Skip to main content

Les conditions de l’insécurité alimentaire préoccupantes à Diffa

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Décembre 2014
Les conditions de l’insécurité alimentaire préoccupantes à Diffa

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Nationale Actuelle
  • Suppositions Mise à Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'à Mars 2015
  • Messages clé
    • En dehors des poches localisées dans la région de Diffa où les ménages sont en Stress (Phase 2 de l’IPC), la situation alimentaire des ménages est satisfaisante dans toutes les zones de moyens d’existence en décembre 2014.

    • En Janvier-mars, suite aux déficits céréaliers et fourragers enregistrés dans les départements de Ouallam, Tchintabaraden, Abalak et Gouré, les ménages ne disposeront pas de ressources suffisantes pour couvrir leurs besoins non alimentaires et ils seront en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) jusqu’en mars 2015.

    • Sous l’effet conjugué du déficit céréalier enregistré, de la détérioration des sources de revenus et de l’augmentation des besoins de consommation consécutive à la présence des personnes déplacées de Nigeria, une insécurité alimentaire en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) sera observée chez les personnes déplacées et chez ménages hôtes en janvier-mars 2014.


    Situation Nationale Actuelle

    Au niveau national la situation alimentaire au Niger est caractérisée par la disponibilité des aliments de base au niveau de la majorité des ménages, sur les marchés et au niveau des coopératives à la faveur d’une production agricole globalement moyenne. Les conditions restent favorables pour les ménages éleveurs et producteurs de cultures de rente qui vendent les animaux et les produits de rente pour s’approvisionner en céréales nécessaires à la consommation.

    Bien que la situation alimentaire reste globalement calme pour la plus part des ménages à travers le pays, il y a toujours des conditions préoccupantes dans des poches de déficit céréalier notamment dans les régions de Tillabéri et Zinder. Toutefois, malgré les déficits de productions, les difficultés n’ont pas encore commencé à avoir un impact significatif sur la sécurité alimentaire. Cette situation défavorable, provoquée en grande partie par des irrégularités et des pauses pluviométriques se traduit par un amenuisement progressif des stocks céréaliers et un recours précoce aux marchés où les prix sont relativement élevés.

    Dans la zone pastorale des transhumants et nomades de Nguigmi, les conditions alimentaires se caractérisent par un amenuisement progressif des ressources financières suite à la baisse des prix des animaux et à la hausse de ceux des céréales. Dans la zone agropastorale, principalement dans le département de Diffa, aux disponibilités alimentaires significativement insuffisantes pour les besoins locaux de consommation s’ajoute une demande de consommation alimentaire en nette augmentation consécutivement à une arrivée massive et brusque de personnes déplacées du Nigéria en octobre et novembre pour fragiliser davantage les conditions déjà préoccupantes pour accéder a une alimentation suffisante. Les ménages des personnes déplacées récemment font face à un déficit presque total de protection des moyens d’existence et vont basculer en situation de Crise alimentaire (Phase 3 de l’IPC) si des mesures ne sont pas prises urgemment pour assurer leur survie. Les ménages agropastoraux pauvres et déficitaires sur le plan agricole et surtout ceux accueillant des personnes déplacées ont du partager leurs faibles stocks et réduire davantage la durée de la couverture des besoins et sans bénéficier d’assistance leurs faibles moyens sont insuffisants pour garantir une consommation alimentaire adéquate.

    La situation de l’élevage est globalement satisfaisante dans tout le pays. Elle se manifeste par des bonnes conditions d’alimentation et d’abreuvement du cheptel et la bonne santé des animaux qui se trouvent en grande partie dans leurs zones d’attache car le mouvement des animaux vers le sud reste encore timide. Toutefois, les conditions pastorales sont dominées par la faiblesse des rendements fourragers dans les zones pastorales de Tahoua, Zinder et Tillabéri. Cette situation qui provoque déjà une descente précoce du bétail vers les pâturages du sud du pays pourrait aggraver les conditions alimentaires des ménages d’éleveurs dont la situation économique dépend en grande partie de l’état du bétail et du niveau des termes de l’échange.

    L’approvisionnement des marchés en produits agricoles est régulier et cela même sur les marchés situés dans la région de Diffa où on ne remarque pas encore l’effet du conflit sociopolitique du Nigeria sur les approvisionnements qui continuent grâce l’existence de circuits commerciaux alternatifs. On assiste à une intensification de la commercialisation des produits avec une offre provenant des commerçants et même des producteurs dans beaucoup de zones de production. La demande sur les marchés des zones agricoles et agropastorales est essentiellement commerciale. En zones pastorales et agropastorales cette demande provient surtout des éleveurs et elle est forte à cause des stratégies qui consistent à faire des stocks pour presque pour toute l’année de consommation. Depuis les récoltes en octobre, les fluctuations mensuelles du prix du mil sont restées faibles. Les prix par rapport à l’année passée sont à la baisse mais en hausse modérée par rapport à la moyenne quinquennale.

    En ce qui concerne les prix des animaux, après une stabilité consécutive à la fin de la période de spéculation de septembre-octobre liée à la fête de Tabaski, les prix surtout des petits ruminants augmentent à nouveau à cause de l’avènement de la fête de fin d’année. Ces hausses répétitives saisonnières des prix des animaux ont des impacts positifs spécialement sur le revenu des ménages éleveurs sur l’ensemble du territoire national. Toutefois, des baisses comparativement à la moyenne sont observées pour le gros bétail surtout dans la région de Diffa où les éleveurs n’arrivent plus à exporter les chameaux vers la Libye et les exportations vers le Nigéria deviennent faibles.


    Suppositions Mise à Jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirment les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période d’octobre 2014 à mars 2015.


    Perspective Estimée Jusqu'à Mars 2015

    Dans la plus grande partie de la zone agricole et agropastorale du pays, les produits alimentaires issus des cultures  irriguées vont s’ajouter aux stocks céréaliers et permettre une couverture des besoins alimentaires et non alimentaires. Au niveau national, l’insécurité alimentaire sera globalement Minimale (Phase 1 de l’IPC) au moins jusqu’en mars 2015. Cette situation pourrait évoluer vers la phase plus élevée dans les départements de Ouallam, Abalak, Tchintabaraden et Gouré si les assistances ne sont pas délivrées pour éviter un déficit de protection de moyens d’existence.

    La diminution des ventes à l’exportation des chameaux et autres gros ruminants suite aux conflits au Nigeria et en Libye et leurs ventes locales à bas prix vont se traduire par une baisse des quantités céréales achetées et consommées par les éleveurs de la zone pastorale de Nguigmi. Malgré des augmentations du nombre d’animaux présentés et vendus sur les marchés, les ménages pauvres auront des difficultés à couvrir leurs besoins alimentaires et la zone reste en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) jusqu’en mars 2015.

    Suite à la dégradation des sources de nourriture et de revenus aggravée par une augmentation des besoins de consommation alimentaire consécutive à la recrudescence du conflit armé au Nigéria et des mouvements de personnes vers le Niger, l’insécurité alimentaire dans le sud de la région de Diffa pourra rester aussi préoccupante. La zone ne pourra se maintenir en Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) jusqu’en mars 2015 qu’à la faveur de la poursuite des assistances en cours.

    Figures Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Figure 1

    Calendrier Saisonnier pour une Année Typique

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top