Skip to main content

L’insécurité alimentaire minimale due à la stabilité des prix continue jusqu’en décembre

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Guinée
  • Août 2014
L’insécurité alimentaire minimale due à la stabilité des prix continue jusqu’en décembre

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Perspective projetée à Decembre 2014
  • Messages clé
    • L’épidémie d’Ebola reste d’intérêt national, bien que les impacts sur les résultats d’insécurité alimentaire soient actuellement limités. Cependant, un cordon sanitaire à longue durée et des restrictions sur les flux des produits pourraient limiter significativement l’offre des denrées de base sur les marchés dans les endroits cordonnés. Cette situation pourrait avoir comme résultat une disponibilité réduite des denrées de base, les prix plus élevés que la normal, et une détérioration de la sécurité alimentaire.      

    • Une combinaison des stocks moyens à supérieur à la moyenne, la régularité des importations du riz, et une récolte normale à supérieur à la moyenne au vue du bon progrès de la saison agricole contribueront à une insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC)  jusqu’en décembre 2014. 

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    Préfecture de Guéckédou

    La mise en place d’un cordon sanitaire est en cours dans cette préfecture affectée par l’épidémie d’Ebola.

    Cordon prolongé ou supplémentaire pourrait entrainer des hausses de prix pour les denrées de base  et des flux réduits des produits, réduisant l’accès alimentaire des ménages dans les zones cordonnées.


    Perspective projetée à Decembre 2014

    Aperçu national

    La pluviométrie est moyenne à supérieure à la moyenne saisonnière depuis le début d’avril  à travers le pays, permettant un bon développement des cultures dans l’ensemble du pays et assurant des perspectives de récoltes moyennes à bonnes.

    Les importations régulières des denrées alimentaires, le bon niveau des stocks des ménages depuis les récoltes passées et l’afflux sur les marchés des denrées locales soutiennent la demande des ménages et maintiennent les prix stables entre juin et juillet sur les marchés, malgré le pic de la période de soudure. Comparés à juillet 2013, la même tendance à la stabilité voire baisse est observée sur la plupart des marchés de référence à la faveur des bonnes disponibilités sur les marchés et au niveau des ménages. Cette stabilité des prix continue de favoriser l’accès aux aliments de base par les ménages pauvres grâce aux revenus issus de la vente de volaille et bétail, la main d’œuvre agricole et le petit commerce.

    La période de soudure se poursuit normalement avec une régularité des offres en produits locaux et riz importé qui supportent la relative stabilité des prix sur les marchés principaux.  Grace aux stratégies normales de subsistance, la plupart des ménages arriveront à satisfaire au minimum leurs besoins alimentaires essentiels surtout avec les récoltes précoces de maïs et fonio en septembre qui viendront renforcer les disponibilités alimentaires et faciliter l’accès aux ménages pauvres. L’insécurité alimentaire Minimale (IPC phase 1) va se maintenir jusqu’en décembre avec la reconstitution normale des stocks.

    Les perspectives alimentaires pour les ménages pauvres victimes des inondations de l’année passée à Dinguiraye, Kankan, Siguiri, Macenta, Labé et Tougué seront globalement moins favorables au cours de la période restante de soudure (aout-septembre). Pour pouvoir assurer leurs besoins alimentaires, ils vont continuer à s’engager dans des stratégies inhabituelles telles que l’abandon de certaines dépenses en lien avec la santé, l’éducation et l’investissement, les cérémonies et la diminution de la solidarité sociale.

    Epidémie d’Ebola

    Sur le plan sanitaire, l’épidémie d’Ebola continue à faire des victimes dans plusieurs zones du pays y compris les frontières  de la Guinée, Libéria et Sierra Leone (préfectures Guéckédou, Pita, Nzérékoré et Macenta) vers la frontière avec le Mali dans les préfectures de Kissidougou, Kouroussa, Dabola, Dinguiraye et Siguiri et près de Conakry dans les préfectures de Dubréka, Fria, Boffa et Télimelé.  Selon le Ministère de la santé, il y’aurait un cumul de 607 cas suspectés et confirmés, y compris 406 cas mortels.

    Les ménages touchés par la mort ou la maladie d’un ou plusieurs membres connaitront probablement les effets les plus sévères au niveau de la sécurité alimentaire, due aux revenus et activité productive réduits. Il est possible aussi que des ménages observent des réductions dans les revenus issus de la vente de la viande de brousse et dans les opportunités pour le petit commerce et le transport dans les foyers d’épidémie.

    Le 1er aout, les chefs d’état de la Guinée, Sierra Leone, et Liberia ont annoncé la mise en place d’un cordon sanitaire pour contenir la diffusion de l’Ebola dans une zone triangulaire aux frontières communes des trois pays. Les rapports sur terrain suggèrent que la mise en place est encore en cours, mais le cordon vise à renforcer le control des passagers et ceux qui présenteront certains symptômes seront retenus pour faire l’objet d’explorations plus approfondie tout en permettant la libre circulation dans les zones cordonnées.

    Cependant, une limitation stricte en plus de celle déjà annoncée, en particulier celle relative aux flux des denrées de base, pourrait engendrer une disponibilité réduite des aliments, des hausses plus marqués pour les denrées de base au pic de la soudure, et une détérioration de la sécurité alimentaire. FEWS NET continuera à suivre la situation pour identifier tous impacts majeurs sur la sécurité alimentaire.

    Figures Calendrier saisonnier pour une année typique

    Figure 1

    Calendrier saisonnier pour une année typique

    Source: FEWS NET

    Figure 1. Epidémie d’Ebola, dès 18 aout 2014

    Figure 2

    Figure 1. Epidémie d’Ebola, dès 18 aout 2014

    Source: OCHA

    Figure 3

    Source:

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top