Skip to main content

L’insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste à Tillabéry et Tahoua à cause de l’insécurité prolongée

  • Mise à jour des messages clés
  • Niger
  • Mai 2024
L’insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste à Tillabéry et Tahoua à cause de l’insécurité prolongée

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • L’insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste encore dans le pays mais elle est concentrée dans les régions de Tillabéry, Tahoua, Maradi et Diffa à cause d’une crise sécuritaire sans précédent qui continue de perturber les activités de moyens d’existence et des flux commerciaux. Toutefois, dans les régions de Maradi et Diffa, cette insécurité alimentaire de Crise est réduite au Stress ! (Phase 2 ! de l’IPC) grâce aux assistances alimentaires distribuées et couvrant au moins 50 pour cent des besoins énergétiques pour plus de 20 pour cent des populations.  Ce qui n’est pas le cas dans les régions de Tillabéry et Tahoua où le déficit alimentaire persiste malgré que les ménages s’engagent dans des stratégies d’adaptation négatives comme la mendicité pour trouver des ressources alimentaires additionnelles.
    • Les chocs sécuritaires et socio politiques, en plus d’entraver les opportunités locales de gagner des revenus, perturbent les flux internes et transfrontaliers des produits alimentaires de base et de rente avec pour corollaire une réduction des offres sur les marchés et une hausse généralisée des prix des denrées alimentaires. Il est, en effet observé, au niveau national, des prix moyens de 42, 36, 34 et 29 pour cent pour le maïs, le riz importé, le sorgho et le mil respectivement par rapport à la moyenne quinquennale.  
    • Dans la zone pastorale, c’est le pic de la soudure caractérisée par l’épuisement des ressources fourragères et le tarissement des points d’eaux entrainant un changement significatif dans la transhumance des troupeaux d’animaux. Cette situation implique une détérioration de l’état d’embonpoint des animaux dont les prix sont bas par rapport à ceux de de l’année passée et de la moyenne quinquennale. Ainsi, la baisse des revenus obtenus de la vente d’animaux a entraîné une réduction de l’accès aux aliments pour les ménages éleveurs, dont la quantité de nourriture achetée à partir des revenus a diminué de plus de 30 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années. 
    • Le plan national de réponse à l’insécurité alimentaire des ménages est élaboré mais leur mise en œuvre est confrontée non seulement à un problème de financement mais aussi à une contrainte sécuritaire car dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, une décision est prise pour interdire tout déplacement dans les zones d’opérations militaires sans escortes militaires. Toutefois, les plans élaborés par les partenaires sont mis en œuvre dans les régions de Diffa et Maradi jusqu’en avril 2024 mais pas dans les régions de Tillabéry et Tahoua où l’escalade des attaques terroristes nécessite une mobilisation plus accrue des forces militaires et une attention plus portée sur la lutte contre les groupes terroristes que sur les escortes militaires. 

    Citation recommandée: FEWS NET. Niger Mise à jour des messages clés Mai 2024: L’insécurité alimentaire aigüe de Crise (Phase 3 de l’IPC) persiste à Tillabéry et Tahoua à cause de l’insécurité prolongée, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top