Skip to main content

Insécurité alimentaire aigue de Crise attendue localement au pic de la soudure

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Juin 2014
Insécurité alimentaire aigue de Crise attendue localement au pic de la soudure

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Nationale Actuelle
  • Suppositions Mise à Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à Septembre 2014
  • Messages clé
    • Suite aux des achats de céréales à des prix élevés sur une période plus longue que d’habitude, les ménages pauvres dans certaines zones agricoles et agropastorales ne sont pas capables de couvrir les besoins non alimentaires entre juin et août 2014. Entre juillet et août, cette situation traduit une insécurité alimentaire aigue de Stress (Phase 2 de l’IPC) et même de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans une minorité de zones.
    • Suite aux effets de la hausse des prix des céréales, les revenus des ménages éleveurs continuent de s’amenuiser et ne permettent plus de satisfaire touts les besoins non alimentaires en juin. Les ménages pauvres localisés surtout dans les zones pastorales des régions de Diffa, Tahoua, Tillabéri et Zinder sont encore en Stress (Phase 2 de l’IPC) de l’insécurité alimentaire aigue.
    • Les prévisions saisonnières annoncent une situation pluviométrique globalement normale. Si ces prévisions continuent de se confirmer, la situation alimentaire sera marquée dans les mois à venir par un renforcement de l’offre de céréales sur les marchés et une amélioration des conditions pastorales, mais le niveau des prix de céréales qui va rester plus élevé que la normale.

    Situation Nationale Actuelle

    Suite aux pluies localement fortes à modérées, la saison agricole s’installe progressivement dans la majeure partie des zones agricole et agropastorale du pays. En effet, au 10 juin 2014, ce sont 40 pour cent des villages agricoles qui ont effectué les semis réussis contre 20 pour cent à la même période de 2013 et en moyenne. Si cette situation pluviométrique favorable continue, on va observer une couverture de semis plus importante et précoce que d’habitude si les producteurs pauvres déficitaires arrivent à bénéficier à temps des appuis en semences d’urgence.

    Un mouvement de retour est observé amorcé par les troupeaux partis en transhumance au Sud et dans les pays voisins pour regagner le Nord qui est encore dépourvu de pâturages. Avec l’arrivée de ces troupeaux viennent s’ajouter aux troupeaux sédentaires, la pression sur les rares pâturages et points d’eaux est à son maximum et les éleveurs et leurs animaux traversent la période la plus critique de l’année.

    Sur les marchés, les prix des animaux sont comparables à leur moyenne avec des cas de hausse observés. Cependant les marchés situés dans la région de Diffa (Nguigmi, Diffa, Mainé Soroa), Zinder (Gouré) et Tahoua (Tahoua), présentent des prix inférieurs à la moyenne consécutifs à une perturbation de la demande occasionnée par une baisse des flux avec le Nigéria et la Libye. Suite aux niveaux élevés des prix des céréales, les revenus des ventes d’animaux permettent aux éleveurs d’avoir juste accès aux aliments mais ne suffisent pas pour effectuer d’autres dépenses non alimentaires essentielles. Les termes de l’échange des animaux par rapport aux céréales sont d’ailleurs en baisse de 5 à 19 pour cent par rapport à la moyenne dans les zones de Ouallam et Nguigmi.

    La situation des marchés céréaliers et des flux est marquée à la fois par une augmentation de la demande suite au retour des exodants et des transhumants, mais aussi par un approvisionnement suffisant en produits en provenance du Nigeria, Benin, Burkina, Benin, Mali. En effet, la stabilité à baisse des prix sur les marchés frontaliers et les prix incitatifs sur les marchés du Niger encouragent les commerçants à importer les céréales. Les producteurs excédentaires de céréales et aussi ceux des cultures de rente procèdent, eux aussi, à la mise sur les marchés de leurs propres stocks résiduels pour faire face aux dépenses liées à la production agricole. Les disponibilités sont aussi renforcées par les actions d’assistance alimentaires qui se résument aux opérations de vente à prix modéré de céréales.

    La situation nutritionnelle se caractérise normalement en cette période par une hausse significative des cas d’admission des enfants malnutris dans les centres de récupération nutritionnelle. Dans ces centres, de janvier au 10 juin 2014, il a été recensé 273 035 cas d’enfants malnutris contre 315 650 cas en 2013 pendant la même période, soit une baisse de 14 pour cent. La situation nutritionnelle se situe dans sa tendance saisonnière et les cas de malnutrition enregistrés à ce jour sont largement inférieurs aux prévisions pessimistes de 465 777 cas attendus pour cette période.


    Suppositions Mise à Jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirment les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période d’avril à septembre 2014.


    Perspective Estimée Jusqu'à Septembre 2014

    Le Jeun de Ramadan et la présence des retournés du Nigéria et le retour des migrants vont engendrer une augmentation significative de la demande de consommation. Les marches vont constituer les sources principales pour la satisfaction des besoins de consommation et qui resteront suffisamment approvisionné. En zones agricoles et agropastorales, malgré les améliorations qui seront favorisées par les bonnes allures de la saison agricole, la situation sera dominée par une poursuite de la hausse des prix des céréales qui ne permettent pas aux ménages pauvres d’effectuer des dépenses autres qu’alimentaires. En même temps en juillet-août, les revenus vont fortement diminuer par rapport aux prix des céréales et même au cas où tous les revenus sont consacrés aux achats d’aliments, les quantités achetées et consommées seront réduites par rapport aux besoins alimentaires des ménages pauvres de certaines zones localisées. Les ménages pauvres de ces zones agricoles et agropastorales seront en insécurité alimentaire aigue de Stress (Phase 2 de l’IPC) en juin jusqu’en août avec toutefois la zone d’Ouallam qui sera soumises  en Crise (Phase 3 de l’IPC) durant la période de juillet-aout qui coïncide avec le pic de la soudure.

    Avec les perspectives prometteuses de la situation pluviométrique, la situation pastorale pourrait connaître des améliorations à partir de juillet 2014. En fin juillet, à la faveur d’une installation normale de la saison des pluies attendues et le développement des pâturages en zone pastorale, on va observer progressivement une amélioration significative de l’embonpoint et de la valeur marchande des animaux. Cela se traduisant par une amélioration de la sécurité alimentaire des ménages éleveurs qui seront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Figures Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Figure 1

    Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top