Skip to main content

Niveaux atypiquement élevés des prix des céréales dans l’Extrême Nord

  • Mise à jour du suivi à distance
  • Cameroun
  • Avril 2018
Niveaux atypiquement élevés des prix des céréales dans l’Extrême Nord

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • PERSPECTIVE PROJETÉE À SEPTEMBRE 2018
  • Messages clé
    • L’épuisement précoce des stocks vivriers contraint les ménages pauvres à recourir au marché pour leur alimentation, plus tôt que d’habitude. Cependant, la hausse atypique du niveau des prix des denrées de base atteignant 50 pour cent comparé à la moyenne pour le sorgho, malgré l’interdiction de sortie de céréales, va considérablement dégrader leur accès aux denrées alimentaires.

    • L’élevage qui constitue la seconde source de revenu pour les ménages reste confronté à la chute des prix des animaux observée depuis le mois dernier. Les termes de l’échange qui s’en trouvent ainsi détériorer en défaveur des éleveurs, exposent les ménages à des ventes plus importantes. Sur les marchés de Moulvoudaye, Yagoua et Mokolo, il faudrait désormais vendre deux petits ruminants pour acquérir un sac de 100 kg de sorgho.

    • L’assistance alimentaire en cours reste faible et celle planifiée n’est pas entièrement financée. Par conséquent, les difficultés des ménages pauvres déplacés et hôtes à satisfaire leur besoin sur les marchés vont conduire à une dégradation de leur consommation ainsi que de leurs moyens d’existence. Ce qui va les exposer à une insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) pendant toute la soudure de mai à septembre.

    ZONE

    ANOMALIES ACTUELLES

    ANOMALIES PROJETÉES

    National

    • Environ 658 070 personnes déplacées et réfugiées dont 249 370 réfugiés centrafricains et 87 804 réfugiés nigérians vivent dans le pays, principalement dans les régions de l’Extrême Nord, du Nord, de l’Adamaoua et de l’Est.
    • Persistance des incursions et des attentats suicides de Boko Haram dans les villages frontaliers avec le Nigeria et recrudescence de violences de groupes armés en Centrafrique, entrainant des nouvelles arrivées de populations au Cameroun.

    Extreme Nord

    • 342 416 personnes déplacées dont 241 030 déplacées internes (PDIs), 31 656 réfugiés hors camp et 69 730 retournés.
    • Hausse atypique des prix des céréales de base par rapport à la moyenne quinquennale : 48 pour cent pour le sorgho et 21 pour cent pour le maïs ;
    • Baisse des revenus des ménages en raison du ralentissement global des activités économiques, de la baisse des prix de vente de l’oignon et du bétail.
    • L’assistance alimentaire en cours (distribution de vivres, cash et prise en charge de la malnutrition : PAM, UNICEF, CICR, Plan) est concentrée dans les départements de Logone-Et-Chari et Mayo Sava et profitent à environ 134 400 déplacés et réfugiés, soit 31 pour cent de ces cibles et 3 pour cent de la population totale.
    • Redéploiement de l’armé et des forces de sécurité dans certaines zones, favorisant le retour de déplacés et la reprise des activités économiques dans les centres urbains de ces zones. En un an (janvier-décembre 2017), le nombre de retournés a augmenté de 96 pour cent)
    • Dépendance plus qu’habituelle des ménages des marchés en raison de l’épuisement précoce des stocks ;
    • Maintien du niveau élevé des prix des denrées de base par rapport à la moyenne saisonnière jusqu’aux nouvelles récoltes d’octobre.
    • L’assistance planifiée jusqu’en septembre, mais non encore probable : distribution de vivres ou de cash (PAM et CICR), distribution de coupons alimentaires (CRS), déstockage d’animaux et distribution de viande (FAO), prise en charge de la malnutrition (UNICEF), pourrait toucher 426 000 personnes, soit 10 pour cent de la population et 26 pour cent des populations exposées à l’insécurité alimentaire aigue Stress ou crise.

    PERSPECTIVE PROJETÉE À SEPTEMBRE 2018

    Bien qu’il ait été observé une réduction des incursions et des attentats suicides de Boko Haram ces derniers mois, la situation sécuritaire reste précaire dans la région de l’Extrême Nord. Le renforcement de la présence de l’armé et des forces de sécurité favorise quelques retours de déplacés dans leurs localités d’origine et permet aussi la reprise des activités économiques dans les centres urbains plus sécurisés. 

     L’approvisionnement des marchés est satisfaisant en denrées alimentaires de base. Depuis fevrier dernier, l’ouverture de certains corridors favorise l’entrée de céréales du Nigeria (particulièrement le maïs à partir de Bouhra) et du Tchad à partir de la zone de bec de canard (Gobo, Gueré). Les légumineuses (notamment le niébé) sont exportées vers le Nigeria, cela a favorisé une hausse du prix moyen de 24 pour cent comparé à la moyenne quinquennale. Par ailleurs, les autorités locales ont pris des mesures pour interdire les exportations de céréales.

    Toutefois, en raison de l’épuisement précoce des stocks, la demande des ménages, surtout les pauvres, se fait de plus en plus forte sur les marchés. Déjà, au mois de mars, il a été observé une hausse atypique du niveau des prix des céréales en comparaison à la moyenne quinquennale pour la même période : 50 pour cent pour le sorgho pluvial, 48 pour cent pour le sorgho de saison sèche et 21 pour cent pour le maïs. Les hausses de prix depassant 50 pour cent sont observées pour le sorgho sur les marchés de Maroua, de Yagoua et de Mora. Par contre, dans les zones qui bénéficient de l’assistance alimentaire, les hausses de prix sont moderées (30 pourcent au plus) sur les marchés (Koussiri dans le Logone-Et-chari et Mokolo dans le Mayo-Tsanaga).

    Outre la production agricole, les ménages hôtes et les déplacés tirent leurs revenus principalement de la vente de leurs animaux, de la main-d’œuvre agricole, de la vente du bois et du petit commerce. Malgré de la baisse de la production de l’oignon, son prix enregistre une baisse de 51 pour cent par rapport à la moyenne. Les prix des animaux sont aussi en-dessous de la moyenne, car sur les principaux marchés (Maroua, Moulvoudaye, Yagoua et Mokolo), les offres sont supérieures à la demande.

    En conséquence, excepté le marché de regroupement de Maroua où les prix des petits ruminants (35000 F CFA le bélier de 3 ans et 30000 le bouc d’un an) permettent aux ménages d’acquérir au moins un sac de 100 kg de céréales, sur les autres marchés à bétail de la région, l’éleveur doit vendre plus d’un bélier ou au moins deux boucs pour avoir un sac de céréales. Par rapport à l’année dernière à la même période, les termes de l’échange bétail/céréale se sont dégradés en moyenne de 24 pour cent du fait du niveau élevé des prix des céréales.

    Jusqu’à la fin de la soudure en septembre, les deplacés et les menages pauvres hôtes (environ 30 pour cent de la population) seront fortement dependant des marchés pour leur alimentation. Les prix projetés pour le sorgho sur le marché de Maroua, pourraient demeurer 60 à 75 pour cent  au-dessus de la moyenne saisonnière  de mai à septembre. Les distributions de vivres sont concentrées dans les département de Logone-Et-Chari (au profit d’environ 67800 déplacés et réfugiés) et de Mayo-Sava (au profit de 3000 ménages déplacés). 

    Au regard de l’épuisement des stocks, du niveau élevé des prix des denrées de base, de la baisse des revenus et de la faible couverture en bénéficiaires de l’assistance, la consommation alimentaire des ménages pauvres, actuellement en stress va davantage se détériorer à travers la réduction des quantités, de la qualité et du nombre de repas. Ces derniers seront alors obligés d’accroitre l’offre de main-d’œuvre agricole, la vente du bétail et du bois et le recours à l’endettement, toute chose qui affectera negativement leurs moyens d’exitence déjà sous le joux de l’insécurité.  Une insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC) pourrait alors toucher les ménages pauvres (deplacés et hôtes) car l’assistance planifiée n’est pas encore totalement financée et reste insuffisante.

    A partir de fin septembre, l’accès au nouvelles récoltes va contribuer à améliorer la consommation des ménages pauvres majoritairement agricoles. Toutefois, les moyens d’existence resteront encore sous tension.

    Figures Prix de sorgho pluvial entre 15% et 65%, prix de sorgho saison seche entre 30% et 67% et prix de mais entre 5% et 32%

    Figure 1

    Figure 1. Variation des prix des céréales par rapport à le moyenne quinquennale

    Source: FEWS NET

    Main harvest is from mid-August until January. Off-season harvest is from January until April. Main season cultivation is fro

    Figure 2

    CALENDRIER SAISONNIER POUR UNE ANNEE TYPIQUE

    Source: FEWS NET

    Dans le suivi à distance, un coordinateur travaille d’un bureau régional avoisinant. En comptant sur les partenaires pour les données, le coordinateur applique l’approche de développement des scenarios pour faire l’analyse et élaborer les rapports mensuels. Comme les données peuvent être moins disponibles que dans les pays avec des bureaux de FEWS NET, les rapports de suivi à distance peuvent montrer moins de détail. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top