Skip to main content

Dégradation de la consommation alimentaire des ménages pauvres dans la région de l’Extrême Nord

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Mai 2018
Dégradation de la consommation alimentaire des ménages pauvres dans la région de l’Extrême Nord

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Sur les principaux marchés de l’extrême nord (Maroua, Kousseri, Yagoua, Kaélé, Mokolo, Mora), les prix des principales denrées de base sont restés globalement stables en avril par rapport au mois précédent. Toutefois, les niveaux sont élevés comparativement à la moyenne des cinq dernières années (en moyenne 30 pourcent pour le sorgho pluvial, 40 pour cent pour le sorgho de saison sèche et 12 pour cent pour le maïs). L’interdiction de sortie de céréales et les flux entrants de maïs du Nigeria, de sorgho et de riz du Tchad grâce à l’ouverture de certains corridors (Fotokole – Gambarou, Gobo - Gueré), favorisent un approvisionnement moyen des marchés.

    • L’insécurité persistante dans les arrondissements autour du Lac Tchad et de la frontière avec le Nigeria caractérisée par les attaques de Boko Haram et le vol de bétail, contraint les éleveurs à transhumer vers les zones plus arides, situés plus au Sud où l’eau et les pâturages sont insuffisants. Le prix des animaux reste toujours en-dessous de la moyenne et les termes de l’échange sont en défaveur des éleveurs. En effet, excepté le marché central de Maroua, la vente d’un bouc sur les autres marchés ne permet pas d’acquérir plus de 50 kg de céréale. En cette fin de campagne maraichère, le prix de l’oignon s’est amélioré par rapport au mois précèdent, mais reste 30 pour cent en-dessous de la moyenne quinquennale dans les principales zones de production (Mayo Kani, Mayo Tsanaga, Mayo-Sava).

    • Habituellement la période de soudure commence en juin. Mais depuis mi-avril, la majorité des ménages pauvres hôtes et déplacés dépendent entièrement des marchés avec des revenus limités. Par conséquent, on assiste à la réduction du nombre de repas consommés au quotidien de trois à deux. Certains ménages substituent le riz au sorgho en raison de son coût plus élevé. Les distributions de vivres, concentrées dans les départements de Logone-Et-Chari et de Mayo-Sava au profit des réfugiés et de quelques déplacés en priorité, touchent 17 pourcent des populations exposées à l’insécurité alimentaire aigue de Crise (Phase 3 de l’IPC) sur la période allant de juin à septembre.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top