Skip to main content

Situation alimentaire globalement satisfaisante grâce à des bons stocks des ménages

  • Mise à jour sur la sécurité alimentaire
  • Guinée
  • Avril 2016
Situation alimentaire globalement satisfaisante grâce à des bons stocks des ménages

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Situation Actuelle
  • Suppositions Mise À Jour
  • Perspective Estimée Jusqu'en Septembre 2016
  • Messages clé
    • Les récoltes de riz sont terminées dans le pays, et les ménages disposent actuellement des stocks de riz et moyennement du mil/sorgho, de maïs et de fonio. Les marchés continuent d’être bien approvisionnés avec des prix relativement stables. Les produits maraichers, présents sur les marchés, procurent des revenus moyens. Les flux de produits agricoles reprennent normalement entre les préfectures et les pays voisins sauf avec le Liberia. Cette situation place toutes les zones en Minimale (Phase 1 de l’IPC).

    • La résurgence de la Maladie à Virus Ebola, survenue dans la sous-préfecture de Koropara dans la préfecture de N’Zérékoré et qui a fait 8 morts, est actuellement sous contrôle. Son impact n’aura pas une incidence significative sur les productions agricoles, mais il pourrait perturber les échanges transfrontaliers surtout avec le Liberia dont la frontière avec la Guinée reste fermée; ce qui pourrait faire baisser les revenus des exportateurs des bétails et produits maraichers vers le Liberia. 

    • Certains ménages très pauvres dont les moyens d’existence étaient perturbés pendant la crise d’Ebola et qui font toujours face au stigmatisme d’Ebola ne pourront pas satisfaire convenablement leurs besoins alimentaires et non alimentaires (reconstituer des moyens d’existence). Ils pourraient être en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) pendant la période de soudure (juin à debout septembre) qui coïncide cette année avec des hausses de prix alimentaires pendant le mois de Ramadan. Leur nombre n’atteindra pas 20 pour cent dans aucune zone.


    Situation Actuelle

    La situation agricole : Dans l’ensemble du pays, les travaux de débroussaillement ont commencé dans la plupart des préfectures pour les cultures de coteaux. On note les pluies précoces dans la plupart des préfectures de la forêt et même dans certaines autres localités du pays. Ces pluies précoces se poursuivront jusqu’à leurs régularisations dans les prochains mois qui marqueront le début des travaux à l’échelle du pays. En zone forestière, les travaux de préparation du sol ont déjà débuté dans certaines localités en attendant la régularité des pluies pour lancer les semences. Actuellement, les dispositions sont en train d’être mises en œuvre par le gouvernement et ses partenaires pour fournir des intrants et autres équipements agricoles aux paysans comme d’habitude depuis cinq ans.

    La situation pastorale : Similaire à 2015, la situation pastorale est calme, et la situation sanitaire est sous contrôle. Les conditions physiques des animaux et les pâturages s’amélioreront à partir de juin quand les pluies vont commencer à être abondante et seront mieux prisés.

    La main d’œuvre agricole : La reconstitution des groupes de travail salarié et d’entraide, disloqués pendant la crise d’Ebola, permettront de mieux organiser la production agricole. Ces groupes se recomposeront dès le début de la période des cultures en mai et juin 2016. Il convient de noter cependant, qu’en plus de la migration saisonnière des bras valides vers les zones minières, certains jeunes abandonnent actuellement le milieu rural, tirés par des meilleures opportunités économiques dans les grandes villes. En cours depuis quelques années, ces phénomènes d’urbanisation vont continuer à empirer la hausse du coût de la main d’œuvre qui a doublé ces dernières années. La main d’œuvre dans le milieu rural est de plus en plus rare qui impacte négativement les productions agricoles. Pour le moment, le coût journalier de la main d’œuvre ne connait pas de variation importante depuis le mois passé.

    Stocks de produits agricoles des ménages : Les besoins de consommation des ménages sont actuellement couverts par les stocks dont ils disposent. Il s’agit notamment du riz en Basse et Guinée Forestière. En plus de stocks de riz, certains ménages de la Haute Guinée disposent des stocks de maïs, du sorgho et du mil. En Moyenne Guinée, ces stocks se composent du maïs et du fonio. Comme en année normale, les disponibilités pourront tenir pour un mois et demi ou deux mois pour la plupart des ménages, après lequel, les ménages dépondront sur le marché. En plus, la plupart des ménages disposent actuellement du manioc séché pour les besoins de consommation du mois de Ramadan.

    Situation de résurgence de la Maladie à Virus Ebola : Après la résurgence de la MVE dans la sous-préfecture de Koropara dans la préfecture de N’Zérékoré depuis le 16 mars 2016 qui a fait huit victimes, les dispositions ont été prises par les autorités et les partenaires pour circonscrire la maladie. Ces dispositions ont été axées sur la sensibilisation, le semi cerclage de la localité cible, la vaccination, et la nourriture. Cette maladie est sous contrôle et n’aura pas de grande incidence sur les activités socioéconomiques des populations. Néanmoins, la fermeture du frontière libérien suite à cette résurgence pourrait perturber des échanges transfrontalières surtout des bétails et produits maraichers vers le Liberia. Cette situation pourrait baisser les revenues des exportateurs et commerçants, malgré que les flux continuent dans une mesure moindre et informelle avec le Liberia.

    Marchés et Prix : La plupart des marchés guinéens se caractérisent actuellement par un approvisionnement suffisant en céréales et tubercules (manioc séchés). Les prix restent stables sur les marchés comme en année normale. Le kilo du riz local oscille entre 4500 et 5000GNF/kg alors que le kilo de riz importé est vendu en moyenne à 4000 GNF. Ces prix sont encore très variables selon les préfectures. Pendent le fête de Ramadan qui interviendra en début du mois de juin 2016, les prix des produits agricoles à tous les stades de distribution risqueront de hausser du fait d’une forte demande de consommation ; ce qui pourraient leur rendre difficilement accessibles aux ménages pauvres car cette période est également le moment où les stocks des ménages s’épuisent graduellement (juin à septembre).

    La situation alimentaire courante : La situation alimentaire est calme. Les ménages détiennent actuellement des disponibilités agricoles (céréales, tubercules, oléagineux) pour couvrir leurs besoins alimentaires. Les prix des produits agricoles étant stables sur les marchés et le bon approvisionnement des marchés permettent également à ces ménages d’accéder aux produits sur les marchés. On note alors que toutes les régions de la Guinée sont en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC).


    Suppositions Mise À Jour

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scénario FEWS NET le plus probable  pour la période avril à septembre 2016, sauf que la continuation de la résurgence de quelques cas de la Maladie à Virus Ebola dans des poches isolées est probable. Néanmoins, les ressources du gouvernement et ses partenaires sont mises à la disposition pour le contrôle et maîtrise d’une telle situation.


    Perspective Estimée Jusqu'en Septembre 2016

    Les bonnes récoltes enregistrées par la plupart des ménages pour la campagne 2015/2016 augurent des disponibilités commercialisables pour bien approvisionner les marchés, leur permettant de couvrir leur besoins alimentaires et maintenir les populations dans une situation Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre 2016.

    Le mois de Ramadan commence en début du mois de juin et s’étendra jusqu’en début juillet. Ce mois se situe cette année pleinement dans la période de soudure où les stocks commencent à s’épuiser. Les ménages très pauvres pourraient connaitre quelques difficultés dues à la cherté des produits sur les marchés notamment le maïs, le fonio, le manioc séché, les fruits et légumes qui sont les plus sollicités en cette période. Certains ménages qui souffrent toujours du stigmatisme d’Ebola mais qui cherchent à reconstituer leurs moyens d’existences perturbés par Ebola pourraient basculer en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) et adopteront des stratégies atypiques de survies à partir de juillet 2016 jusqu’en septembre 2016. Néanmoins, leur nombre sera minimal et n’atteindra pas 20 pour cent dans aucune zone.

    Cette mise à jour des perspectives sur la sécurité alimentaire présente une analyse des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée au cours des six prochains mois. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top