Skip to main content

Les conditions d’installation de la campagne agricole 2014/15 sont globalement satisfaisantes

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Guinée
  • Juillet 2014
Les conditions d’installation de la campagne agricole 2014/15 sont globalement satisfaisantes

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à décembre 2014
  • Messages clé
    • Depuis le début de la saison 2014/15, les conditions agro climatiques sont globalement satisfaisantes et restent favorable pour le bon développement des cultures. Cela supporte la poursuite normale des activités agricoles et les opportunités de main d’œuvre pour les ménages pauvres.
    • Les bonnes disponibilités depuis les récoltes passées et de l’évolution saisonnière normale des prix sur les marchés favorisent les conditions d’une soudure normale et facilitent l’accès aux ménages pauvres, malgré l’augmentation de la demande attendue en juillet au cours du mois de Carême.
    • Les récoltes précoces en septembre viendront améliorer les disponibilités alimentaires des ménages. Les ménages pourront bénéficier des revenus des ventes des productions en vert d’arachide et de maïs qui va leur procurer des revenus substantiels. Le retour ou le renforcement d’une situation d’insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC) va se maintenir jusqu’en décembre.

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    National

    Pas d’anomalie attendue qui aura un impact significatif sur la sécurité alimentaire actuellement observée et sur la période de projection.

     


    Perspective projetée à décembre 2014

    Selon les prévisions du forum régional sur les prévisions climatiques en Afrique de l’ouest, des précipitations inférieures aux moyennes saisonnières sont attendues de juin à septembre 2014 sur une bonne partie du pays. Compte tenu des quantités importantes de pluviométrie que reçoit le pays, on s’attend à des volumes de pluies moyens suffisants pour la campagne agricole 2014/2015. L’analyse de la pluviométrie estimée par satellite (RFE) décadaire du 1er avril au 20 juillet montre des pluies moyennes à supérieures à la moyenne saisonnière sur cinq ans à travers le pays (fig. 1). Ces conditions pluviométriques satisfaisantes, en plus des dispositions prises par l’Etat pour faciliter l’accès des intrants aux producteurs favorisent le bon développement des cultures. Cela supporte également la poursuite normale des activités génératrices de revenu permettant aux ménages de satisfaire leurs besoins et d’appréhender les conditions d’une soudure normale sans contrainte majeur, malgré une légère hausse de prix attendue pendant le Ramadan.

    Cependant, sur le plan sanitaire, la Guinée continue à témoigner les effets de l’éruption d’Ebola, qui affecte aussi le Libéria et la Sierra Léone. Le 20 juillet 2014, le Ministère de la santé a annoncé un cumul de 415 cas suspectés et confirmés, y compris 314 cas mortels. Les zones d’éruption s’étendent des frontières  de la Guinée, Libéria et Sierra Leone (préfectures Guéckédou et Macenta) vers la frontière avec le Mali dans les préfectures de Kissidougou, Kouroussa, Dabola, Dinguiraye et Siguiri. Une poche d’éruption se trouve aussi près de Conakry dans les préfectures de Dubréka, Fria, Boffa et Télimelé.

    Puisque l’éruption est probablement issue de la consommation des animaux de la chasse en brousse, une partie de la population renonce aux activités de chasse, à la commercialisation des produit associés, et essaie d’éviter les zones d’éruption. Vue l’importance de la chasse en tant que source de revenu et de protéines, certains ménages auront besoin d’augmenter la pression sur les autres activités disponibles. Toutefois, cela pourrait constituer un manque en aliment important pour la nutrition dans les zones non littorales et non pêcheur chez certains ménages. Les impacts les plus aigus sur la sécurité alimentaire seront probablement sentis au niveau des ménages dont un membre productif est malade ou décès à cause de l’Ebola. Les certains ménages affectés au niveau de revenus et de consommation peuvent connaitre des déficits de protection des moyens d’existence, il est fort probable que cette population ne dépasse pas 20 pour cent du total, étant donné la gamme d’autres activités présentes et en cours dans ces zones.

    Le mois de ramadan en juillet, s’annonce plus difficile pour les ménages pauvres victimes des inondations de l’année passée à Dinguiraye, Kankan, Siguiri, Macenta, Labé et Tougué. Il est probable que la demande en céréales des ménages augmente et met une pression à la baisse de l’offre sur les marchés en poussant les prix à la hausse ou les maintenir à un niveau élevé. Cela pourrait rendre difficile l’accès aux céréales pour la plupart de ces ménages. Ils s’engageront alors dans des stratégies inhabituelles telles que l’abandon de certaines dépenses en lien avec la santé, l’éducation et l’investissement, les cérémonies et la diminution de la solidarité sociale. Par conséquent, les perspectives alimentaires pour ces ménages seront globalement moins favorables au cours de la période de soudure (juillet-septembre).

    Avec l’installation de la soudure en juillet, la plupart des ménages pauvres dépendent actuellement du marché pour leur approvisionnement alimentaire. Le bon déroulement de la campagne jusqu’ici, qui favorise un déstockage par les commerçants et les gros producteurs et la régularité des importations du riz confèrent aux marchés une offre normale et suffisante des céréales. Aussi, l’arrivée des produits locaux tels que l'oignon, l'igname, l'huile de palme, l'aubergine, le piment sec, et l’aubergine sur les marchés contribue à maintenir l’offre et à diminuer la pression de la demande. Cette situation continue à maintenir stable les prix dans leur ensemble sur la plupart des marchés de référence entre mai et juin. Comparés à juillet 2013, il a été observé la même tendance à la stabilité.

    Au regard du bon déroulement de la campagne agricole qui supporte les stratégies normales de subsistance, la relative stabilité des prix et la régularité de l’offre en produits locaux et riz importé, la plupart des ménages arriveront à satisfaire au minimum leurs besoins alimentaires essentiels et passeront la période de soudure juillet-septembre sans difficulté majeure. Les récoltes précoces de maïs et fonio en septembre viendront renforcer les disponibilités alimentaires et faciliter l’accès aux ménages pauvres. L’insécurité alimentaire Minimale (IPC phase 1) va se maintenir jusqu’en décembre avec la reconstitution normale des stocks.

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 1. Cumulative RFE anomaly for April 1-July 20 compared to the 2009-2013 average

    Figure 2

    Figure 1. Cumulative RFE anomaly for April 1-July 20 compared to the 2009-2013 average

    Source: USGS/FEWS NET

    Figure 3

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top