Skip to main content

Des hausses atypiques des prix notés au début de la période de soudure

  • Mise à jour des messages clés
  • Niger
  • Mai 2017
Des hausses atypiques des prix notés au début de la période de soudure

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • L’évolution haussière des prix s’est maintenue en mai atteignant 27 pourcent pour le mil à Zinder et à Nguigmi et 35 pourcent pour le sorgho à Maradi comparativement à la moyenne quinquennale. Cela s’explique par la faiblesse des flux à partir du Nigeria en lien avec la poursuite des mesures restrictives et la hausse des prix sur les marchés source du Nigéria ainsi que l’augmentation de la demande en lien avec l’épuisement saisonnier des stocks paysans, l’avènement du Ramadan et la reconstitution des stocks par les éleveurs de retour de la transhumance.

    • Les stratégies habituelles telles que la vente des cultures irriguées, les préparations des sols pour la campagne agricole et la main d’œuvre liée à l’exode saisonnier procurent des revenus normaux aux ménages. Toutefois, dans certaines zones de moyens d’existence, le niveau élevé des prix céréaliers rendent difficile l’accès alimentaire et de satisfaire tous les besoins non alimentaires essentiels. Les résultats de l’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) en général mais avec des poches localisées d’insécurité alimentaire en Stress (Phase 2 de IPC) qui vont persister jusqu’au moins aout 2017.

    • Malgré les appuis en aliments bétail, la sécurité alimentaire reste préoccupante dans la zone pastorale suite à deux années consécutives de déficit de production fourragère. Les prix du bétail sont globalement en dessous de la moyenne alors les couts pour l’entretien restent très élevés. Toutefois, la situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), prévalant en mai 2017, pourrait évoluer en Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’aout 2017 si l’installation de la saison d’hivernage est définitive dès juillet.

    • Dans la région de Diffa, les stocks des ménages sont épuisés et le conflit de Boko Haram continue de perturber les activités de moyens d’existence et les marchés. Les prix des céréales sont à des niveaux hauts comparativement à leur moyenne et par rapport au pouvoir d’achat qui diminue suite à la baisse des revenus de la vente des animaux et de l’exode. Une Crise (Phase 3 de l’IPC) alimentaire persiste encore et pourrait perdurer jusqu’en au moins septembre 2017 avec des forte difficultés alimentaire chez les ménages pauvres particulièrement dans les zones inaccessibles à l’aide humanitaire.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top