Skip to main content

Malgré le bon approvisionnement des marchés, les ménages pauvres auront un accès difficile à une nourriture suffisante

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Mauritanie
  • Juin 2023
Malgré le bon approvisionnement des marchés, les ménages pauvres auront un accès difficile à une nourriture suffisante

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Calendrier saisonnier pour une année typique
  • ANOMALIES ACTUELLES ET PROJETÉES
  • PERSPECTIVE PROJETÉE À JANVIER 2024
  • Messages clé
    • La période de soudure agricole en cours est marquée par une détérioration des conditions d‘accès aux denrées alimentaires, avec un impact négatif sur la consommation alimentaire et les moyens d‘existence des ménages pauvres en zones rurales et péri-urbaines. Le niveau élevé des prix des denrées alimentaire ainsi que le faible pouvoir d’achat vont contraindre la plupart d’entre eux à une insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l‘IPC) et quelques-uns des plus pauvres à une insécurité alimentaire aiguë Crise (Phase 3 de l’IPC) jusqu’aux récoltes en mi-septembre 2023. Entre octobre et janvier, l’arrivée des récoltes et la bonne disponibilité des produits animaux vont permettre une reconstitution des stocks des ménages dans les zones agropastorale, pluviales et la vallée du fleuve Sénégal ; Toutefois, Les zones péri-urbaines de Nouakchott, Nouadhibou et Zouérate qui dépendent des marchés pour leur alimentation et dont les  opportunités d’emploi vont demeurer faibles, vont vivre une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC).

    • Malgré le bon approvisionnement des marchés, les prix des denrées de base restent élevés et limitent l'accès des ménages à la nourriture. Comparés aux prix moyens des cinq dernières années, des hausses allant de +35 pour cent pour le niébé, de +30 pour cent pour le sorgho r’haya, de +15 pour cent pour le maïs et de +13 pour cent pour le riz local sont observées.

    • La forte demande de bétail pour la Tabaski en fin juin est marquée par une exportation massive de moutons vers le Sénégal. Plus de 42 000 têtes (selon une source officielle sénégalaise) de bétail mauritanien auraient franchi la frontière pour ravitailler le marché sénégalais. La forte demande et les prix élevés des bétails qui en résultent ont amélioré le pouvoir d'achat des éleveurs pendant cette période typique de soudure. Dans la zone agropastorale, faisant suite aux premières pluies, la régénération du tapis herbacé permet une amélioration des conditions pastorales et une amélioration de l’état d’embonpoint des petits ruminants. La généralisation de la pluviométrie à partir de fin juillet va améliorer la disponibilité du pâturage et de l’eau et améliorer la disponibilité en lait et en viande.


    Calendrier saisonnier pour une année typique
    Calendrier saisonnier pour une année typique en Mauritanie

    Source: FEWS NET


    ANOMALIES ACTUELLES ET PROJETÉES

    Zone

    Anomalies Actuelles

    Anomalies Projetées

    Nationale

    • Les ressources en pâturage sont inférieures à la moyenne à la fin juin, notamment dans la zone sud où une bonne partie du cheptel transhumant converge. Ces conditions sont probablement aggravées par les feux de brousses et le surpâturage (figure 1).
    • L’inflation sur les marchés, marquée par de fortes hausses de prix des denrées de base, limite l’accès des ménages les plus pauvres aux denrées alimentaires. Selon le Bulletin conjoint du suivi des marchés en Mauritanie, au premier trimestre de 2023, les prix des denrées alimentaires ont enregistré des augmentations de +46 pour cent pour l’huile, +40 pour cent pour le sucre, +19 pour cent pour le blé, +38 pour cent pour le lait en poudre, +72 pour cent pour le lait UHT, +40 pour cent pour les pâtes et +16 pour cent pour le riz importé, comparativement à la moyenne des cinq dernières années à la même période.  
    • Les prix des principaux produits de base continueront à augmenter pendant toute la période de soudure. Alors que les opportunités d'emplois agricoles pour les récoltes des cultures irriguées de contre saison chaude dans la vallée (sud Trarza et sud-ouest Brakna) offriront des revenus aux ménages pauvres, le pouvoir d'achat continuera de se détériorer. Avec la fin de la soudure en septembre et l’arrivée des récoltes, les prix des produits locaux baisseront. Les prix des denrées importées baisseront également en fonction des tendances des prix internationaux, mais resteront supérieur à la normale.
    • Selon les prévisions dans la période de juin-juillet, des groupes d’ailés immatures de criquets pèlerins en provenance du Sahara occidental se retrouveront probablement au sud de la Mauritanie où les pluies estivales en mi-juillet favoriseront leur éclosion et leur développement, ce qui augure des risques d’invasion.
    • Selon les prévisions saisonnières, des précipitations moyennes à supérieures à la moyenne et des écoulements moyens à excédentaires dans les principaux cours d’eau notamment dans la vallée du fleuve Sénégal de juillet à août sont attendues. Des inondations localisées dans les zones de production entraîneront probablement des pertes de cultures, de récoltes, de biens et matériels de production, d’infrastructures, voire des pertes en vies humaines dans certaines localités.

    PERSPECTIVE PROJETÉE À JANVIER 2024

    Dans la quasi-totalité des zones rurales, les réserves alimentaires des ménages sont à leur plus bas niveau de l’année et les ménages pauvres ont recours au marché pour l’achat des denrées alimentaires, grâce aux revenus tirés des emplois saisonniers, des exploitations minières artisanales, d’activités de manutention dans les marchés, ainsi que des revenus de l’exode et de la pêche. D’une manière générale, les marchés sont bien approvisionnés en produits importés, mais les prix restent élevés. Comparés aux prix moyens des cinq dernières années, on remarque des hausses de +35 pour cent pour le niébé, de +30 pour cent pour le sorgho r’haya, de +15 pour cent pour le maïs et de +13 pour cent pour le riz local. Cette augmentation élevée des prix dépasse les sources de revenus saisonniers typiques pendant cette période de soudure et on constate une détérioration du pouvoir d’achat.

    L’offre de bétail qui est également satisfaisante dans l’ensemble est particulièrement importante dans les zones de cultures pluviales et agropastorales du fait de la concentration des troupeaux dans ces zones. Toutefois, les prix des petits ruminants sont en hausse  par rapport à l’année dernière et à la période correspondante des cinq dernières années, dans la quasi-totalité des zones à l’exception du Guidimakha où la forte concentration des transhumants expliquera une tendance à la stabilité des prix des petits ruminants. Les termes de l’échange caprin/mil sont en général en hausse par rapport à la même période en 2022 dans l’ensemble des willaya suivis, notamment au Gorgol, au Hodh El Chargui et au Brakna sauf au Guidimakha où ils sont stabilisés (-1 pour cent). L’accroissement des ventes de bétails pour la fête de tabaski en juin avec une amélioration des termes de l’échange bétail/céréales ont été une opportunité pour les ménages éleveurs qui en ont profité pour reconstituer leurs stocks alimentaires pour la soudure.

    Entre juillet et septembre 2023, les ménages pauvres dans les zones peri-urbaines, agropastorales, pluviales et de la vallée du fleuve Sénégal qui continueront à faire face à l’épuisement de leur stock de denrées alimentaires et à la détérioration du pouvoir d’achat seront exposés à une insécurité alimentaire aigue de Stress (Phase 2 de l’IPC) avec quelques ménages exposés à une insécurité alimentaire aigue de Crise (Phase 3 de l’IPC). Toutefois, les inondations le long des cours notamment dans la vallée du fleuve Sénégal entraîneront probablement des pertes de cultures, de récoltes, et exposeront certains ménages sinistrés à une insécurité alimentaire de phase Crise (phase 3 de l’IPC). D’autre part, pour les ménages éleveurs, la bonne pluviométrie en perspective va également permettre une disponibilité satisfaisante des ressources pastorales (pâturage et eau) et favoriser une meilleure production animale, notamment laitière. La régénération des ressources pastorales améliorera l’état d’embonpoint et les prix du bétail et procurera des revenus supérieurs à la moyenne aux ménages éleveurs.

    Entre octobre 2023 et janvier 2024, avec la prévision saisonnière positive, on s’attend à une campagne agricole 2023/2024 moyenne à supérieure à la moyenne. Les bonnes récoltes vont permettre la reconstitution des stocks des ménages dans les zones agropastorale, pluviales et la vallée du fleuve Sénégal, et vont améliorer de manière significative le niveau de consommation alimentaire et assurer la protection des moyens d’existence des ménages pauvres en leur assurant une insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) au cours de la période d’octobre à janvier 2024. Toutefois, Les zones péri-urbaines de Nouakchott, Nouadhibou et Zouérate qui dépendent des marchés pour leur alimentation et dont les opportunités d’emploi vont demeurer faibles , vont vivre une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC).

    Figure 1

    Pourcentage de l’Indice de Végétation Normalisée (NDVI) par rapport à la moyenne historique 2012-2021, pour la période 21-30 juin 2023
    Carte de pourcentage de la moyenne couverture végétale (NDVI) pour la période 21-30 juin 2023

    Source: FEWS NET/USGS

    Citation recommandée : FEWS NET. Mauritanie. Mise à jour du suivi à distance. Juin 2023. Malgré le bon approvisionnement des marchés, les ménages pauvres auront un accès difficile à une nourriture suffisante, 2023.

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top