Skip to main content

Approvisionnement des marchés satisfaisant dans l’Extrême-Nord, mais difficile dans les zones anglophone

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Avril 2019
Approvisionnement des marchés satisfaisant dans l’Extrême-Nord, mais difficile dans les zones anglophone

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • Dans la région de l’Extrême-Nord, l’approvisionnement des marchés en denrées de base, demeurent supérieur à la normale. La demande est typique pour les ménages, mais localement influencée par les achats des ONGs. Sur les marchés des chefs-lieux de département, les prix du sorgho et du maïs sont dans l’ensemble en baisse par rapport aux niveaux atypiques de l’année passée (respectivement de 41 percent et 32 percent) et aussi par rapport à la moyenne quinquennale (respectivement de 21 percent et 20 percent). Les revenus tirés de la vente du bétail et de l’oignon sont en dessous de la normale avec le prix de vente de l’oignon est en baisse de 20 percent comparé à la moyenne quinquennale, Yaoundé et Douala étant maintenant les principaux débouchés.

    • Le mois de mars a été marqué par une recrudescence des incursions de Boko Haram avec 15 incidents enregistrés et des pillages de vivres et de bétail surtout dans les arrondissements de Fotokol et Kolofata, frontalière avec le Nigeria.  Malgré ces menaces, les déplacés internes (PDI) manifestent leur désire de retourner dans leurs villages d’origine pour les activités agricoles qui commencent. En effet, les PDI et ménages hôtes pauvres sont exposés à l’insécurité alimentaire Stress (phase 2 de l’IPC).

    • Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en conflit, les productions saison sèche (maïs, patate et légumes) entre décembre et mars ont beaucoup chuté en raison de l’accès difficile aux zones de production et du manque de main-d’œuvre. La première saison humide a commencé, mais est encore marquée par un accès limité des producteurs à leurs champs, l’insuffisance de main-d’œuvre, la réduction des dotations et subventions en intrants par les coopératives et les services techniques de l’état dont la plupart ont abandonné leurs zones d’encadrement. Par ailleurs, des attaques plus sévères et plus étendues de chenilles légionnaires d’automne sont enregistrés sur les cultures de maïs et pouvant réduire leurs rendements surtout dans les départements de Kupe et Manenguba (Sud-Ouest) et Mezam, Bui, Menchum, Boyo, Ngoketunjia, Momo (Nord-Ouest).

    • Bien que les prix du café et du cacao sur les marchés mondiaux aient chutés cette année, les agriculteurs vendent actuellement à des prix 27 percent inférieurs aux prix officiels en vigueur. Seuls, ceux situés sur les marchés frontaliers parviennent à négocier des prix officiels avec les acheteurs nigérians. Par ailleurs, les prix des denrées ont augmenté par rapport à l’année écoulée avec des hausses atypiques sur les marchés de Kumbo, Mamfé, Kumba et Limbé.  L’assistance alimentaire réalisée au cours du mois passé (principalement WFP et CRS) et qui se poursuit a couvert 10 et 21 pour cent des PDIs et hôtes pauvres respectivement dans le Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La détérioration de l’accès alimentaire et des revenus exposent les ménages pauvres et les déplacés à l’insécurité alimentaires aigue Crise (phase 3 de l’IPC).

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top