Skip to main content

Les niveaux élevés des prix continuent de réduire l’accès alimentaire pour les ménages pauvres

  • Mise à jour des messages clés
  • Niger
  • Décembre 2022
Les niveaux élevés des prix continuent de réduire l’accès alimentaire pour les ménages pauvres

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • L’accès et la consommation alimentaires des ménages pauvres demeure limité du fait des prix élevés des denrées alimentaires malgré les récentes récoltes. Néanmoins, les résultats de l’insécurité alimentaire sont globalement en Stress (Phase 2 de l’IPC) dans le pays grâce aux stocks alimentaires encore disponibles. Toutefois, les régions de Tillabéry et Tahoua se trouvent en Crise (Phase 3 de l’IPC) du fait des conflits qui ont entrainé une baisse des récoltes et des opportunités d’emplois agricoles pour la préparation des terrains des cultures maraichères et un accès limité aux assistances alimentaires. Par ailleurs les régions de Diffa et du Sud Maradi sont dans la phase Stress ! (Phase 2 !) à la faveur des assistances alimentaires fournies qui couvrent les 2 100 kilocalories par personne et par jour pour plus 20 pour cent de la population.

    • La situation sécuritaire est marquée par un regain des attaques des groupes armés non étatiques (GANE) sur les FDS (Forces de Défense et de Sécurité) et les populations civiles, notamment dans la région de Tillabéry engendrant plusieurs victimes, des kidnappings, des pillages et des enlèvements de bétail, et exacerbant les déplacements des populations. Selon le compte rendu de la réunion du 14 décembre 2022 du Groupe de Travail Sécurité Alimentaire, au cours des trois derniers mois, la région de Tillabéry a enregistré une hausse des cas d’incidents sécuritaires dont 49 notifiés en octobre 2022 contre 29 en septembre et 24 en novembre 2022.

    • Selon les résultats provisoires des bilans fourragers publiés en décembre 2022, les disponibilités fourragères sont de l’ordre de 21 441 980 tonnes de matières sèches pour des besoins fourragers du cheptel estimés à 34 146, 759 tonnes de matières sèches, ce qui dégage un déficit fourrager global de l’ordre de 12 431 806 tonnes de matières sèches ou un gap de 37 pour cent. Ce déficit est plus important dans les régions de Tillabéry (-3 385 211 tonnes de matières sèches), Tahoua (-3 169 644 tonnes de matières sèches) et Diffa (– 2 078 730 tonnes de matières sèches). La disponibilité fourragère est certes meilleure que celle de l’année passée mais ne couvre pas les besoins en aliments pour le bétail, ce qui va de ce fait entrainer une période de soudure plus précoce et plus longue que la normale dans la zone pastorale.

    • L’offre des produits agricoles est globalement satisfaisante sur la plupart des marchés, du fait de la disponibilité progressive des nouvelles récoltes. Toutefois, le niveau de l’offre reste globalement en dessous de la normale en raison des niveaux faibles des stocks de report et de la persistance de la perturbation des flux en lien avec l’insécurité et les mesures restrictives de sortie des produits alimentaires en vigueur au Burkina Faso. Les prix demeurent ainsi significativement élevés par rapport à la moyenne des cinq dernières années, particulièrement sur les marchés d’Agadez, Diffa, Tahoua et Tillabéry.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top