Skip to main content

Les prix élevés des denrées alimentaires et les tensions sécuritaires limitent l’accès aux aliments

  • Mise à jour des messages clés
  • Niger
  • Novembre 2022
Les prix élevés des denrées alimentaires et les tensions sécuritaires limitent l’accès aux aliments

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les résultats de l’insécurité alimentaire sont globalement de Stress (Phase 2 de l’IPC) dans le pays, suite aux prix élevés qui limitent l’accès alimentaire des ménages pauvres. Toutefois, dans les zones affectées par les conflits, la baisse des récoltes et des opportunités d’emplois agricoles réduit les disponibilités alimentaires et les revenus. L’accès limité aux assistances alimentaires aggrave la situation dans les régions de Tillabéry et Tahoua où les ménages pauvres souffrent d’une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC). Les assistances alimentaires fournies permettent d’atténuer la situation alimentaire dans les régions de Diffa et le Sud Maradi où c’est le Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) dont font face les ménages pauvres.

    • Les résultats provisoires de la campagne agricole sont estimés à 5 791 641 tonnes pour les céréales contre 3 497 696 tonnes en 2021. Les résultats indiquent la disponibilité de ressources fourragères qui améliorent l’état d’embonpoint des animaux et les termes de l’échange bouc/mil estimés en octobre 2022 à 128 Kg de mil pour un bouc contre 103 kg en octobre 2021 et 127 kg en moyenne. Toutefois, il est observé de mouvements massifs et précoces de troupeaux vers les zones moins affectées par l’insécurité ainsi que la persistance du vol d’animaux dans les zones pastorales des régions de Tillabéry, Tahoua et Maradi.

    • L’offre des céréales sèches est globalement satisfaisante sur la plupart des marchés, mais elle est en dessous du niveau habituel suite aux effets conjugués de la réduction significative des stocks de report et des flux des denrées alimentaires en provenance du Burkina Faso, Nigéria et Mali et du retard dans le parachèvement des récoltes consécutif à l’installation tardive de la saison des pluies. La moyenne des prix des céréales sèches observés sur les marchés du pays indique des baisses respectives de 13 et 5 pour cent, pour le mil et le sorgho par rapport à la même période de l’année passée alors qu’ils connaissent des hausses de 17, 14 et 13 pour cent pour le maïs, le sorgho et le mil respectivement par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Compte tenu des prix élevés plus que la moyenne saisonnière, les revenus agricoles des ménages pauvres ne leur permettent pas de satisfaire les dépenses non alimentaires en plus des dépenses alimentaires.

    • Les tensions sécuritaires persistent et aggravent le déplacement forcé de populations dont le nombre est passé de 224 016 en septembre 2021 à environ 376 809 personnes déplacées internes en septembre 2022. Les régions de Tillabéry, Diffa, Tahoua et Maradi sont les zones affectées par les déplacements de populations mais les plus affectées sont celles de Tillabéry et Diffa regroupant plus de 80 pourcents personnes déplacées internes.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top