Skip to main content

Amélioration de la sécurité alimentaire attendue dans l'Extrême-Nord avec le début des récoltes

  • Mise à jour des messages clés
  • Cameroun
  • Septembre 2023
Amélioration de la sécurité alimentaire attendue dans l'Extrême-Nord avec le début des récoltes

Télécharger le rapport

  • Messages clé
  • Messages clé
    • La plupart des régions de la zone nord devraient rester en situation d'insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l'IPC) jusqu'en janvier 2024. Les disponibilités alimentaires des ménages s'améliorent avec le début de la récolte sèche du sorgho, du maïs et des légumineuses en septembre, et les stocks des ménages devraient durer au moins cinq mois compte tenu de la production moyenne. Le phénomène El Niño modéré observé au cours des mois précédents n'a pas eu d'impact significatif sur la saison 2023/24. En outre, de nombreux ménages ont désormais un accès quasi normal à des salaires en nature pour la récolte. Les marchés locaux reçoivent également des stocks fraîchement récoltés, ce qui entraîne les baisses de prix saisonnières habituelles. À Maroua, marché de référence dans la région de l'Extrême-Nord, les prix de l’arachide et du maïs ont chuté en moyenne de 18 pour cent par rapport au mois d'août. Toutefois, les prix du sorgho, du riz récolté localement et du niébé restent élevés en raison de la baisse de la production dans les zones touchées par le conflit et de la demande persistante du Nigéria. 
    • Les résultats de Crise (Phase 3 de l'IPC) au niveau de la zone se poursuivent dans l'Extrême-Nord, mais devraient passer à Stress (Phase 2 de l'IPC) en octobre, à mesure que les récoltes sèches progressent. Les perspectives de production sont faibles dans les divisions du Logone-et-Chari, du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, où les forces islamistes ont continué à attaquer les civils, à piller et à les enlever. Selon les registres de l'ACLED, 52 pour cent d'incidents supplémentaires ont été signalés d'avril à août 2023 par rapport à la même période en 2022. Bien que les disponibilités et la diversité alimentaires des ménages se soient améliorées grâce aux denrées de base nouvellement récoltées, de nombreux ménages ont encore du mal à accéder au riz importé et aux produits non alimentaires essentiels en raison de revenus inférieurs à la moyenne provenant de la vente des récoltes et de la main-d'œuvre. Dans les zones où les précipitations sont déficitaires et où les récoltes devraient être retardées, comme dans les districts de Mokolo, Mayo Moskota, Blangoua et Tokombéré, les ménages devraient compter sur le maïs vert et les légumes, tandis que d'autres devront acheter des céréales sèches.
    • Entre-temps, la récolte des cultures de la campagne principale a été achevée dans la zone sud, et les résultats Minimale (Phase 1 de l’IPC) persisteront probablement jusqu'en janvier 2024. Les ménages des régions épargnées par le conflit ou l'insécurité devraient être en mesure de maintenir leur consommation alimentaire en consommant leur propres stocks. Bien qu'aucune estimation officielle ne soit encore disponible, FEWS NET et les acteurs du secteur agricole estiment que la production nationale est proche de la moyenne grâce à des précipitations moyennes à supérieures à la moyenne pendant la saison de croissance. La disponibilité saisonnière de nourriture et de revenus devrait augmenter pour atteindre des niveaux moyens en raison des principales récoltes de céréales entre juillet et septembre et des récoltes de riz irrigué et de maïs de contre-saison en novembre et décembre. La récolte des racines et tubercules est en cours et se poursuivra jusqu'en décembre. L'amélioration de l'approvisionnement des marchés continuera à entraîner une baisse saisonnière des prix jusqu'en novembre, ce qui profitera aux ménages urbains pauvres qui dépendent des marchés pour leurs achats alimentaires. Néanmoins, les prix des denrées alimentaires et des articles non alimentaires essentiels devraient rester supérieurs à la moyenne en raison des coûts de transport élevés, ce qui pèsera sur le pouvoir d'achat des ménages pauvres.
    • Des résultats de Crise (Phase 3 de l'IPC) répandus est attendue à partir d'octobre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, car le conflit et l'insécurité actuels limitent le commerce et les activités agricoles. Un confinement de deux semaines imposé par les combattants séparatistes en septembre pour boycotter la reprise des cours a entraîné davantage de déplacements de population et a encore perturbé l'accès aux sources de nourriture et de revenus. En outre, les prix des denrées alimentaires récoltées sur les principaux marchés restent nettement supérieurs à ceux de l'année dernière et à la moyenne quinquennale. Les prix n'ont pas baissé de manière saisonnière pendant la période de récolte. Par exemple, à Bamenda et Fundong (Nord-Ouest), le coût du maïs est resté stable de juillet à la deuxième semaine de septembre et a augmenté de façon atypique de 14 pour cent à Nkambe. Dans la région du Sud-Ouest, les prix du maïs sur tous les marchés ont augmenté en moyenne de 35 pour cent pendant la récolte. Les stocks de nombreux ménages pauvres de leur propre récolte devraient être très faibles ou épuisés d'ici octobre, par rapport à février/mars au cours d'une année typique. Comme les prix continuent d'augmenter, les ménages peuvent avoir recours à des stratégies d'adaptation négatives telles que la réduction de la fréquence des repas et de la taille des portions.
    • À Mbere (Adamawa), Kadey et Lom-et-Djerem (Est), de nombreux ménages continueront d'être en situation de Stress (Phase 2 de l'IPC), les ménages les plus défavorisés étant en situation de Crise (Phase 3 de l'IPC) jusqu'en janvier 2024. La présence d'un nombre important de réfugiés de la République centrafricaine, dont beaucoup ont un accès limité à la terre pour cultiver leurs propres récoltes, a entraîné une forte demande et des prix élevés pour les denrées alimentaires pendant et après les récoltes. En outre, les coûts élevés du carburant et du transport ont exercé une pression supplémentaire sur les prix des denrées alimentaires et des articles non alimentaires essentiels, ce qui a aggravé le stress des ménages de réfugiés et de la population d'accueil.

    Citation recommandée : FEWS NET. Cameroun Mise à jour des messages clés Septembre 2023 : Amélioration de la sécurité alimentaire attendue dans l'Extrême-Nord avec le début des récoltes, 2023.

    Cette mise à jour des des messages clés présente une analyse succincte des conditions actuelles d'insécurité alimentaire aiguë et de toute évolution de la dernière projection de FEWS NET concernant les résultats de l'insécurité alimentaire aiguë dans la géographie spécifiée. Pour en savoir plus sur le travail, cliquez ici.

    Get the latest food security updates in your inbox Sign up for emails

    The information provided on this Website is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

    Jump back to top