’existence, ce qui leur mettre en Crise (Phase 3 de l’IPC) insécurité alimentaire.

    Les résultats des prévisions saisonnières sont encore mitigés. Cependant, si les prévisions pessimistes sur la saison des pluies se confirment, les prix des céréales peuvent augmenter significativement et brusquement sur les marches à cause d’un comportement spéculatif des commerçants qui vont anticiper des baisses importantes de la production agricole. Une telle hausse de prix pourrait abaisser la capacité des ménages à couvrir leurs besoins alimentaires jusqu’au septembre.

    Figures Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Figure 1

    Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top