Skip to main content

La baisse des termes de l’échange bétail/céréale réduit l’accès des pasteurs aux marchés

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Mali
  • Mai 2014
La baisse des termes de l’échange bétail/céréale réduit l’accès des pasteurs aux marchés

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu'à septembre 2014
  • Messages clé
    • Les incidences sécuritaires en mi-mai dans la région de Kidal ont engendré le déplacement d’environ 1086 personnes selon l’organisation Mondiale pour les migrations (OIM) au 25 mai 2014. Cette situation risque de perturber l’approvisionnement correct des marchés et les activités économiques ce qui affectera négativement l’accès aux marchés des populations dans les zones concernées.
    • La baisse des termes de l’échange bétail/céréales dans les zones pastorales à cause de la faible disponibilité en eau et en pâturages réduit l’accès aux marchés pour les ménages pasteurs. Ils sont actuellement en l’insécurité alimentaire aiguë de type Stress (Phase 2 de l’IPC) en dépit de l’aide humanitaire.
    • Dans la bande du fleuve des régions du nord, ainsi que les zones agropastorales du cercle de Gourma Rharous et le plateau de Bandiagara, l’insécurité alimentaire de niveau Stress (Phase 2 de l’IPC) à cause de la baisse importante des productions et des revenus agricoles et/ou d’élevage passera en phase de Crise (Phase 3 de l’IPC) en juin-juillet en absence d’appuis humanitaires.

    Situation actuelle
    Les régions agricoles du sud
    • Le nettoyage des champs, le transport de fumier et un début de semis pour la nouvelle campagne agricole (juin à octobre 2014) qui bénéficient de la poursuite du programme de subvention des intrants par le Gouvernement sont en cours. Les travaux agricoles qui démarrent constituent des opportunités moyennes de revenus et de nourritures pour les ménages pauvres particulièrement dans les zones agricoles du pays où les pluies précoces sont enregistrées (Figure 1).
    • Les prix des céréales sont stables ou en légère hausse par rapport au mois passé et à la moyenne des cinq dernières années. Au 25 mai, ils sont par rapport à la moyenne en légère hausse de 2 pourcent à Sikasso à 5 pourcent à Mopti pour le sorgho et de 1,5 pour cent à Kayes à 12 pour cent à Koulikoro pour le mil. En raison des revenus moyens issus des activités habituelles, les ménages sont en mesure d'accéder à la nourriture sur le marché.
    • Cependant, à cause de la baisse importante de leurs productions et ou revenus agricoles suite à la sècheresse de la saison des pluies de 2013, les ménages pauvres du plateau dogon de Bandiagara et ceux du nord des cercles de Nara, de Diéma et de Nioro ont de façon précoce recours à la hausse des emprunts plus que d’habitude, la vente atypique des biens d’équipement, la dimunition du volume de repas et la consommation accrue de fruits sauvages. Bien que ces stratégies en plus des distributions des vivres du PAM à environ 71 pour cent des personnes dans les 16 communes concernées du cercle de Bandiagara de février à juillet permettent de limiter la detérioration plus profonde de la sécurité alimentaire pendant cette période, les ménages sont tout de même en Stress (Phase 2 de l’IPC).
    Dans les régions agropastorales et pastorales des régions du nord
    • Les violences observées du 17 au 21 mai dans la région de Kidal ont perturbé temporairement les opérations d’appuis humanitaires. La situation s’est améliorée depuis le cessez-feu signé le 23 mai et les opérations d’appuis humanitaires reprennent de plus en plus avec les distributions de vivres et de non vivres aux ménages pauvres et aux déplacés par le Programme Alimentaire Mondial et le Comité International de la Croix Rouge. Aussi, des déplacements de personnes de Kidal ville et Ménaka vers les autres régions, surtout des fonctionnaires, d’environ 1086 personnes selon l’organisation Mondiale pour les migrations (OIM) au 25 mai 2014 sont enregistrés. Les marchés qui fonctionnent encore ne tarderont pas à accuser le coup avec la prudence qui s’impose dans les flux commerciaux de la zone. Toutefois, les prix des denrées alimentaires sont restés stables malgré les incidences sécuritaires à Kidal.
    • La soudure pastorale en cours plus difficile que d’habitude à cause de la dégradation plus poussée que la normale des pâturages affecte négativement les productions animales et les revenus tirés de cette activité. Le mauvais embonpoint qui en résulte abaisse la valeur du bétail à des niveaux inférieurs à la moyenne notamment dans les cercles de Goundam (Tombouctou), Bourem et de Ménaka (Gao). Dans ces cercles, les termes de l’échange sont respectivement en baisse de 14 pour cent et de 20 pourcent par rapport à la moyenne.
    • L’accès à la nourriture par les ménages se fait à partir des récoltes moyennes d’avril à mai du blé, orge et d’anis à Diré et Goundam. Les revenus, bien qu’encore faibles par rapport à la moyenne à cause de l’insécurité civile et issus de la pêche, de la main d’œuvre local et des envois moyens des migrants contribuent à améliorer cet accès. Les distributions humanitaires de vivres en cours pour plus de 30 pour cent des populations des régions de Tombouctou, Gao et de Kidal et qui se poursuivront jusqu’en juillet contribuent également à cet accès au niveau des ménages pauvres.
    • Les ménages pasteurs pauvres en raison de leur capacité atypiquement limitée à générer des revenus de l'élevage, de la main d’œuvre et d'autres activités  ont plus de difficultés à satisfaire les besoins alimentaires et non alimentaires que d'habitude. Ces ménages pasteurs tout comme les agropasteurs qui traversent une soudure précoce depuis mars-avril et qui connaissent une détérioration des termes de l’échange bétail/céréales sont contraints d’intensifier plus que d’habitude les emprunts et la réduction du volume des repas voire du nombre de repas. Bien que l'aide humanitaire empêche une détérioration plus profonde de résultats de la sécurité alimentaire, les ménages sont actuellement en insécurité alimentaire de type Stress (Phase 2 de l’IPC).

    Suppositions mise à jour

    La situation actuelle n’a pas significativement affecté les hypothèses projetées les plus probables sur la sécurité alimentaire pour la période d’avril à septembre. Toutefois, l’hypothèse suivante a été ajoutée pour une mise à jour:

    • L’insécurité civile dans la région de Kidal continuera à perturber l’environnement socio-économique ce qui fait que les revenues des ménages pauvres resteront faibles par rapport à la moyenne pendant les prochains mois.

    Perspective estimée jusqu'à septembre 2014
    • L’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) dans les zones agropastorales du sud devrait se maintenir en raison de l’évolution moyenne des activités habituelles de revenus et de nourritures en cette période d’activités agricoles.
    • L’insécurité alimentaire de niveau Stress (Phase 2 de l’IPC) pour les ménages pauvres du la bande du fleuve des régions du nord, du sud du cercle de Gourma Rharous et du cercle de Bandiagara qui ont recours précocement aux stratégies d’adaptation atypiques pour satisfaire leurs besoins alimentaires devrait s’aggraver en Crise (Phase 3 de l’IPC) en dehors de tous appuis humanitaires pendant les mois de juillet à août. Cependant, la disponibilité des aliments de soudure (légumineuses, voandzou, maïs frais, fonio sauvage…) en septembre soulagera les ménages agropastorales de la rigueur de la soudure et le niveau de l’insécurité alimentaire diminuera en cette période.
    • Actuellement dans les zones pastorales, la situation de sécurité alimentaire est de type Stress (Phase 2 de l’IPC) mais reste tributaire de l’aide humanitaire pour éviter une detérioration et le passage à une phase pire. Cependant, avec la reconstitution des pâturages et des points d’eau à partir de juin-juillet, la reprise de la production de lait et de l’embonpoint du bétail, la situation alimentaire et le revenu des pasteurs devraient s’améliorer. Pendant cette periode, les ménages resteront en Stress (Phase 2 de l’IPC) mais n'auront plus besoin de l'aide humanitaire pour empêcher une détérioration à une phase plus pire de l’IPC.
    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 1 : Début de la saison des pluies 2014

    Figure 2

    Figure 1 : Début de la saison des pluies 2014

    Source: USGS

    Figure 2

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top