Skip to main content

Retour des déplacées et l’ouverture des structures bancaires soutiennent la relance économique au nord

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Mali
  • Août 2013
Retour des déplacées et l’ouverture des structures bancaires soutiennent la relance économique au nord

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation actuelle
  • Suppositions mis à jour
  • Perspective estimée jusqu'à decembre 2013
  • Messages clé
    • La campagne agropastorale évolue moyennement avec un retard léger à moyen suite à l’insuffisance des pluies en début de saison. Les niveaux de réalisation dans la plupart des  zones de production ont atteint des taux satisfaisants à la faveur de la reprise des pluies à partir de fin juillet. Les hauteurs de pluies au 20 août sont dans l’ensemble normales à excédentaires exceptés à Bamako et par endroits à Ségou et Koulikoro où elles sont légèrement déficitaires.  

    • L’ouverture des structures bancaires appuie la relance économique dans les régions du nord. En plus, le retour des déplacés et refugiés d’environ 140, 000 personnes depuis juin (OIM, août), de l’administration et des services techniques marquent un début de normalisation dans le nord.

    • Suite à la relance de la production de lait et des bons termes de l’échange de plus de 15 pour cent de la moyenne,  les pasteurs en fin de soudure se trouvent en insécurité alimentaire améliorée au niveau de Stress (IPC phase 2). Dans les zones agropastorales au nord en soudure, l’IPC Phase 2 est maintenue par les prix  supérieurs de 10 à 20 pour cent et la reprise lente des activités économiques.


    Situation actuelle

    Situation Globale

    La campagne agricole se poursuit globalement avec la reprise salutaire des pluies observées depuis le début du mois. Les marchés restent suffisamment approvisionnés à travers le pays malgré la baisse saisonnière des offres de céréales locales.

    Situation au sud du pays

    • Les semis ont connu une  forte amélioration à la faveur des importantes hauteurs de pluies enregistrées de la dernière décade de juillet en cette période. Les réalisations sont pratiquement terminées pour les cultures sèches et se poursuivent pour le riz. Les taux de réalisations sont jugés au moins moyens selon la  Direction Nationale de l‘Agriculture. La poursuite des pluies jusqu’en octobre selon les prévisions permettent d’espérer sur une production moyenne en raison des baisses de rendement attendues suite au retard dans les semis et aux éventuelles pertes de cultures suite aux inondations attendues selon les mêmes prévisions météo.
    • Des dégâts importants sur les biens et les cultures particulièrement à Bamako, Kayes, Koulikoro et Ségou ont été enregistrées suite aux grandes pluies d’août. Le rythme actuelle des pluies et au vu des prévisions météo, le risque d’inondation persiste notamment dans le sud Ouest des régions de Kayes et de Sikasso.
    • La baisse saisonnière des offres est observée sur les marchés de production où les prix restent pratiquement stables avec de légères fluctuations typiques de moins de 5 pour cent par rapport au mois passé comme à Bla, Bankass. Les prix du mil à la consommation sont stables dans l’ensemble excepté sur les marchés de Ségou, Bamako et Mopti où des hausses respectives de 8 pour cent, 11 pour cent et 12 pour cent sont observées par rapport au mois passé, une variation mensuelle élevée par rapport à la normale, liée à l’allure de la campagne agricole en cours. Ces hausses de prix peuvent aussi s’expliquer en partie par les achats de l’OPA M (4000 MT) en cours sur ces marchés. Les prix restent supérieurs d’environ 10 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale pour le mil mais similaires ou inférieur de 5 à 16 pour cent pour le sorgho.
    • La reconstitution imminente du stock national de sécurité pour plus de 30 000T d’ici les récoltes sera prochainement lancée avec l’acquisition du financement à travers la banque islamique.
    • La disponibilité du maïs frais et des produits de soudures (légumineuses) ainsi que la rémunération en nature et en espèce dans les travaux d’entretien des cultures permettent l’accès à la nourriture d’août à septembre pour les ménages pauvres. Les revenus tirés des activités agricoles et des autres activités saisonnières typiques permettent aux ménages pauvres de disposer des revenus pour améliorer leur accès aux marchés.

    Au nord du pays

    • La campagne agricole se déroule normalement dans les régions du nord selon le calendrier agricole. Un léger retard dans l’installation des pépinières de riz irrigué est noté au niveau des PIV situés sur les bras de fleuve en raison du faible niveau de crue du fleuve. Des distributions d’engrais, de carburant et de semences de riz local pour les paysans de la vallée et en variété améliorée pour les exploitants des périmètres ont été effectuées par certains partenaires en juillet-août. Ces appuis permettent d’espérer sur au moins un niveau  moyen de réalisation.
    • La situation sécuritaire favorise la relance des activités économiques soutenue par le retour important des déplacées, estimé à 140,000 depuis juin par OIM. L’ouverture observée des structures bancaires dans les régions du nord donnera un élan à la relance économique dans la zone. Les travaux de reconstruction et les activités agricoles constituent des sources importantes de revenus notamment au niveau des centres urbains.
    • Les disponibilités céréalières sur les marchés ont accrue durant la période du mois juillet-août. Les volumes de transaction des bassins de production Koutiala/San/Bla vers les zones de consommation du nord ont considérablement augmentée passant de 554 MT de céréales en juin à 1.636 MT (OMA), en juillet, près de niveau normal de 2000 MT pour cette période. Les prix du mil restent stables par rapport au mois passé à Tombouctou et Kidal et en hausse d’environ 10 pour cent à Gao probablement liée à la hausse de la demande locale en plus de celle du Niger. Ces prix restent supérieurs à la moyenne de 13 pour cent à Tombouctou et de 19 pour cent à Gao. Le prix du riz reste stable dans l’ensemble par rapport au mois passé et en baisse d’environ 5 pour cent à Gao et de 15 pour cent à Tombouctou. La hausse de plus de 20 pour cent du prix du bétail par rapport à la moyenne suite à la forte demande intérieur et du Niger améliore les revenus des pasteurs qui ont de plus en plus accès aux marchés. Les termes de l’échange bétail/céréales en hausse de plus de 15 pour cent par rapport à la moyenne sont favorables aux pasteurs. 

    Suppositions mis à jour

    L’évolution actuelle des indicateurs de sécurité alimentaire n’a pas affecté les hypothèses émises dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable pour la période de juillet à décembre 2013. 


    Perspective estimée jusqu'à decembre 2013
    • La sécurité alimentaire des ménages au sud du pays devrait se maintenir au niveau minimal (IPC Phase 1) à la faveur de la stabilité des prix des denrées sur les marchés, de la disponibilité des produits de soudure (vaondzou, niébé, maïs vert), et la continuation des activités saisonnières. La disponibilité des opportunités de travail habituel concourent en plus des facteurs suscités au maintien de la sécurité alimentaire des ménages d’ici les grandes récoltes en octobre.  
    • La poursuite active des distributions de vivres aux ménages vulnérables, le bon niveau des termes de l’échange bétail/céréales, et la disponibilité de lait permettent une amélioration significative de la situation alimentaire pour les pasteurs. Dans les zones agricole, la poursuite des activités agricoles jusqu’en septembre, les récoltes du riz de décrue en fin août dans les lacs de Tombouctou, améliorent la disponibilité alimentaire et l’accessibilité des ménages d’ici les grandes récoltes en septembre-octobre pour les mil dunaires et en novembre pour le riz. La phase d’IPC Phase 2 : Stress (IPC Phase 2) des ménages pauvres connaitra une amélioration en phase 1 commençant en octobre avec la disponibilité des produits de cueillette, des premières récoltes de mil et de riz.
    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top