Skip to main content

L’insécurité récurrente engendre une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans la région du Liptako Gourma

  • Mise à jour des messages clés
  • Mali
  • Mars 2020
L’insécurité récurrente engendre une insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) dans la région du Liptako Gourma

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les disponibilités alimentaires moyennes à importantes des récoltes principales et de celles de contre-saison en cours favorisent un accès moyen des ménages aux denrées alimentaires à travers le pays. La hausse de 52 pourcent de la production céréalière et l’évolution des prix proches à similaire à la moyenne dans l’ensemble est favorable à un accès moyen des ménages aux denrées et par conséquent de rester en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    • L’approvisionnement des marchés en céréales reste satisfaisant dans l’ensemble en dépit des perturbations sécuritaires dans les zones centres et nord du pays. Les prix des céréales inférieurs à similaires à la moyenne dans l’ensemble de même que l’amélioration des termes de l’échange bétail/céréales sont favorables à un accès moyen des ménages aux denrées.

    • La soudure pastorale précoce dans le nord de la province de Kayes et par endroits au nord et au centre du pays, liée aux difficultés d’accès aux pâturages engendre des mouvements inhabituels de bétail vers les zones plus sécures de la région ou des régions voisines avec risque de dégradation précoce dans les zones d’accueil. La baisse de production et la perte d’embonpoint qui en résultent, limitent le revenu pastoral ; ce qui affecte négativement le pouvoir d’achat des ménages éleveurs pauvres dans ces zones.

    • L’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) attendue à partir de mai dans le sahel occidental et par endroits au nord du pays devrait se maintenir grâce au prix des denrées proches de la moyenne et un approvisionnement moyen des marchés. Dans la région du Liptako Gourma, la soudure précoce et la baisse des revenus liées à l’insécurité récurrente limiteront l’accès des pauvres aux marchés. Ils ne pourront satisfaire leurs besoins alimentaires qu’en ayant recours à des déplacements inhabituels, les emprunts en nature et en espèce et à la réduction des volumes de repas voire du nombre de repas et seront par conséquent en insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) de juin à septembre.

    • La découverte de cas confirmés de COVID-19 à partir du 25 mars et qui est de 25 cas au 30 mars a renforcé les mesures de protection et de lutte contre la propagation du virus. Dans tout le pays, la fermeture/restriction des frontières terrestre et aérienne, des restaurants, bar, écoles, l’interdiction des regroupements de plus de 50 personnes et l’instauration du couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin, affecteront négativement le niveau des activités économiques dans le pays.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top