Skip to main content

Bonne disponibilité alimentaire dans tous le pays

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Mali
  • Novembre 2012
Bonne disponibilité alimentaire dans tous le pays

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu'à mars 2013
  • Messages clé
    • Les bonnes récoltes en cours, la continuation d’assistance, la disponibilité du lait, la poursuite des activités agricoles et piscicoles, les bonnes conditions pastorales et la baisse des prix céréaliers depuis septembre améliorent la disponibilité alimentaire. Dans la période après la récolte, au moins 80% de la population satisfait leurs besoins alimentaires d’ici décembre.

    • Même que la majorité de la population pourrait satisfaire leur besoins alimentaires, les poches d’insécurité alimentaire (zones rizicoles de la bande du fleuve de Tombouctou  et Gao et sur le bani de Djenné), ou jusqu’a 20% font face aux déficits de production et de revenus, demandent une continuation d’assistance bien ciblée aux ménages pauvres et aux déplacées.

    • Même si les chiffres officiels sur la production agricole 2012-2013 ne sont pas encore disponibles, elle s’annonce globalement bonne et meilleure à la moyenne des cinq dernières années.

    • La baisse des prix des céréales s’observe particulièrement pour le maïs et le sorgho. Les prix des céréales de base sont en hausse de 5 à 10 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années pour le maïs, le sorgho et en hausse de plus de 50% pour le mil sur la majorité des marchés suivis. 


    Situation actuelle

    A l’exception des zones rizicoles, la sécurité alimentaire est globalement stable au niveau national en ce début d’année de consommation. La situation actuelle se caractérise par les points suivants:

    • Les récoltes pour la campagne agricole démarrées en octobre se poursuivent activement avec de belles perspectives. Cette bonne production se reflète dans les rendements céréaliers et des cultures de rente de même que les légumineuses dans l’ensemble aussi bien au sud du pays que dans les régions du nord qui ont bénéficiés des appuis en intrants agricoles au cours de la campagne.
    • Une hausse de plus de 25%  de la production de riz PIV par rapport à la moyenne quinquennale surtout due aux appuis pour les PIV est observée dans les régions du nord. Les activités de contre-saison de blé sont en cours au niveau des périmètres irrigués de Diré et de Goundam (Tombouctou).
    • D’importantes pertes de superficies ont été enregistrées dans les zones rizicoles de la bande du fleuve de Tombouctou et de Gao et du Bani dans le cercle de Djenné, ce qui touche une population estimée de plus de 500,000 personnes. La récolte de riz fluviale dans ces zones entre novembre et janvier sera en baisse de plus de 40% de la normale, voire 1 à 3  mois de moins en stocks que dans une année typique.
    • La baisse des prix des principales céréales de base annoncée est de plus en plus observée particulièrement sur les marchés de production sur lesquels elle atteint 35% par rapport au mois passé. Le maïs et le sorgho présentent les plus fortes baisses notamment à Sikasso et Ségou. Le prix des céréale de base reste partout supérieur à la moyenne des cinq dernières années de plus de 50% excepté à Sikasso (maïs), Ségou (mil) et Gao (mil) où il est moins élevé à cause de la bonne disponibilité des céréales. Cependant, la baisse tarde à se faire sentir sur les marchés de consommation des villes suite à la volonté des commerçants de finir la vente des anciens stocks acquis à des coûts élevés.
    • La situation politique demeure relativement calme avec les concertations au plan régional et international pour une solution à la situation politico-sécuritaire au nord. Le déploiement de 3 300 militaires sous la coupe de la CEDEAO se précise avec l’accord des chefs d’état pour cette opération.
    • La continuation depuis juin 2012 des opérations humanitaires de distribution de vivres et de non vivres par la FAO, le PAM, et les autres acteurs renforceront la disponibilité et l’accessibilité aux denrées particulièrement pour les ménages pauvres des régions du nord et les communes de Djenné victimes des pertes importantes de cultures.
    • Le nombre de déplacés est estimé à 203 843 (OCHA), surtout dans le cercle de Mopti et le district de Bamako où ils font face aux difficultés d’insertion dans le tissu socio-économique, ce qui rend difficile la satisfaction de leurs besoins essentiels. Ils continuent de bénéficier de l’assistance des humanitaires en vivres et non vivres aussi bien dans le nord et dans les autres régions du pays. En plus, on enregistre en cette période les mouvements des élèves pour pouvoir suivre les cours au sud du pays. Toutefois, il y’a lieu de signaler la grande mobilité habituelle de population en cette période vers les zones de récoltes de ces régions et dans le cadre de l’exode saisonnier dans le pays et l’extérieur.

    Suppositions mise à jour

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période d’octobre à mars 2013.


    Perspective estimée jusqu'à mars 2013
    • Au sud, les bonnes récoltes en cours favorisent l’accès des ménages pauvres aux denrées alimentaires d’octobre à mars. Ainsi, les ménages seront en situation de sécurité alimentaire (IPC Phase 1) de novembre à mars 2013.
    • Les appuis en intrants et équipements pour le maraichage de contre saison voire des céréales contribueront à rehausser la disponibilité alimentaire et maintenir une opportunité d’emploi pour les ménages pauvres.
    • Dans les zones pastorales, l’amélioration des termes de référence jusqu’alors inférieurs à la moyenne quinquennale permet d’attendre une insécurité alimentaire minimale durant toute la durée du scenario d’autant plus que les conditions d’élevage permettent aux bétails de garder un bon embonpoint et un bon niveau de production.
    • Les pauvres des zones rizicoles des cercles de Djenné, de Bourem et de Gao au nord (LZ 3) et agropastorales (LZ6) qui ont connu d’importantes pertes de superficies connaitront une détérioration en IPC Phase 2 (stress) de leur situation en mars suite à l’épuisement de leurs stocks, à la hausse saisonnière des prix sur les marchés et à la faiblesse de leurs moyens d’existence fortement sollicités à la soudure passée. 
    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top