Skip to main content

Baisse des productions de saison sèche limitant les disponibilités dans l’Extrême Nord

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Mars 2018
Baisse des productions de saison sèche limitant les disponibilités dans l’Extrême Nord

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Les récoltes de sorgho de saison sèche, en baisse comparée aux dernières années, n’ont pas été suffisantes pour combler de déficit de production pluviale. Par conséquent, les commerçants se livrent à des mesures spéculatives, ce qui contribue à accroitre le niveau des prix des céréales sur les marchés. Malgré les mesures administratives d’interdiction de la sortie des céréales vers les pays voisins, les prix des principales céréales au mois de février, restent élevés sur la plupart des marchés de la région.

    • Par rapport à l’année passée, les prix moyens du sorgho et du maïs enregistrent des hausses respectives de 51 pourcent et de 29 pourcent. Comparés aux prix moyens sur les cinq dernières années, le sorgho est en hausse 43 pourcent et le maïs de 23 pourcent. Le prix du bétail reste toujours en-dessous de la moyenne et la production d’oignon subit une mévente avec des baisses de prix de 57 pourcent à Maroua, 23 pourcent à Kousseri et 57 pourcent à Mokolo comparativement à la moyenne quinquennale.

    • Excepté le département de Logone et Chari dans lequel sont concentrés les distributions alimentaires, dans les autres départements de l’Extrême Nord, on assiste précocement à une hausse de la demande des ménages sur les marchés. L’insécurité marqués par des exactions des groupuscules armés de la secte de Boko Haram, continue d’affecter négativement les opportunités de revenu.

    • Outre les distributions de vivres dans le département de Logone et Chari, les interventions de transfert monétaire et de déstockage de bétail prévu dans la région et principalement dans les arrondissements frontaliers avec le Nigeria, n’ont pas encore commencé. En attendant, le niveau élevé des prix des denrées de base et la baisse des revenus ne facilitent pas l’accès alimentaire des ménages. Avec l’épuisement précoce des stocks à partir du mois d’avril, la dépendance des ménages des marchés sera plus grande et l’insécurité alimentaire aigue Stress (Phase 2 de l’IPC) ou pire pourrait affecter les déplacés et les ménages hôtes pauvres.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top