Skip to main content

Des pluies tardives risquant de retarder la croissance des cultures dans certaines zones

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Niger
  • Août 2013
Des pluies tardives risquant de retarder la croissance des cultures dans certaines zones

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation nationale actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Messages clé
    • Suivant les résultats de la mise à jour de la prévision saisonnière des pluies, la campagne agricole est en retard de 20 jours en moyenne par rapport au début normal de saison dans les zones de Diffa, Zinder, Tillabéri et Tahoua. Le niveau de production agricole dans ces zones dépendra du déroulement et de la prolongation probable de la saison pluviale.

    • Les prix du mil et du sorgho sont encore hauts en juillet 2013 avec des hausses de 20 à 50 pour cent que leur moyenne quinquennale constatées sur les marchés de Diffa, Zinder et Maradi. Ces hausses traduisent des augmentations mensuelles de 5 à 10 pour cent en juillet par rapport à juin 2013 sur ces marchés. Toutefois, les effets de ces prix élevés sont mitigés par les assistances alimentaires qui réduisent le recours aux marchés.

    • Dans la majorité des zones de moyens d’existence, l’insécurité alimentaire se situe à IPC Phase 1 « minimal » grâce aux dons et aux distributions ciblées de céréales. Cependant, dans  la région de Diffa, l’effet des prix élevés et la réduction des revenus saisonniers conduisent au « stress » alimentaire (IPC Phase 2). On attend que l’insécurité alimentaire soit « minime » dans la plupart des régions dès octobre- à la faveur des nouvelles récoltes, la baisse typique des prix et la reprise des revenus saisonniers.  


    Situation nationale actuelle

    La situation de la campagne agricole 2013/14

    La saison agricole a connu un démarrage anormal avec des périodes sèches de 30 à 40 jours observées jusqu’en juin dans les zones localisées de Tillabéri, Maradi, Zinder et Tahoua. L’installation définitive des semis est prolongée jusqu’en fin juillet/début août correspondant à des retards significatifs dans ces régions où la date typique de début de saison se situe entre mai et juin. Dans son déroulement, la saison se caractérise par de grandes disparités observées dans l’évolution des cultures. Les disparités les plus significatives relevées par la mission conjointe d’évaluation à mi-parcours de la campagne agricole menée par la direction des statistiques agricoles, le SAP,FEWS NET, le PAM et la FAO, concernent le développement phrénologique des cultures où on observe du mil au stade de épiaison/floraison et grenaison/maturité en août dans la bande Sud de la région de Dosso et au stade de levée avancée/montaison dans le Nord et Centre des régions de Tahoua et Maradi et dans le Sud de la région de Zinder. Dans le département de Nguigmi (Diffa), 95 pour cent des 59 villages agricoles n’ont pas de semis effectifs en début août qui est la période normale de l’installation définitive des cultures dans cette zone.

    Les conditions agro-météorologiques très favorables depuis juillet avec de fortes probabilités de se poursuivre jusqu’en fin septembre et début octobre selon les résultats de la mise à jour des prévisions saisonnières des pluies (Agrhymet) qui annoncent de pluies moyennes à excédentaires en juillet, août et septembre et une prolongation de la durée de la saison au-delà de fin septembre. On pourrait s’attendre à des productions agricoles globalement moyennes pour les cultures céréalières et bonnes pour les cultures de rente (niébé, arachide, sésame, souchet) en septembre/octobre. Cependant des baisses localisées sont attendues dans 20 à 30 pour cent des superficies exploitées en mil et sorgho dans les régions de Zinder (départements de Matameye et Magaria), Tillabéri (départements de Ouallam, Tillabéri et Téra), Tahoua (départements de Bouza, Keita, Tchintabaraden et Abalak) et Diffa (Nguigmi). Les impacts de la baisse de la production agricole, estimée à plus de 90 pour cent ne seront pas significatifs dans le département pastoral de Nguigmi où les populations dépendent plus des productions de l’élevage et de maïs en décrue sur le Lac Tchad que des cultures pluviales.

    La situation pastorale se caractérise par une amélioration de la végétation et des eaux de surface. Des améliorations sont aussi constatées dans les sources de revenus et de nourriture avec la reprise de la production des produits laitiers et la hausse des prix des animaux. Le bon état d’embonpoint et la forte demande des animaux sont à la base de  l’accroissement de 10 à 15 pour cent des prix moyens des animaux en juillet par rapport à juin même si es termes de l’échange des animaux contre le mil est inférieur à leur niveau moyen en raison de la hausse du prix du mil.

    La situation des marchés

    Les marchés sont encore approvisionnés en maïs et sorgho par les importations du Burkina Faso, du Mali et du Bénin, et de plus en plus par le Nigéria où la situation sécuritaire est devenue plus calme depuis juillet, période de Ramadan. Les offres sont aussi améliorés par les stocks publics et des coopératives de producteurs mis en ventes à prix modérés. Cependant, cette offre est insuffisante par rapport à une demande qui reste forte à cause des besoins de consommation et de don religieux (Zakat). Les prix évoluent à un rythme de hausse de 5 à 10 pour cent entre les mois de juin et juillet (par rapport à une moyenne mensuelle de 2 à 5 pour cent) sur les marchés de Diffa, Zinder et Maradi où 20 à 50 pour cent d’augmentation sont enregistrés par rapport à la moyenne quinquennale contre une baisse de 30 à 40 pour cent rapport à la moyenne constatée sur les marchés de Tillabéri et Dosso où les importations sont plus importantes surtout avec l’amélioration des conditions pluviométriques et l’allure prometteuse de la saison pluviale dans la région de Dosso.

    La situation nutritionnelle se caractérise par une baisse moyenne de 14 pour cent en juillet par rapport à juin montre des nouveaux cas enregistrés. Toutefois, une augmentation  saisonnière est enregistrée dans les départements de Magaria (60 pour cent), Say (101 pour cent), Loga (97 pour cent), Téra (41 pour cent), et Abalak (77 pour cent) suite au dépistage actif mené dans les villages. 


    Suppositions mise à jour

    Le comportement des indicateurs de sécurité alimentaire confirment les perspectives sur la sécurité alimentaire projetées pour la période de juillet à décembre 2013. Cependant, les résultats de la campagne agricole, surtout dans certaines localités de Zinder, Tahoua, Tillabéri, et Maradi, dépendent fortement du scenario le plus probable projettant la poursuite des pluies jusqu'après fin septembre. Dès qu’une nouvelle mise à jour des prévisions est disponible, FEWS NET va actualiser l’analyse selon la performance de la saison et l’impact sur la sécurité alimentaire.

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top