Skip to main content

La forte dégradation des moyens d’existence en lien avec l’insécurité engendre l’Urgence (IPC phase 4) dans la zone de Ménaka

  • Mise à jour des messages clés
  • Mali
  • Juillet 2023
La forte dégradation des moyens d’existence en lien avec l’insécurité engendre l’Urgence (IPC phase 4) dans la zone de Ménaka

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La situation sécuritaire reste marquée par la persistance des incidents sécuritaires dans les régions de de Gao, de Mopti et particulièrement dans celle de Ménaka où les attaques sont fréquentes et suivies de répressions contre les populations civiles et des interruptions de flux par les groupes armés sont intenses. Ces incidents engendrent des déplacements inhabituels des populations, des pillages de biens (vols de bétail, destructions de récoltes) et des perturbations des activités économiques. La détérioration des moyens d´existence à la suite des ventes excessives de biens productifs, des pertes d’emplois, des vols/pillages de biens, du prix élevé des denrées alimentaires et les difficultés d’accès humanitaires en lien avec l’insécurité, exposent davantage les ménages pauvres à l’insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) à Ménaka où les sources de revenus et de nourritures sont très perturbées, l’accès humanitaire très limité et des écarts importants sur la consommation alimentaire sont observés.

    • L’évolution de la campagne agricole est moyenne à travers le pays grâce à la poursuite des pluies, bien que mal reparties dans le temps et qui ont retardé les semis des cultures dans les zones agricoles du sud du pays. Le cumul de pluies du 1er mai au 20 juillet est jugé normal à excédentaire dans l’ensemble à travers le pays. Les prévisions de production de céréales sont en hausse de 8,8 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale selon le plan de Campagne 2023/2024 (Direction Nationale de l’Agriculture). Toutefois, dans les zones d’insécurité notamment dans le Centre et le Nord du pays, les perturbations dans les activités agropastorales réduiront le niveau des productions agricoles ainsi que les opportunités de main d’œuvre agricole.

    • L’approvisionnement des marchés en céréales reste suffisant dans l’ensemble excepté dans les zones d’insécurité du Centre et du Nord où des perturbations de flux voire des dysfonctionnements de marchés comme à Ménaka sont observées. Les prix des céréales supérieurs à la moyenne quinquennale de 20 à 50 pour cent et la dégradation des termes de l’échange bétail/céréales, réduisent l’accès des ménages pauvres aux vivres en cette période de soudure où ils deviennent plus dépendants du marché pour leur approvisionnement.

    • L’insécurité alimentaire de Crise (Phase 3 de l’IPC) en cours se poursuivra jusqu’en septembre 2023 pour les ménages pauvres des zones d’insécurité du Nord, de la zone du Liptako Gourma. Quant aux ménages des zones inaccessibles de Ménaka, qui ont un recours atypique aux stratégies d’adaptation négatives de réduction du nombre de repas et de vente de biens productifs voire de vente de tout le bétail, ils sont en insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) qui se poursuivra jusqu’en septembre. Ailleurs, les assistances humanitaires en vivres et en non-vivres du Gouvernement et des partenaires en cours limiteront le recours aux stratégies d’adaptation négatives dans les zones bénéficiaires.

    Citation recommandée : FEWS NET. Mali. Messages Clés : La forte dégradation des moyens d’existence en lien avec l’insécurité engendre l’Urgence (IPC phase 4) dans la zone de Ménaka. 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top