Skip to main content

L’insécurité alimentaire de type Stress à cause du faible pouvoir d’achat des ménages

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Guinée
  • Mai 2015
L’insécurité alimentaire de type Stress à cause du faible pouvoir d’achat des ménages

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à septembre 2015
  • Messages clé
    • La campagne agricole 2015/16 a normalement débuté cette année et se poursuit avec des quantités de pluies importantes particulièrement en zone forestière. Les activités agricoles telles que les préparations des sols, la main d’œuvre agricole et le début des semis se poursuivent normalement et procurent aux ménages pauvres des revenus normaux leur permettant de maintenir leur accès alimentaire à travers les achats sur le marché.

    • Cependant, les résultats de sécurité alimentaire des ménages directement ou indirectement touchés par l’épidémie Ebola ont commencé à se dégrader avec l’amenuisement progressif des réserves alimentaires, une soudure plus marquée que d’habitude et une baisse des revenus en dessous de la normale à cause du ralentissement économique dans le pays. Par conséquent, l’insécurité alimentaire de type Stress (IPC Phase 2) va persister chez ces ménages dans une grand partie du pays jusqu’en septembre 2015.

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    National

    • L’épidémie Ebola
    • Des revenus inférieurs à la moyenne de certaines sources comme le petit commerce, l'artisanat, la chasse, la vente de l'huile de palme vers les pays voisins, la main d’œuvre minière et la vente de bétail/volaille.
    • Baisse atypique des flux transfrontaliers avec les pays voisins due à la peur liée à l’épidémie Ebola.
    • Le nombre de nouveaux cas d'Ebola vont continuer à baisser par rapport aux semaines précédentes au cours de la période de projection.
    • Les revenus vont continuer à être en dessous de la moyenne limitant ainsi l’accès à la nourriture pour les ménages pauvres.

    Perspective projetée à septembre 2015

    Selon le rapport de situation de l'Organisation mondiale de la santé du 27 mai sur la situation de l’épidémie Ebola, il y a eu un total de 43 nouveaux cas confirmés d'Ebola au cours des 21 derniers jours en Guinée. La majorité de ces nouveaux cas ont été observés dans les préfectures de Forecariah, Dubréka, et Boke. Le nombre de nouveaux cas d'Ebola vont continuer à baisser par rapport aux semaines précédentes au cours de la période de projection (mai à septembre 2015). Cela favorisera un regain de dynamisme, due à la baisse de la peur, dans les activités génératrices de revenus permettant aux ménages d'améliorer l'accès alimentaire grâce à l'achat sur le marché empêchant une détérioration des résultats de la sécurité alimentaire pendant le pic de la période de soudure (juillet à septembre). 

    Présentement, la pluviométrie estimée par satellite (RFE) montre des pluies moyennes à excédentaires du centre vers le sud (Figure 3). Cette situation crée des conditions très favorables pour l’installation progressive de la campagne agricole. Les activités agricoles telles que la préparation des sols, la main d’œuvre agricole et l’installation des semis se poursuivent normalement et procurent aux ménages pauvres des revenus normaux leur permettant de couvrir leurs besoins essentiels et de maintenir leur accès aux aliments de base.

    Les prévisions saisonnières de agences météorologiques (NOAA/CPC, IRI, ECMWF, UK MET, PRESAO) montrent des projections mixtes pour la saison des pluies en cours (avril à octobre), avec certaines prévisions indiquant une probabilité accrue de précipitations supérieures à la moyenne, tandis que d'autres montrant une probabilité accrue de pluies inférieures à la moyenne. Toutefois, au regard des quantités importantes de pluie qu’enregistre le pays, FEWS NET suppose des volumes de pluies suffisants pour la campagne agricole 2015/16.

    Selon les informateurs clés de FEWS NET en Guinée, les sources typiques de revenu telles que la pêche, la vente de charbon de bois et la cueillette procurent aux ménages des revenus saisonniers qui leurs aident à maintenir leur accès à la nourriture. D'autre part, les revenus provenant d'autres sources, telles que le petit commerce, l'artisanat, la chasse, la vente de l'huile de palme vers les pays voisins, la main d’œuvre minière et la vente de bétail/volaille demeurent encore inférieurs à la moyenne en raison des activités réduites sur les marchés et un faible pouvoir d'achat des ménages. Pour la vente de bétail et de la volaille en particulier, il a été observé une baisse du commerce par rapport à la moyenne à cause de la faible demande locale en lien avec le faible pouvoir d’achat et la baisse des exportations vers les destinations habituelles comme le Liberia, Sierra Leone, Gambie et Guinée Bissau en relation avec la peur d’être contaminer par l’épidémie Ebola. Cette tendance se maintiendra tout au long de la période de projection en raison d'un environnement économique défavorable qui peut limiter l'accès des ménages à la nourriture.

    Les récoltes moyennes et les importations commerciales confèrent aux marchés un approvisionnement satisfaisant des produits vivriers locaux tels que le riz, le maïs, l'oignon, l'igname, l'huile de palme, l'aubergine, le piment sec, et le fonio en mai. En outre, les prix des céréales locales (riz, maïs) en avril étaient généralement stables ou en baisse par rapport aux niveaux de mars en raison de la régularité des importations sur le marché international et de bons niveaux de stock de produits locaux sur les marchés. Cette stabilité des prix facilite l'accès alimentaire des ménages pauvres et ceux dépendant du marché. Toutefois, des hausses de prix ont été observées pour le riz local à Nzérékoré de 12 pourcent et le maïs à Labé de 18 pourcent due à une augmentation saisonnière de la demande. Comparés à l'année dernière à la même période, les prix sont généralement en baisse notamment dans les zones de production excédentaire de 14 pourcent pour le riz local à Nzérékoré, 18 pourcent pour la pomme de terre à Labé et 20 pourcent pour l’igname à Kankan à cause des difficultés de commerce de ces zones vers les destinations habituelles et la demande des industries inférieure à la moyenne en raison de l'épidémie d'Ebola. Cela contribue également aux revenus inférieurs à la moyenne pour les ménages agricoles dans ces zones et à la nourriture à des prix stables pour les ménages dépendants du marché.

    Avec l’amenuisement progressif des réserves alimentaires, une soudure plus marquée que d’habitude et une baisse des revenus en dessous de la normale à cause du ralentissement économique dans le pays, les conditions de sécurité alimentaire des ménages pauvres et touchés par l’épidémie Ebola dans la majeure partie du pays vont continuer à être plus difficile que normale au cours de la période de projection (mai à septembre 2015). Ces ménages pourront satisfaire leurs besoins alimentaires essentiels mais ne pourront pas s’engager dans des dépenses non alimentaires comme celles liées à la santé et les affaires sociales (voyage, mariage, baptêmes et fêtes sociales ou scolaires). Ils seront incapables de diversifier leur alimentation et pourront recourir à plus d’aliments de cueillette par rapport à la normale pour leur consommation. Par conséquent, la plupart de ces ménages resteront en situation d’insécurité alimentaire aigue de type Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au moins septembre 2015.

    Cependant, avec le faible impact de l’épidémie Ebola jusqu'à ces dernières semaines, des stocks alimentaires résiduels des ménages, l’approvisionnement normal des marchés et des revenus saisonniers, la plupart des ménages dans la région de Boké arrivent à protéger leurs moyens d’existence et à satisfaire au minimum leurs besoins alimentaires essentiels. Par conséquent, l’insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC) va se maintenir jusqu’en septembre 2015.

    Figures Figure 1  Résultats projetés pour la sécurité alimentaire, mai à juin 2015

    Figure 1

    Figure 1 Résultats projetés pour la sécurité alimentaire, mai à juin 2015

    Source: FEWS NET

    Figure 2  Résultats projetés pour la sécurité alimentaire, juillet à septembre 2015

    Figure 2

    Figure 2 Résultats projetés pour la sécurité alimentaire, juillet à septembre 2015

    Source: FEWS NET

    Figure 3

    Figure 3 Estimation des anomalies de précipitations cumulées (RFE) en millimètres - mai 2015

    Source: USGS/FEWS NET

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 4

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 5

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top