Skip to main content

La détérioration continue des moyens d’existence dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Cameroun
  • Septembre 2018
La détérioration continue des moyens d’existence dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • PERSPECTIVE PROJETEE A SEPTEMBRE 2019
  • Messages clé
    • Les perspectives de productions agricoles au-dessus de la moyenne dans l’Extrême-Nord favoriseront une consommation alimentaire typique pour les ménages hôtes pauvres et les déplacés. Toutefois, la précarité de la situation sécuritaire continue de peser négativement sur les moyens d’existence des ménages plaçant la zone en insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l’IPC) d’octobre 2018 à janvier 2019.

    • Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la détérioration continue de la situation sécuritaire suite à la mutation des mouvements sécessionnistes en mouvements armés, affecte négativement la production agricole et les fondamentaux de l’économie. L’insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l’IPC) qui frappent les ménages pauvres et les déplacés pourrait évoluer en Crise (Phase 3 de l’IPC) à partir de février 2019.

    • L’insécurité constitue le principal facteur qui agit négativement sur les moyens d’existence des ménages dans le pays qui abrite des refugiés nigérians et centrafricains. Si la réduction des incursions de Boko Haram favorise le retour des déplacés dans l’Extrême-Nord, dans les zones anglophones par contre, les actes de violence se multiplient à l’approches des consultations électorales.

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    National

    • Le pays subit les conséquences de trois conflits dont deux externes à savoir le conflit en République Centrafricaine (RCA) avec la présence d’environ 249 370 réfugiés centrafricains principalement dans les régions de l’Adamaoua et de l’Est et les exactions de Boko Haram au Nigeria avec 87 804 réfugiés nigérians et des déplacés internes principalement dans les régions de l’Extrême-Nord et du Nord.
    • Si les afflux de populations issus du conflit en RCA et des exactions de Boko Haram tendent à se stabiliser, voir à diminuer, dans les régions anglophones par contre, la situation sécuritaire se détériore depuis 2016 et gagne en intensité à la veille de cette période électorale dans le pays. On assiste à une mutation des mouvements sécessionnistes en conflit armé, empêchant le développement des activités socio-économiques.

    Extrême Nord

    • Situation sécuritaire toujours précaire marquée par des incursions meurtrières de Boko Haram, des enlèvements de personnes et le vol de bétail. La région compte 359 222 personnes déplacées dont 227 581 personnes déplacées internes (PDI), 39 403 réfugiés hors camp et 92 238 retournés (OIM, DTM, juin 2018).
    • Après une période de soudure plus longue caractérisée par des hausses atypiques de prix des denrées de base, on assiste actuellement à une stabilisation des prix du fait de l’arrivée des prémices de récoltes et de la poursuite de l’assistance alimentaire.
    • Les arrondissements frontaliers avec le Nigeria, resteront exposés aux exactions de Boko Haram, freinant ainsi le retour des déplacés et la reprise des activités économiques.
    • Perspectives de productions agricoles meilleurs à l’année écoulée et similaire à la moyenne en raison d’une pluviométrie au-dessus de la moyenne des dix dernières années et bien repartie dans le temps et dans l’espace.

    Nord-Ouest et Sud-Ouest

    • Détérioration de la situation sécuritaire, selon les estimations, plus de 246 000 personnes déplacées dans le seule région du Sud-Ouest (OCHA, août 2018) et plus de 25 000 réfugiés au Nigeria (UNHCR, août 2018).
    • Détérioration des moyens d’existence des ménages en raison de l’abandonnement des champs, de la baisse d’environ 30% des prix des principales cultures de rente, de la destruction d’infrastructures socio-économiques, de l’arrêt ou du fonctionnement au ralenti des entreprises.
    • Selon ACAPS, la probable intensification des affrontements entre sécessionnistes et forces de défenses et de sécurité et la multiplication des exactions à l’encontre des populations et des personnalités politiques et administratives en cette période électorale vont entrainer un accroissement des populations déplacées.

    PERSPECTIVE PROJETEE A SEPTEMBRE 2019

    Perspectives projetées à janvier 2019

    Dans la région de l’Extrême Nord, la saison des pluies s’est installée de façon précoce à normale avec de cumuls saisonniers modérément au-dessus de la moyenne. Ainsi, depuis la fin d’aout, les prémices de récoltes (arachide, maïs) sont disponibles sur la place des marchés et contribuent à atténuer les difficultés alimentaires des ménages. Les récoltes qui vont se généraliser à partir du mois d’octobre devraient être supérieurs à la moyenne quinquennale dans la région. De même, le bon niveau de remplissage des points d’eau et l’humidité continue, devrait favoriser d’une part, une production de sorgho de saison sèche autour de la moyenne. D’autre part, l’activité de pêche devrait se dérouler normalement, nonobstant, une restriction de cette activité dans le Logone et autour du Lac Tchad et du Lac artificiel de Maga en raison de l’insécurité.

    La bonne physionomie de la saison a favorisé le déstockage chez les commerçants craignant une mévente de leurs produits. Par ailleurs, la région bénéficie des flux entrant de maïs de la région voisine du Nord et du Nigeria par les corridors Bourha et Mogodé. En conséquence, on assiste à une baisse des prix des céréales de base par rapport à l’année passée en moyenne de

    14% et 30% respectivement pour le sorgho et le maïs. En comparaison à la moyenne quinquennale, le prix du sorgho enregistre une hausse de 13%, par contre celui du maïs (dominant sur les marchés) est en baisse de 9%. Le commerce du bétail demeure en particulier, négativement affecter par la baisse des flux en direction du Nigeria. La réorientation des flux vers les régions méridionales (Douala et Yaoundé) n’est pas suffisante pour répondre à l’offre sur les marchés d’où des prix inférieurs à la normale.

    Aussi, malgré des perspectives de production de rente (niébé, arachide) au-dessus de la moyenne, le disfonctionnement des marchés et les prix bas aux producteurs, ne favoriseront pas des revenus moyens aux ménages. Dans l’ensemble, la consommation des ménages pauvres hôtes et des déplacés internes restera typique entre octobre 2018. L’assistance qui s’étend à ce mois de septembre (distribution de rations complètes de vivres et distribution de cash par le PAM et CICR) touche 41% des populations (réfugiés, PDI, et hôtes). L’appui en cash aux ménages et les programmes de filet sociaux (distributions de petits ruminants par la FAO et soutient à la production), contribue au relèvement des ménages, en particulier les déplacés. Par ailleurs, la réduction des exactions de Boko Haram et le redéploiement des forces de défenses et de sécurité favorise le retour de déplacés. Selon les données du mois d’avril de l’OIM, l’effectif des retournés au mois d’avril était de 83141 personnes, soit une augmentation de 40%. L’alimentation des ménages se normalise avec les prémices de récoltes et l’assistance alimentaire qui leur permettent d’avoir deux repas en moyenne par jour. Dans l’ensemble, les ménages pauvres vivent une insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 ! de l’IPC) avec l’assistance alimentaire.

    Dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où plus de 70% de la population dépend de l’agriculture, le soutien à la production en termes d’intrants et d’encadrement enregistre une baisse depuis la dernière campagne agricole. La détérioration de la situation sécuritaire pousse les producteurs à abandonner leurs champs ou à manquer le respect du calendrier agricole de plantation et de traitement phytosanitaire. En conséquence, les productions baissent et l’accès aux marchés devient difficile en raison de la hausse des prix des denrées de base comme le maïs et le haricot. Dans les divisions de Boyo et Momo, plus touchés par le déplacement de populations, la hausse de prix a atteint en moyenne 30% au mois de juillet par rapport à la même période de l’année passée.

    Outre la perturbation des activités agricoles, les filières café et cacao, pourvoyeuses de revenus et d’emplois, sont en souffrance en raison des difficultés d’écoulement et d’achat par les coopératives agricoles.  Face à la mévente du café et du cacao, beaucoup de producteurs se tournent vers les acheteurs nigérians qui offrent des prix plus rémunérateurs. Par ailleurs, l’accès des grands fermiers à la main-d’œuvre, généralement en provenance du Nigeria, devient difficile, car pour crainte pour leur sécurité. L’arrêt ou le fonctionnement au ralenti des agro-industries et la destruction des entrepôts entrainent des pertes d’emplois pour les travailleurs.

    En résumé, la baisse de pouvoir d’achat dû à la baisse des productions et des revenus et la hausse des prix des denrées de base, affectent négativement l’accès alimentaire des ménages dans l’ensemble et des déplacés en particuliers. Déjà au mois de juillet, les résultats de l’enquête FSMS conduite par le PAM et les services du gouvernement, ont indiqué que l’adoption de stratégies de stress et de crise liées aux moyens d’existence a concerné respectives 22% et 16% des ménages dans le Nord-Ouest et respectivement 21% et 22% dans le Sud-Ouest. L’escalade des exactions des groupes armés sécessionnistes en cette veille d’élections pourrait d’avantage entrainer des déplacements de populations et dégrader les moyens d’existence des ménages. L’Access de les zones anglophones est encore limité avec le conflit. Ainsi, jusqu’en janvier 2019, les récoltes en moins pourraient encore favoriser une insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de IPC).

    Perspectives projetées en Septembre 2019

    Dans l’Extreme-Nord, les perspectives de récoltes supérieures à la moyenne permettront aux ménages de vivre de leurs stocks jusqu’à la période habituelle de soudure en juillet.  De plus les bonnes perspectives de déroulement des productions de saison sèche et de pèche, aideront au relèvement des ménages. Sur le marché de Maroua, les prix projetés pour la période de 2019 suivront globalement la tendance habituelle de baisse à la récolte et de hausse progressive à partir d’avril jusqu’au pic en août. Toutefois, la situation sécuritaire reste précaire avec souvent des incursions de Boko Haram et les vols de bétail, plus fréquents dans le département de Mayo Danay. Cela constitue un frein pour le développement de l’élevage et de commerce.   L’insécurité alimentaire aiguë Stress (Phase 2 de l’IPC) sera probablement vécue dans l’Extrême-Nord jusqu’en Septembre 2019.

    Dans les zones anglophones, l’escalade de la violence constatée en cette veille d’élections pourrait s’intensifier pendant et après les élections et entrainer une augmentation du nombre de déplacés. Selon ACAPS (septembre, 2018), le nombre de déplacés internes entre le second et le troisième trimestre de l’année dans la région du Sud-Ouest pourrait atteindre 246 000 et un effectif similaire devrait être enregistré dans la région du Nord-Ouest. FEWS NET estime que la prochaine période de soudure qui intervient dans ces zones habituellement de mars à avril pourrait être plus longue et difficile de février à mai, en raison de la baisse des stocks et des capacités d’achat limitées sur les marchés. Pendant la période de soudure et jusqu’en septembre, l’épuisement des stocks et la détérioration du pouvoir d’achat des ménages les exposeront à l’insécurité alimentaire aiguë Crise (Phase 3 de IPC).

    Figures

    Figure 1

    Source: FEWS NET

    Figure 2

    Source: ACLEDDATA

    Figure 3

    Source: FEWS NET

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top