Skip to main content

Accès limité des ménages aux vivres dans les zones d’insécurité à cause des prix élevés et des difficultés d’accès humanitaire

  • Mise à jour des messages clés
  • Mali
  • Mai 2024
Accès limité des ménages aux vivres dans les zones d’insécurité à cause des prix élevés et des difficultés d’accès humanitaire

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La situation sécuritaire demeure préoccupante dans la partie nord du pays, notamment dans la région de Ménaka, où les exactions des groupes armées perturbent les activités agropastorales, les flux commerciaux et engendrent des déplacements massifs de populations. Une légère amélioration dans l’approvisionnement du marché de Ménaka à partir de Gao et une baisse des prix des produits de base comparé aux mois précédents est observée grâce à l’assouplissement du blocus par les groupes armés qui laissent passer les commerçants qui acceptent de payer des rançons (100,000-120,000 FCFA par camion), selon des informateurs clés. Cependant, l’insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC) en cours à Ménaka se poursuivra jusqu’en septembre 2024 à cause des difficultés énormes d’accès aux aliments qui engendrent le recours atypique des ménages à la mendicité, à la décapitalisation du bétail, à la vente de biens productifs et à la dépendance à l’aide humanitaire. En dépit de l’atténuation des effets du blocus sur la région, le faible accès à certaines zones avec rupture d’approvisionnement et d’accès humanitaire, une proportion faible de ménages se trouve en situation de Catastrophe (Phase 5 de l’IPC). 
    • Dans la zone des trois frontières à Gao et Mopti confrontée aussi à l’insécurité avec des impacts beaucoup moindres qu’à Ménaka grâce à la poursuite de la fluidité des flux commerciaux même si des perturbations sont parfois observées, et de la poursuite des activités économiques, la soudure précoce en cours, la dégradation continue des moyens d’existence, la hausse des prix des denrées de base et la poursuite des déplacements de population, engendrent une détérioration de l’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l'IPC) en Crise (Phase 3 de l'IPC) et qui se poursuivra jusqu’en septembre 2024. Toutefois, les assassinats de civiles dans les champs et les sabotages de moyens de transport en cours dans ces zones sont de nature à négativement impacter le bon déroulement des opérations culturales.
    • L’accès des ménages pauvres aux marchés est réduit, particulièrement dans les zones d’insécurité où le prix des denrées de base est supérieur de plus de 30 pour cent dans les zones d’insécurité. En ce début de soudure agropastorale, la hausse saisonnière des prix entamée se poursuivra à cause de l’épuisement progressive des stocks, des difficultés d’accès à certains marchés en lien avec les conditions climatiques de juin à septembre. Globalement, le prix de la principale denrée de base en fin mai par rapport à la moyenne quinquennale est en hausse de 50 pour cent à Ménaka, 46 pour cent à Mopti, 27 pour cent à Gao, 20 pour cent à Kidal, 16 pour cent à Ségou, et 12 pour cent à Tombouctou. La dégradation des termes de l’échange bétail/céréales par rapport à la moyenne quinquennale de -54 pour cent à Ménaka, de -23 pour cent à Gao, de -16 pour cent à Tombouctou et de -14 pour cent à Kidal réduit l’accès des ménages éleveurs aux marchés en cette période de hausse saisonnière qui se poursuivra jusqu’en septembre.
    • La soudure pastorale en cours se poursuit normalement en termes de temps dans le pays grâce à la disponibilité moyenne des pâturages et des points d’eau. Cependant, les perturbations des mouvements du bétail dans les zones d’insécurité du centre et nord du pays notamment Mopti, Ségou, Ménaka et Gao, à cause de l’insécurité, limitent l’accès des troupeaux aux pâturages ; ce qui engendre des difficultés d’alimentation du bétail. La réduction des productions animales (lait, fromage, beurre) en dessous de la moyenne qui en résulte affecte négativement la consommation et le revenu des ménages éleveurs.
    • L’installation de la campagne agricole 2024/25 est en cours à travers le pays à travers les activités de nettoyage, de transport du fumier, et voire les semis dans les zones sud du pays. Les opportunités moyennes de revenus et de nourriture en plus des revenus issus de la migration, des produits de cueillette et de l’élevage, atténueront les difficultés d’accès des ménages pauvres aux aliments. Dans les zones d’insécurité et de baisse de production qui connaissent une soudure précoce depuis mai au lieu de juin en année normale, les déplacements de population et les difficultés d’accès aux champs réduisent les opportunités d’emplois pour cette source. Quant aux cultures de contre-saison, les récoltes globalement moyennes de riz sont en cours dans les zones de périmètres irrigués de Koulikoro, Mopti, Gao, Tombouctou et dans l’Office du Niger et améliorent la disponibilité sur les marchés.

    Citation recommandée: FEWS NET. Mali Mise à jour des messages clés Mai 2024: Accès limité des ménages aux vivres dans les zones d’insécurité à cause des prix élevés et des difficultés d’accès humanitaire, 2024.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top