Skip to main content

L’insécurité alimentaire continue suite aux effets cumulatifs de la saison precedente

  • Mise à jour des messages clés
  • Mauritanie
  • Novembre 2015
L’insécurité alimentaire continue suite aux effets cumulatifs de la saison precedente

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Malgré l’installation tardive de l’hivernage, la production céréalière est en hausse de 14 pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années ce qui indique une meilleure disponibilité céréalière pour les ménages pauvres affectés par une soudure agropastorale plus dure qu’en habitude en 2015 (juin à septembre 2015).

    • L’excèdent des productions céréalières occasionne des revenus proches de ceux d’une année moyenne. Les conditions pastorales favorables, un flux transfrontalier régulier avec les pays voisins et l’approvisionnement en denrée importée de premier nécessite avec des prix stable, augurent un accès alimentaire propice dans la majeure partie du pays. Par conséquent, la plupart des ménages pauvres seront en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    • La situation du criquet pèlerin reste calme, mais l’enregistrement de fortes pluies durant le mois d’octobre au nord-ouest de la Mauritanie, maintiendront des conditions écologiques favorables à la reproduction pour au moins les six prochains mois à venir selon le Bulletin de FAO Centre d’Intervention Antiacridien d’Urgence. En outre, le Bulletin de l’ETOP d’OFDA a noté que des ailés épars présents au centre du pays et les adultes matures trouvés dans plusieurs endroits suggèrent que la reproduction a déjà commencé au nord-ouest. Ces conditions posent une menace pour les récoltes restantes comme celles de derrière barrages et décrue (walo).

    • Une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) persistera dans la zone agropastorale (les moughataa de Moudjéria, Monguel, Tidjikdja, M’Bout, M’Bagne, Magta-Lahjar, Boghé, Bababé, Aleg, Boumdeid, Barkéol, et Kaédi) où la baisse des effectifs du cheptel et des mises bas saisonnières conduit à une production de lait en baisse ainsi que le remboursement des dettes contractées pendant les périodes de soudures précédentes, contraindront les ménages pauvres à renoncer jusqu’au moins mars 2016, aux dépenses essentielles non alimentaires.

    • Dans le centre de la zone de cultures pluviales (les moughataa d’Amourj et de Diguent), le retard des récoltes de long et court cycles causé par le démarrage tardif de l’hivernage, prolongent la période de soudure de façon significative. Bien que des productions moyennes soient attendues, les revenus générés de ces récoltes n’arriveront pas à couvrir les besoins non alimentaires des ménages pauvres qui ont plus de dettes que d’habitude cette année à cause des difficiles années précédents. Ces ménages resteront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au mois mars.

      Pour plus de détail, voir les Perspectives sur la sécurité alimentaire d'octobre 2015 à mars 2016.

    Figures

    Figure 1

    Source:

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top