Skip to main content

L’inflation impacte négativement l’accessibilité des ménages à une alimentation suffisante

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Mauritanie
  • Août 2022
L’inflation impacte négativement l’accessibilité des ménages à une alimentation suffisante

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • PERSPECTIVES PROJETÉES À JANVIER 2023
  • Messages clé
    • D’aout 2022 à janvier 2023, la disponibilité des pâturages et des points d’eau sont favorables à une production normale/moyenne de lait et de viande qui améliorent la consommation alimentaire et les moyens d’existence des ménages éleveurs. Les récoltes d’octobre permettront la reconstitution des stocks ménages dans les zones agropastorales, pluviales et la vallée du fleuve Sénégal et une consommation alimentaire adéquate. Cependant avec une inflation des prix des produits alimentaires continuelle et la faiblesse du pouvoir d’achat, les ménages pauvres feront probablement face à une insécurité alimentaire Stress (Phase 2 de l'IPC).

    • En cette saison de pluies, les marchés constituent la principale source de nourritures pour les ménages.  Les approvisionnements restent suffisants et réguliers, mais avec une accessibilité toujours difficile pour les ménages pauvres et très pauvres due à la hausse atypique des prix des aliments de base notamment le riz (20%), l’huile (45%) par rapport à l’année dernière à la même période. 

    • Le démarrage de la campagne agricole 2022-2023 a été officiellement lancée le 21 juillet 2022. L’objectif des autorités mauritaniennes est de mettre en valeur 220 000 hectares de cultures de bases, sorgho, maïs, petit mil, niébé et pastèque. Permettant ainsi de couvrir les besoins agricoles du pays à hauteur de 47 % contre un niveau de 21 % réalisé un an plus tôt rapporte l’Agence mauritanienne d’information (AMI). Les semis des mois de juin et de juillet sont en grande partie en stade de montaison et d’épiaison (pour les cultures précoces) dans les zones de cultures pluviales et les zones de dépressions de la vallée du fleuve. 

    • Le retour des éleveurs des petits ruminants se poursuit dans la zone de culture pluviale. Les transhumances internes du bétail, en raison du niveau de remplissage moyen des zones de pâturage ralenti en raison des séquence sèches des deux dernières décades de juillet, ont repris, entrainant des surcharges pastorales les pâturages de la zone de culture pluviale, le centre et le sud de la zone agropastorale et le sud-est de la zone de la vallée du fleuve. 

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    Nationale

    • Durant cette période de soudure, la source principale de nourriture des ménages reste les marchés avec des prix des denrées alimentaires supérieurs aux niveaux de l’année dernière et de la moyenne quinquennale. La hausse continuelle du prix du carburant impacte significativement l’inflation des produits alimentaires sur les marchés rendant difficile leur accessibilité   aux ménages pauvres et très pauvres. 
    • Les récoltes moyennes ainsi que la reconstitution des stocks alimentaires permettront probablement un accès acceptable à une alimentation aux ménages.
    • La hausse atypique et continuelle des prix des aliments de base ainsi qu’une baisse du pouvoir d’achat des ménages pauvres se poursuivront probablement jusqu’en janvier.

    PERSPECTIVES PROJETÉES À JANVIER 2023

    La campagne agricole de 2022/23 est installée dans les zones dépressionnaires de la vallée du fleuve et les zones de cultures fluviales. Le cumul pluviométrique pour juin a aout est supérieures à la moyenne, avec de fortes pluies provoquant des inondations dans les parties ouest du pays en des dernières décades du mois de juillet (Figure 1). Les cultures des zones dépressionnaires et des bas-fonds du Walo s’installent timidement en raison de la faible inondation du Walo.

    Dans le cadre des mesures prises par les autorités mauritaniennes pour la réussite de la campagne agricole 202/23, il a été procédé à l’importation et à la réception de pesticides et de produits contre les herbes nuisibles par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire. Selon les autorités, ces intrants agricoles devraient suffire pour la couverture des besoins de la campagne rizicole 2022. Ces intrants sont également destinés à la production horticole et du blé de contre-saison.   

    Les pluies enregistrées au mois de juillet et août ont permis l’amélioration des niveaux de remplissage des retenus d’eau et des bassins naturels favorisant ainsi un accès adéquat aux ressources en eau et des pâturages pour le bétail. Les mouvements de transhumance vers les zones d’origine des transhumants continuent d’être observés. 

    Les flux internes et externes ainsi que les approvisionnements des produits alimentaires restent suffisants et réguliers avec de bonne disponibilité des principaux produits de consommation sur les marches en raison en raison du déstockage des commerçants et des importations en provenance des pays du Maghreb (Maroc et Algérie) et des pays frontaliers du sud (Mali, Sénégal). On observe une augmentation de 30% des prix des hydrocarbures depuis le mois de juillet 2022, jamais observée depuis plus de 7 ans. Augmentation du cout du transport de marchandises sur les marchés par suite de l’augmentation du prix du carburant.

    L’impact de l’inflation mondiale continue de maintenir les prix des aliments de base en hausse comparée à l’année dernière et à la moyenne quinquennale (Figure 2). La hausse des prix des aliments de base enregistrée sur les marchés devrait se poursuivre jusqu’aux prochaines récoltes d’octobre avec une baisse relative en fonction de l’amélioration de la disponibilité des productions locales sur les marchés serait attendue, mais à des niveaux toujours supérieurs à l’année dernière et à la moyenne quinquennale.

    Les prix du bétail restent toujours élevés que ceux de la même période de l’année 2021 où ils étaient et supérieurs à la moyenne quinquennale. En plus de la baisse de l’offre, les éleveurs ont haussé les prix de vente du bétail en raison de la hausse des prix de transport et celui du carburant. Le prix ainsi que la demande en aliment bétail en nette augmentation depuis le début de la période de soudure pastorale se stabilise timidement par rapport au moins de juillet en raison de l’installation des pluies dans les zones du sud.

    En cette période hivernale, les revenus des ménages pauvres des zones urbaines et périphériques se regroupent essentiellement dans le secteur informel et de petits commerces des transferts de cash. Les revenues tires des activités et des travaux agricoles sont en moyenne similaire a cette de l’année dernière pour la même période. L’intensification des activités agricoles, ouvrières se dynamisent dans les zones agropastorales, de productions agricoles et des zones dépressionnaires de la vallée du fleuve Sénégal en raison de la préparation des prochaines récoltes en fin septembre et octobre.  Cette intensification des activités agricoles et pastorales se traduit par une amélioration des opportunités de travail journalier, le maintien de revenus régulier ainsi qu’une amélioration des conditions de vie et moyen d’existence des ménages pauvres.

    Les perspectives prometteuses des récoltes de la campagne agricole permettront d’améliorer les conditions de consommation alimentaire et les moyens d’existence des ménages dans les zones agropastorales, de cultures pluviales et de la vallée du fleuve Sénégal. La situation pastorale sera améliorée grâce à une disponibilité des ressources fourragères et le remplissage des points d’eau favorisent une amélioration de l’état d’embonpoint des animaux et de la production laitière, entraînant une amélioration de moyens d'existence des ménages pastoraux cependant avec une inflation alimentaire continuelle et la faiblesse du pouvoir d’achat, les ménages pauvres de ces zones feront probablement toujours face à une  insécurité alimentaire Stress (Phase 2 de l'IPC) juste à janvier 2023. 

    Figures

    Figure 1

    Figure 1

    Source: USGS/FEWS NET

    Figure 2

    Figure 2

    Source: PAM

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top