Skip to main content

Les appuis humanitaires en vivres améliorent l’accès alimentaire au Nord du pays

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Mali
  • Août 2015
Les appuis humanitaires en vivres améliorent l’accès alimentaire au Nord du pays

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mise à jour
  • Perspective estimée jusqu'à décembre 2015
  • Messages clé
    • L’évolution de la campagne agropastorale est jugée moyenne à bonne à travers le pays avec des niveaux de réalisations supérieurs à celles de 2014 ; ce qui augure des perspectives de récolte moyennes à supérieures à la moyenne si la bonne tendance pluviométrique se poursuivait jusqu’en fin septembre comme indiquer par les prévisions météo (NOAA, ECMWF).

    • Les ménages pauvres victimes des inondations avec destructions d’habitats et de biens dans les différentes localités à travers le pays ont des difficultés à satisfaire convenablement leurs besoins alimentaires et non alimentaires en cette période de soudure.

    • Le recours aux stratégies d’adaptation négatives par les ménages agropastoraux des cercles de Gao, Bourem, Niafunké, Rharous et Youwarou se trouve limité par les importants appuis humanitaires en vivres du Plan National de Réponse de l’Etat et de ses partenaires. Entre octobre et décembre, les ménages pauvres en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 ! de l’IPC) grâce aux appuis en vivres se retrouveront en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC) avec la disponibilité des nouvelles récoltes.


    Situation actuelle

    Progrès saisonnier

    Le cumul des pluies du 1er avril au 20 août est dans l’ensemble normal à excédentaire dans la plupart des zones agricoles du pays à l’exception des régions de Ségou, de Sikasso et du Nord de celle de Koulikoro où de légers déficits sont observés (Figure 3). Les importantes hauteurs de pluies enregistrées à partir du mois d’août à travers le pays ont permis une bonne évolution des cultures.

    La campagne agricole se poursuit avec la fin des opérations de semis de céréales sèches pour les zones agricoles du Sud du pays tandis qu’elles se poursuivaient encore en mi-août dans les régions de Tombouctou et de Gao pour le riz. Les niveaux de réalisation en fin juillet sont supérieurs à ceux de la campagne dernière à la même période pour toutes les cultures excepté pour le coton qui a souffert du retard d’installation des pluies. L’aspect végétatif des cultures est bon dans l’ensemble. La situation phytosanitaire est relativement calme.

    L’état des pâturages est bon dans l’ensemble de même que les conditions d’abreuvement avec la reconstitution de nombreux points d’eau de surface d’hivernage. L’état d’embonpoint des animaux et le niveau des productions animales sont globalement moyens. La situation zoo sanitaire est relativement calme. La campagne de vaccination se poursuit.

    Inondations

    Les importantes hauteurs de pluies enregistrées depuis le début du mois d’août ont engendré des inondations à travers toutes les régions du pays. Les localités les plus touchées se trouvent dans les Régions de Kayes  (cercles  de Nioro, Kita), Koulikoro (cercle de Kolokani), Ségou (cercles de San, Macina et Bla), Mopti (cercles de Mopti et Douentza), Tombouctou (cercles de Tombouctou et Rharous) et Gao (cercles de Gao et Ménaka). D’importants dégâts ont été signalés avec des pertes en vie humaine, des maisons écroulées, des ménages sinistrés, des céréales emportées, des petits ruminants morts, des puits éboulés, et des latrines effondrées. Les ménages pauvres victimes de ces inondations ont des difficultés à faire face à la reconstitution des biens et couvrir convenablement leurs besoins alimentaires en cette période de soudure. La baisse très localisée de la production agricole qui peut en résulter risque de fragiliser la sécurité alimentaire pour les ménages pauvres victimes pendant la prochaine année de consommation.

    Marchés et prix

    Le fonctionnement des marchés est satisfaisant dans l’ensemble même si des perturbations dans les régions du nord sont de temps en temps signalées suite aux incidents sécuritaires qui sévissent dans ces zones. L’approvisionnement des marchés reste moyen malgré la baisse saisonnière de l’offre surtout en cette période de soudure marquée par l’épuisement des stocks paysans. L’offre de céréales est renforcée par les ventes d’interventions de l’OPAM et des nouvelles récoltes de riz de contre-saison de l’Office du Niger et des différents périmètres du pays. Les prix des principales denrées de base sur les principaux marchés de consommation au 20 août sont dans l’ensemble stables ou en baisse par rapport au mois passé. Par rapport à la moyenne quinquennale, il est stable ou inférieur à Ségou (-11 pour cent), Sikasso (-9 pour cent), Mopti (-7 pour cent) et Kayes (-6 pour cent). Dans les zones à anomalies, les distributions gratuites de vivres en cours ont engendré des baisses de niveau des prix du mil par rapport au mois dernier. Ainsi, le prix du mil est pratiquement stable à Rharous, en baisse de 33 pourcent à Bourem et de 26 pourcent à Goundam.

    L’offre de bétail est en baisse sur les principaux marchés à cause de la remontée des troupeaux dans les zones de pâturage d’hivernage. Le prix de la chèvre est en hausse de plus 22 pourcent à Bourem, Goundam, Niafunké et Rharous par rapport au mois dernier grâce à l’amélioration des conditions d’élevage et de la baisse de l’offre. Par rapport à la moyenne quinquennale, ce prix est stable à Bourem mais en hausse de 33 pourcent à Goundam, 22 pourcent à Niafunké et 21 pourcent à Rharous ; ce qui améliore les termes de l’échange chèvre/mil. Plus précisément, les termes de l’échange chèvre/mil sont en hausse de 18 pourcent à Bourem, 22 pourcent à Goundam, 9 pourcent à Niafunké et 5 pourcent à Rharous ; ce qui améliore l’accès des ménages pasteurs aux marchés.

    Actions humanitaires

    Les opérations de Distributions Alimentaires Gratuites dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Réponse du Commissariat à la Sécurité Alimentaire en collaboration avec le PAM et le CICR qui ont démarré depuis juin 2015 se poursuivent à l’endroit des ménages pauvres du pays et prévoient de toucher 650 000 personnes de juin à septembre dans les régions de Tombouctou, Gao, Kidal et le nord de celle de Mopti, selon le Cluster Sécurité Alimentaire.


    Suppositions mise à jour

    Perspective estimée jusqu'à décembre 2015

    La majorité des ménages agropastoraux du Sud du pays ont un accès moyen aux aliments grâce aux sources habituelles de revenus liées à la main d’œuvre agricole/non agricole et aux produits de cueillette. Leur accès alimentaire s’améliorera davantage avec l’apparition des récoltes en verts en septembre et des récoltes principales à partir d’octobre. L’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) dans laquelle ils se trouvent se maintiendra jusqu’en décembre 2015 excepté pour les ménages victimes des inondations qui sont dans un besoin supplémentaire de fond pour faire face aux besoins alimentaires et de reconstitution des biens perdus.

    Dans les zones pastorales du Nord du pays, la bonne reconstitution des conditions d’élevage et le regain d’embonpoint du bétail améliorent la disponibilité du lait et les revenus pastoraux surtout avec l’accroissement de la demande pour la fête de Tabaski. Les ménages pasteurs pauvres en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) à cause des baisses de revenus et des pertes de bétail pendant les derniers mois seront en insécurité Minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre grâce à la disponibilité des produits de cueillette en septembre et l’amélioration des termes de l’échange.

    Dans les zones agropastorales des cercles de Gao, Bourem, Niafunké, Rharous et Youwarou qui ont connu une dépendance plus prolongée que d’habitude aux marchés à cause de leur mauvaise production agricole 2014/2015, le recours des ménages pauvres et très pauvres aux stratégies négatives se trouve limité grâce aux appuis humanitaires en vivres et en intrants agricoles du Plan National de Réponse en cours depuis juin 2015. Par conséquent, la situation d’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 ! de l’IPC) se maintiendra d’août à septembre jusqu’à la disponibilité des récoltes en vert qui mettra fin à la dure soudure. Entre octobre et décembre, les grandes récoltes et la baisse des prix des denrées en plus des revenus et des produits en nature issus des récoltes permettront un accès adéquat des ménages aux denrées et être en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 3. Estimation des anomalies de précipitations cumulées (RFE) – 01 avril 2015 – 20 août 2015

    Figure 2

    Figure 3. Estimation des anomalies de précipitations cumulées (RFE) – 01 avril 2015 – 20 août 2015

    Source: USGS

    Figure 3

    Source:

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top