Skip to main content

La hausse des prix réduit l'accès des ménages pauvres aux denrées alimentaires et aux produits non alimentaires essentiels.

  • Perspectives sur la sécurité alimentaire
  • Cameroun
  • Octobre 2022 - Mai 2023
La hausse des prix réduit l'accès des ménages pauvres aux denrées alimentaires et aux produits non alimentaires essentiels.

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • CONTEXTE NATIONAL
  • Messages clé
    • Les pressions inflationnistes sur les produits alimentaires se sont intensifiées au Cameroun depuis le début de la guerre en Ukraine. Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, le Cameroun a connu un taux d'inflation générale de 6,61 pour cent en août 2022, ce qui est supérieur au seuil d'inflation de 3 pour cent de la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale). Par rapport au même mois de 2021, l'inflation générale en août 2022 a augmenté de 7,4 pour cent à Yaoundé et de 6,6 pour cent à Douala, sous l'effet d'une hausse de 14,5 à 14,9 pour cent des prix des produits alimentaires, notamment des huiles et graisses, du pain, des céréales, et de la viande. Au cours de cette période, les prix des produits alimentaires fabriqués localement dans ces villes ont également augmenté de 13,3 à 14,4 pour cent.

    • Le suivi de routine de FEWS NET a rapporté des résultats de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) et pires parmi les ménages pauvres urbains dépendant principalement du marché, en particulier ceux de Yaoundé et Douala. Bien qu'ils se remettent encore des baisses de revenus liées à la pandémie, ils réduisent maintenant le nombre de repas qu'ils prennent, épuisent leurs économies antérieures ou s'endettent pour survivre aux prix élevés des aliments.

    • Dans les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest, des résultats généralisés au niveau des zones de Crise (phase 3 de l'IPC) sont prévus de novembre 2022 à mai 2023, car la dépendance accrue vis-à-vis des marchés et la hausse des prix des aliments de base exacerbent le pouvoir d'achat déjà faible des ménages. De plus en plus de ménages pauvres verront leur consommation alimentaire se détériorer conformément aux résultats de la Crise (phase 3 de l'IPC), accentuant ainsi le passage de la période de soudure de mars à mai 2023.

    • L'accès à la production propre de sorgho, de maïs et de légumineuses accroît la disponibilité et la diversité des aliments, et augmente les revenus tirés de la vente des récoltes pour les ménages pauvres dans les départements de Logone-et-Chari, Mayo-Sava et Mayo-Tsanaga de la région de l'Extrême-Nord, améliorant les résultats de Tension accrue (phase 2 du CIP) en octobre. Les prix supérieurs à la moyenne et les faibles revenus continuent de limiter le pouvoir d'achat des ménages pauvres en ce qui concerne les autres aliments, tels que le riz, les produits à base de blé et les articles non alimentaires essentiels, ce qui les contraint à continuer d'employer des stratégies d'adaptation en situation de Tension accrue.

       


    CONTEXTE NATIONAL

    Situation actuelle 

    Conflits et insécurité : Le conflit entre les forces gouvernementales et les combattants séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) se poursuit sans relâche pour la septième année consécutive. Au 30 septembre 2022, plus de 600 000 personnes sont toujours déplacées à l'intérieur du pays, tandis qu'environ 548 206 personnes déplacées sont retournées dans leurs localités. Le rapport ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project) indique que les décès liés à des actes de violence ont presque doublé en 2022, avec plus de décès en juin 2022 qu'au cours de n'importe quel mois depuis début 2020. La plupart des victimes civiles se trouvent dans les départements de Kupe-Manenguba, Manyu, Menchum et Mezam.

    Dans la région de l'Extrême-Nord, l'État islamique en Afrique de l'Ouest (EIAO) poursuit ses attaques, notamment dans les départements du Mayo-Sava, du Mayo-Tsanaga et du Logone-et-Chari. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) rapporte que plus de 14 000 personnes ont été déplacées par des attaques d'insurgés dans les départements du Logone-et-Chari et du Mayo-Tsanaga en août 2022, ce qui porte à 26 526 le nombre de personnes déplacées par les extrémistes islamistes en 2022. Il y a eu plus de victimes civiles au cours du troisième trimestre 2022 qu'au cours du troisième trimestre 2021, Kolofata étant à l'origine de la plupart des incidents. En République centrafricaine (RCA), la violence contre les civils a diminué depuis septembre 2021, apportant des niveaux de paix relative non observés depuis 2019. Les plus de 350 000 réfugiés centrafricains installés dans les régions de l'Est et de l'Adamawa continuent d'exercer une pression sur les communautés d'accueil, faisant grimper les prix locaux et augmentant la concurrence pour les ressources et les possibilités d'emploi.

    L'exercice de rapatriement volontaire des réfugiés centrafricains se poursuit, avec 1 210 personnes rapatriées au 4 août 2022, selon le HCR. Des années de guerre ont considérablement perturbé la vie des habitants, laissant de nombreuses personnes dans le besoin d'une aide humanitaire.

    Prix des produits de base : Les pressions inflationnistes sur les produits alimentaires et non alimentaires se sont intensifiées au Cameroun depuis le début de la guerre en Ukraine (Figure 1). Selon l'Institut national de la statistique, l'inflation générale en août 2022 était presque trois fois plus élevée qu'en août 2021, dépassant le critère régional de la CEMAC de 3 pour cent.

    Le Cameroun est fortement dépendant des importations de riz, de poisson congelé, de blé, d'huile végétale, d'autres aliments transformés et d'engrais minéraux en provenance de Russie, d'Ukraine et d'autres pays. Ces produits sont en grande partie importés par des conglomérats privés qui ont du mal à maintenir leurs approvisionnements en raison de la hausse des prix mondiaux, des coûts d'expédition et des perturbations générales de la chaîne d'approvisionnement mondiale dues à la guerre en Ukraine. Cette situation a limité l'offre nationale d'aliments de base importés tels que le riz, l'huile végétale, la farine de blé et les engrais, entraînant des augmentations de prix de 20 à 50 pour cent. Bien que la hausse des prix de la plupart des produits alimentaires importés se soit légèrement atténuée ou stabilisée au cours des deux derniers mois en raison des mesures gouvernementales de contrôle des prix, les prix en septembre et octobre 2022 sont restés nettement supérieurs aux niveaux des cinq dernières années et de 2021. L'interdiction par le gouvernement d'exporter des céréales et des huiles végétales, mise en place en 2021 pour faire face aux pénuries nationales causées par la pandémie de COVID-19, reste active. Cependant, la contrebande à travers les frontières terrestres du Nigeria, du Tchad et de la RCA continue de compromettre l'approvisionnement national.

    Néanmoins, les importantes subventions publiques aux carburants ont limité l'impact de la hausse des prix des carburants sur la population locale, bien que des pénuries localisées et temporaires aient été observées en raison de la perturbation des approvisionnements nationaux due à la flambée des prix du pétrole sur le marché international.

    Les marchés de la zone nord du pays sont actuellement approvisionnés par les nouvelles récoltes de sorgho, de maïs, de mil et de légumineuses à des niveaux proches de la moyenne, sauf dans les régions où l'insécurité persistante liée à l'insurrection maintien des approvisionnements inférieurs à la moyenne en raison d'une baisse de la production. Les prix du sorgho, du maïs et des légumineuses sur les marchés surveillés par FEWS NET dans les zones nord ont commencé à se stabiliser mais restent bien au-dessus des moyennes saisonnières.

    Dans la partie méridionale du pays, la diminution saisonnière de la production propre d'aliments de base au niveau des ménages pousse certains d'entre eux à commencer à acheter des céréales de base. Dans les zones touchées par le conflit, la demande des ménages en maïs, haricots et pommes de terre reste supérieure à la moyenne en raison d'une production inférieure à la moyenne, ce qui, associé aux coûts de transport élevés, maintient les prix plus élevés que d'habitude.

    Évolution des précipitations : Les précipitations cumulées pendant la saison des pluies de juin à septembre 2022 dans la zone unimodale du nord du pays ont été globalement supérieures à la moyenne de 1991 à 2020. Cependant, la saison a été caractérisée par un début tardif en juin, des précipitations irrégulières, mal réparties, et des déficits localisés. La deuxième saison des pluies est en cours jusqu'en novembre dans les zones bimodales du pays (régions de l'Est, du Centre et du Sud), soutenant les cultures de maïs, de haricots, de riz et d'arachides de deuxième cycle. Dans le reste de la zone sud, les cultures de contre-saison de maïs, de riz, de légumes, d'oignons et de tomates sont en cours, bien que les plantations soient limitées par les prix élevés des intrants agricoles et l'accès réduit aux marais dans les zones de conflit. Les inondations saisonnières sont en cours dans la majeure partie de la zone nord du pays, suite aux fortes pluies d'août et de septembre. Selon l'OCHA, les inondations en cours ont provoqué le déplacement de plus de 22 776 personnes dans les départements de Mayo-Danay et Logone-et-Chari et ont détruit plus de 1 500 hectares de champs et 2 700 animaux.

    Production agricole : La production globale de la campagne 2022 a été proche de la moyenne quinquennale, sauf dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et dans certaines parties de l'Extrême-Nord, où l'insécurité persiste. Dans ces régions, les légionnaires d'automne, les éléphants nuisibles dominent, les feux de brousse, les poches de sécheresse et les inondations provoquent des baisses de production localisées et des dégâts aux cultures. Les prix saisonniers des engrais minéraux sont restés bien supérieurs à la moyenne quinquennale dans toutes les zones de culture, en raison des perturbations des approvisionnements provoquées par la crise ukrainienne. Malgré les efforts déployés par le gouvernement et les partenaires, les subventions globales pour les engrais pendant la saison de culture 2022 ont diminué par rapport à 2021, réduisant encore l'accès des agriculteurs qui sont déjà confrontés à des contraintes sur leur capacité d'achat. Par conséquent, les rendements des cultures et la production totale des cultures ont été négativement impactés, en particulier le cacao, le café et le maïs.

    Les estimations de production des délégations régionales de l'agriculture, ainsi que les données de surveillance de routine de FEWS NET, suggèrent une autre saison consécutive inférieure à la moyenne dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où les réductions des superficies ensemencées persistent en raison de l'abandon des terres cultivées, du déclin de la main-d'œuvre agricole et des coûts élevés des engrais et des semences améliorées. En octobre, la récolte de la saison principale est en cours dans la zone nord du pays, ce qui permet aux ménages pauvres d'avoir accès à leur propre production de sorgho, de maïs, de mil et de légumineuses, et de percevoir un certain revenu de la main d'œuvre de récolte. La production agricole reste inférieure à la moyenne dans les départements de Mayo-Tsanaga, Logone-et-Chari et Mayo-Sava en raison de l'insurrection prolongée, des prix élevés des intrants agricoles et des sécheresses localisées.

    Production animale : La production animale reste inférieure à la moyenne dans les zones d'élevage des régions du Nord-Ouest et de l'Extrême-Nord, car l'insécurité généralisée continue de limiter l'accès aux pâturages, aux médicaments, services vétérinaires, aux compléments alimentaires et aux marchés du bétail. Les mouvements de bétail le long de couloirs définis ont également été fortement perturbés. Bien que l'embonpoint du bétail soit resté globalement satisfaisant pendant les mois pluvieux de mai à septembre, les données de suivi de FEWS NET montrent que les ventes de bétail restent négativement affectées par des revenus toujours inférieurs à la moyenne et des échanges transfrontaliers limités. Les prix de la volaille ont doublé sur la plupart des marchés, mais les ventes saisonnières de volaille restent faibles en raison d'une baisse de la production causée par l'interdiction en cours de l'importation d'œufs fertiles, ce qui a entraîné une pénurie de poussins d'un jour.

    Revenus des ménages pauvres : Les prix élevés des denrées alimentaires de base et des produits non alimentaires essentiels réduisent le pouvoir d'achat des ménages pauvres dans les zones urbaines et rurales. Dans les zones touchées par le conflit, la commercialisation des cultures vivrières et de rente reste affectée par une faible production, des coûts de transport élevés, un accès et un fonctionnement perturbés du marché (Figures 5 et 6), ce qui contribue à la réduction des revenus tirés de la vente des récoltes. Les informations recueillies par FEWS NET lors des visites de terrain dans les zones de conflit en août ont également révélé une nouvelle baisse des revenus des ventes par rapport aux autres années de conflit dans certaines zones reculées où les groupes armés imposeraient des taxes sur les ventes de récoltes. Les conditions de l'échange chèvre/sorgho, un indicateur du pouvoir d'achat des ménages pastoraux, montrent des tendances à la baisse par rapport à l'année dernière dans la plupart de la région de l'Extrême-Nord, bien qu'elles soient supérieures à la moyenne sur quatre ans (Figure 2). Cette tendance est principalement due à l'augmentation des prix du sorgho sur tous les marchés.

    Aide humanitaire alimentaire : Depuis le début de l'année 2022, le Programme alimentaire mondial, en collaboration avec d'autres partenaires internationaux et locaux, fournit une assistance alimentaire mensuelle (en nature, en espèces ou sous forme de bons, et un soutien aux moyens d'existence) aux personnes déplacées, aux ménages d'accueil et aux réfugiés dans tout le pays. Les rations alimentaires et les distributions en espèces de 5 000 à 9 300 XAF par personne et par mois, couvrent au moins 25 pour cent des besoins quotidiens en kilocalories. Les inondations d'août et septembre ont gravement détérioré les routes du Logone-et-Chari, ralentissant les activités humanitaires, en particulier dans les départements de Makari, Fotokol, Blangoua, Zina et Logone Birni. Des restrictions à l'accès humanitaire ont été signalées en raison du niveau d'insécurité, notamment l'enlèvement de travailleurs humanitaires et la saisie de denrées alimentaires. Dans les régions du NOSO, des efforts sont déployés pour atteindre les zones les plus défavorisées, telles que les départements de Lebialem, Menchum et Ndian, dont la plupart n'ont pas bénéficié de l'aide humanitaire ces dernières années. Malgré l'assistance alimentaire en cours, les besoins en sécurité alimentaire restent élevés pour la majorité des personnes encore déplacées dans les régions du Nord-Ouest et de l'Extrême-Nord, y compris les rapatriés, et pour les réfugiés centrafricains et nigérians vivant dans les communautés d'accueil.

    Résultats actuels en matière de sécurité alimentaire

    Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : Les résultats de Crise (phase 3 de l'IPC) sont en cours dans les départements de Momo et Menchum dans le Nord-Ouest, et dans les départements de Lebialem, Meme et Ndian dans la région du Sud-Ouest, où la violence et l'insécurité sont les plus fortes. La plupart des ménages pauvres de ces départements n'ont pas ou peu récolté cette saison et ont donc continué à dépendre des achats sur le marché et de l'aide humanitaire pour les céréales de base. Des données récentes montrent que les ménages pauvres de ces départements ont contracté de lourdes dettes pour faire face aux prix élevés des aliments de base et aux frais de transport, d'éducation et de soins médicaux. De plus, les données relatives à la distribution des aliments dans ces régions suggèrent que les niveaux actuels d'assistance sont insuffisants pour couvrir 20 pour cent des personnes en situation d'insécurité alimentaire ou pour combler les larges écarts en termes d'alimentation et de revenus. Dans le reste des régions du NOSO, les résultats sont actuellement en Tension accrue (phase 2 de l'IPC), les ménages pauvres commençant tout juste à épuiser leurs récoltes limitées, bien que cinq mois plus tôt que dans une année normale. Ces ménages, dont la majorité a vu ses résultats s'améliorer de Crise (phase 3 de l'IPC) à Tension accrue (phase 2 de l'IPC) en juillet, ont continué à utiliser des stratégies d'adaptation de Tension accrue pour accéder à la nourriture. Une grande partie d'entre eux continuent d'acheter certains aliments à crédit alors que les stocks s'épuisent, tout en réduisant leur consommation de viande et de poisson au profit de légumineuses moins chères comme les haricots, le soja et les arachides. Le faible pouvoir d'achat empêche l'achat d'aliments importés et de produits non alimentaires essentiels.

    Région de l'Extrême-Nord : Les populations touchées par les insurgés dans les départements de Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone-et-Chari voient leur situation s'améliorer et passer au stade de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) en octobre, grâce à un meilleur accès à la nourriture et aux revenus provenant de leurs propres récoltes. Les prix et les revenus supérieurs à la moyenne continuent de limiter le pouvoir d'achat des ménages pauvres pour d'autres aliments, tels que le riz et les produits à base de blé, et les articles non alimentaires essentiels, ce qui les oblige à continuer d'employer des stratégies d'adaptation à la Tension accrue. Par ailleurs, les inondations en cours accentuent l'insécurité alimentaire dans toute la région de l'Extrême-Nord, en particulier dans le département de Logone-et-Chari, où les populations sont déjà touchées par l'insurrection extrémiste islamique, et dans les départements de Mayo-Danay. Les ménages déplacés dans ces départements et ceux qui ont perdu leurs récoltes doivent de plus en plus compter sur les marchés et l'aide humanitaire alimentaire, et recourir à des stratégies d'adaptation plus sévères pour accéder à la nourriture et à l'argent liquide pour acheter de la nourriture.

    Le reste du pays : Dans l'ensemble, les résultats de sécurité alimentaire Minimal (phase 1 de l'IPC) persistent pour la plupart des ménages pauvres dans les zones sans conflit, car ils continuent à s'engager dans des activités de moyens d'existence de niveau normal, grâce à un accès proche de la moyenne aux aliments et aux revenus de leur propre production. Cependant, les résultats de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) sont susceptibles de persister pour les ménages pauvres urbains dépendant principalement du marché, en particulier ceux vivant à Yaoundé et Douala, où les prix élevés des aliments ont eu un impact modéré à sévère sur la consommation alimentaire. La plupart des ménages pauvres de ces villes ont réduit le nombre de repas qu'ils prennent, épuisé leurs économies antérieures ou accumulé des dettes pour survivre. Malgré l'intégration locale de la plupart des réfugiés centrafricains, leur présence dans les départements de Kadey, Mbere et Lom-et-Djerem dans les régions de l'Est et de l'Adamawa a contribué à faire grimper les prix des aliments de base au-dessus de la moyenne. Parallèlement à la réduction des revenus due à la concurrence accrue pour les opportunités d'emploi, cela limite l'accès à la nourriture pour la plupart des ménages pauvres dans les communautés d'accueil, ce qui maintient les résultats de Tension accrue (phase 2 de l'IPC).

    Suppositions

    Le scénario le plus probable pour la période allant d'octobre 2022 à mai 2023 se base sur les hypothèses nationales suivantes :

    Les niveaux de conflit et de violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest devraient augmenter en octobre et atteindre un pic entre décembre 2022 et janvier 2023, sous l'effet d'une augmentation de la présence des troupes généralement observée pendant la saison sèche, lorsque les routes deviennent plus praticables. L'EIAO maintiendra probablement son contrôle territorial autour du lac Tchad, y compris dans la région de l'Extrême-Nord, le rythme des attaques et des décès associés étant susceptible d'augmenter bien au-delà des niveaux de 2021, se rapprochant davantage des niveaux observés de 2019 à 2020 et de 2020 à 2021, compte tenu de la résurgence de la violence à Kolofata.

    La situation macroéconomique du Cameroun restera modérément impactée par la guerre en Ukraine en raison de la dépendance de l'économie aux importations, qui continuera d'exposer le pays aux chocs externes liés à l'offre mondiale et aux prix des matières premières. Les taux d'inflation devraient rester nettement supérieurs au seuil d'inflation de la zone CEMAC de 3 pour cent au moins jusqu'à la mi-2023. Bien que les importantes subventions publiques aux carburants aient limité l'impact de la hausse mondiale des prix des carburants sur la population locale, le Fonds monétaire international avertit que le coût accru des subventions aux carburants est susceptible d'exercer une pression supplémentaire sur les prix intérieurs du Cameroun. On estime que, d'ici à la fin de 2022, les subventions publiques aux carburants seront probablement deux fois plus élevées que le montant initialement approuvé par le collectif budgétaire, avec des implications négatives probables sur d'autres dépenses publiques, notamment les droits d'importation et autres taxes et subventions sur les produits essentiels alimentaires et non alimentaires.

    Évolution des précipitations : Dans la zone à régime de pluviosité unimodal au nord du pays, une bonne disponibilité en eau suite à l'inondation de la plaine du Logone et des plaines inondables entourant le lac Tchad (plaines de Yaeré) entre août et décembre favorisera la récession et les cultures de contre-saison en janvier et février 2023, la disponibilité des pâturages et les activités de pêche. Cependant, les activités de culture et de pêche resteront limitées par l'insécurité généralisée, les prix élevés des intrants et la crainte de représailles lors d'affrontements intercommunautaires. Dans les zones à régime de pluviosité unimodal et bimodal au sud du pays, la principale saison des pluies devrait arriver à point nommé en mars 2023 et favoriser un démarrage normal de la campagne agricole 2023.

    Les prix des produits alimentaires importés devraient rester bien supérieurs à ceux de l'année dernière et à la moyenne sur cinq ans. Les projections de FEWS NET pour le riz importé sur le marché de Mfoundi à Yaoundé indiquent que les prix de détail augmenteront de 54 à 77 pour cent au-dessus de la moyenne quinquennale et de 30 à 42 pour cent au-dessus des niveaux de 2021 au cours de la période du scénario, malgré une possible détente d'un mois à l'autre dans les mois à venir (Figure 3). On s'attend à ce que la hausse des prix au cours de la période visée par le scénario soit attribuable aux perturbations persistantes de l'approvisionnement mondial, amplifiées par la guerre entre la Russie et l'Ukraine, et aux coûts d'expédition élevés causés par la hausse des prix mondiaux du carburant. D'autres hausses de prix sont attendues dans les régions où les conflits et l'insécurité ont déjà considérablement perturbé l'approvisionnement local.

    Les ménages touchés par le conflit et l'insécurité resteront fortement dépendants des achats de céréales de base sur le marché. Les stocks actuels risquent de s'épuiser en moyenne trois à quatre mois plus vite que d'habitude en raison des récoltes limitées de la saison précédente. La plupart des ménages pauvres du NOSO devraient commencer à acheter la plupart de leurs céréales de base entre novembre 2022 et mai 2023, alors qu'ils le feraient de mars à mai dans une année normale. Dans les départements de Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone-et-Chari de la région de l'Extrême-Nord, où les déficits céréaliers ont plus que doublé depuis 2020 en raison de l'insécurité généralisée et des attaques de ravageurs, les stocks céréaliers des ménages tout au long de la période couverte par les perspectives devraient rester inférieurs à la moyenne, ce qui augmentera la demande du marché.

    Les revenus des ménages pauvres tirés de la vente des récoltes devraient diminuer de façon saisonnière pendant la période de soudure, de mars à mai, à mesure que les stocks de leurs récoltes s'épuisent. L'augmentation des coûts de production et de transport devrait annuler les augmentations de revenus typiques des ventes de produits de contre-saison et l'augmentation des ventes pendant les fêtes de fin d'année, le Ramadan de mars à avril 2023, et d'autres fêtes nationales. On s'attend à ce que les ménages pauvres augmentent leurs activités rémunératrices typiques, telles que la vente de charbon de bois et de bois de chauffage, la pêche artisanale, le petit commerce et la vente de produits forestiers non ligneux, afin d'accroître leurs revenus. Poussés par la nécessité de combler l'écart de revenus pour faire face à la réduction des revenus et aux prix élevés des aliments de base, les ménages pauvres des zones touchées par le conflit devraient adopter des stratégies d'adaptation négatives telles que la mendicité, l'achat à crédit et l'épuisement de l'épargne.

    Les pâturages et les ressources en eau pour le bétail à travers le pays seront suffisants pour maintenir l'embonpoint sain pour le bétail jusqu'à la fin novembre mais deviendront probablement saisonnièrement rares pendant les mois de la saison relativement plus sèche de décembre à mars 2023. Les localités des départements du Logone-et-Chari et du Mayo-Sava, où les conditions actuelles sur le terrain suggèrent des conditions de végétation inférieures à la moyenne en raison des pluies irrégulières récurrentes de juin à août, auront probablement des pâturages et des ressources en eau relativement plus rares. L'embonpoint des bétails dans ces départements devrait se détériorer avec l'avancée de la saison sèche, tandis que dans les zones du sud, l'état d'embonpoint devrait rester normal.

    Le commerce transfrontalier le long des frontières du Cameroun avec le Nigeria, la RCA et le Tchad restera inférieur à la moyenne, en raison des fermetures de frontières liées à l'insécurité et du renforcement des contrôles douaniers. Cependant, une contrebande importante de produits agricoles récemment récoltés devrait persister, malgré l'interdiction du gouvernement sur les exportations de céréales, appliquée depuis décembre 2021.

    Résultats les plus probables en matière de sécurité alimentaire

    Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où le conflit se poursuit, les ménages pauvres des départements les plus touchés, tels que Momo, Menchum (Nord-Ouest), Lebialem, Meme et Ndian (Sud-Ouest), devraient continuer à dépendre fortement des achats sur le marché et de l'aide humanitaire pour les céréales de base. D'octobre à mai 2023, l'augmentation des prix des aliments de base devrait continuer à limiter fortement l'accès à la nourriture dans ces départements, produisant des écarts de consommation alimentaire plus importants et des stratégies d'adaptation négatives caractérisées par une réduction de la fréquence des repas à un ou deux repas par jour, et une dépendance accrue à l'égard des dettes et de l'aide des relations. Les résultats de la Crise (phase 3 de l'IPC) devraient persister tout au long de la période considérée, les ménages les plus touchés devant faire face à des résultats en situation d'Urgence (phase 4 de l'IPC). Alors que les résultats actuels soutiennent une insécurité alimentaire aiguë de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) pour les autres départements des régions du NOSO, des résultats de « Crise » (phase 3 de l'IPC) devraient se manifester en novembre 2022 et persister jusqu'en mai 2023. Les résultats de Crise (phase 3 de l'IPC) dans ces régions seront dus à l'épuisement des stocks et à une dépendance plus précoce qu'à l'accoutumée vis-à-vis des marchés pour l'accès à la nourriture. Avec des revenus inférieurs à la moyenne provenant de la vente et du travail agricoles et des prix alimentaires très élevés, les ménages de ces départements tendent à atténuer les écarts de consommation alimentaire par des stratégies d'adaptation extrêmement négatives.

    Dans la région de l'Extrême-Nord, on prévoit des récoltes et des revenus inférieurs à la moyenne dans les départements de Logone-et-Chari, Mayo-Sava et Mayo-Tsanaga, où l'insurrection persiste. La plupart des ménages pauvres de ces régions continueront probablement d'emprunter de l'argent ou de compter sur de l'aide pour les besoins scolaires, les médicaments et les vêtements et devraient rester en situation de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) jusqu'en janvier 2023 au moins. Cependant, ces départements devraient passer à une insécurité alimentaire aiguë de Crise (phase 3 de l'IPC) entre février et mai 2023, car la dépendance accrue à l'égard des moyens de subsistance pour générer des revenus, les prix élevés prévus des aliments de base et les faibles revenus devraient creuser les écarts de consommation entre les ménages pauvres. On s'attend à ce que la Crise (phase 3 de l'IPC) et les résultats les plus mauvais persistent au moins jusqu'en mai 2023 pour les ménages actuellement déplacés par les inondations dans les départements de Mayo-Danay et Logone-et-Chari, qui ont perdu leurs récoltes et leur bétail. Ces ménages seront probablement plus dépendants des marchés et de l'aide humanitaire, et auront recours à des stratégies d'adaptation plus sévères pour accéder à la nourriture et à l'argent liquide pour acheter de la nourriture.

    Pour le reste du pays, les résultats de sécurité alimentaire Minimal (phase 1 de l'IPC) au niveau de la zone sont susceptibles de persister tout au long de la période du scénario, car la majorité des ménages pauvres continueront à s'engager dans des activités de subsistance normales avec un accès proche de la moyenne aux aliments et aux revenus de leur propre production. Cependant, les ménages urbains pauvres qui dépendent principalement du marché, y compris les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur du pays, devraient voir leur pouvoir d'achat encore plus limité par l'inflation élevée et les fortes augmentations des prix des produits de base et des produits non alimentaires essentiels. La majorité d'entre eux, y compris ceux qui vivent à Yaoundé et Douala, devraient continuer à faire face à des résultats de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) ou pires tout au long de la période du scénario. Alors que la plupart des réfugiés nigérians et centrafricains vivant dans des camps resteront probablement en Tension accrue (phase 1 de l'IPC !), plus de la moitié des réfugiés vivant dans des communautés d'accueil et des personnes déplacées continueront d'être confrontées à des situations de Tension accrue (phase 2 de l'IPC) en raison de l'insuffisance de l'aide alimentaire humanitaire. Des résultats plus graves sont probables pour les réfugiés et les ménages déplacés dans des zones inaccessibles et à risque qui ne sont atteintes par aucune aide humanitaire.  

    Événements qui pourraient changer les perspectives

    Tableau 1. Événements possibles sur les huit prochains mois qui pourraient modifier le scénario le plus probable. 

    Zone

    Événement

    Impact sur les résultats de la sécurité alimentaire

     

     

    National

    Conditions macroéconomiques plus mauvaises que prévu

    Les prix des denrées alimentaires pourraient augmenter davantage que prévu en raison d'une nouvelle baisse des importations alimentaires, ce qui réduirait la disponibilité et l'accès des ménages pauvres. Cela augmenterait le nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë dans le pays.

     

    National

    Une levée de l'interdiction gouvernementale sur les exportations de céréales

    Cela augmenterait probablement les volumes de céréales exportés vers le Nigeria, le Gabon, la RCA, le Tchad et la Guinée équatoriale, ce qui réduirait encore l'offre locale et pousserait les prix locaux à la hausse.

     

    National

    Extension de l'aide humanitaire alimentaire à au moins 25 pour cent de la population totale dans les zones de conflit les plus touchées

    Cela améliorerait l'accès aux produits de base et à l'argent liquide pour les ménages pauvres touchés par le conflit et réduirait le nombre de personnes confrontées aux résultats de la Crise (phase 3 de l'IPC).

    Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest

    Pourparlers de paix entre les parties au conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

    Cela améliorerait probablement la sécurité générale dans la zone et favoriserait l'amélioration des activités agricoles et économiques, ce qui stimulerait l'accès à la nourriture et aux revenus pour les ménages pauvres. Un nombre croissant de personnes déplacées retourneraient probablement dans leur village d'origine et commenceraient à reprendre des activités de subsistance typiques.

    Zone de moyens d'existence CM09

    L'escalade des activités des insurgés et des affrontements intertribaux

    Cela augmenterait le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays et perturberait davantage les moyens de subsistance, en affectant l'agriculture et la production de bétail, les chaînes d'approvisionnement, le fonctionnement du marché et les prix des produits de base. Le nombre de personnes en Crise (phase 3 de l'IPC) et de mauvais résultats augmenteraient probablement.

     

     

     

     

    Figures

    Figure 1

    Figure I.

    Source: National Institute of Statistics, Cameroon (INS)

    Figure 2

    Figure 2.

    Source: Calculations based on data collected by the Regional Delegation of Agriculture …

    Figure 3

    Source: FEWS NET

    Figure 4

    Figure 3.

    Source: FEWS NET

    Figure 5

    Figure 4.

    Source: FEWS NET

    Figure 6

    Figure 5.

    Source: FEWS NET

    Figure 7

    Figure 6.

    Source: FEWS NET

    Figure 8

    Figure 7.

    Source: FEWS NET

    Figure 9

    Figure 8.

    Source: FEWS NET

    Figure 10

    Figure 9.

    Source: FEWS NET estimates based on data from DRADER, Far North

    Afin d’estimer les résultats de la sécurité alimentaire pour les prochains six mois, FEWS NET développe les suppositions de base concernant les événements possible, leurs effets, et les réponses probables des divers acteurs. FEWS NET fait ses analyses basées sur ces suppositions dans le contexte des conditions actuelles et les moyens d’existence locaux pour développer des scénarios estimant les résultats de la sécurité alimentaire. D’habitude, FEWS NET prévient du scénario le plus probable. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top